Navigation – Plan du site
Archives

Le Parti communiste français et le cinéma (1944-1953)

Jean-Pierre Jeancolas
p. 111-131

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

1.
Avant d’entrer dans le sujet, je voudrais formuler une mise en garde. Il s’agira ici du PCF de l’immédiat après-guerre, en gros entre 1944 et 1950-1953. Le PCF, tout particulièrement en cet automne 1991, a été au cœur de débats, d’interrogations, voire de moqueries qui tiennent à sa réalité d’aujourd’hui dans le paysage politique français et à la décomposition rapide du concept de parti communiste dans l’Est européen et en Union soviétique. Il faut nous prémunir contre le risque d’anachronisme, ne pas regarder 1947 avec les yeux dessillés ou goguenards de 1991.

La réalité du PCF dans les années qui suivent la Libération, et qui sont aussi celles de la Reconstruction de la France, est originale.

Il s’agit alors d’un parti de type stalinien dont les liens de dépendance organique à l’égard du pouvoir du Kremlin ne font aucun doute. Il s’agit aussi d’un parti de masse, que deux épisodes de l’histoire récente ont ancré solidement dans la réalité sociologique de l’hexagone : le Front popu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jeancolas, « Le Parti communiste français et le cinéma (1944-1953) », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6075 ; DOI : 10.4000/1895.6075

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page