Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Maurice Lemaître, Fin de tournage ? / Done With Filming ?

François Albera
p. 233-234
Référence(s) :

Maurice Lemaître, Fin de tournage ? / Done With Filming ?, Paris, Paris Expérimental 2017 [n.p.]

Texte intégral

1Après avoir écrit Le film est déjà commencé ? dans les années 1950, Maurice Lemaître qui fut un pionnier du cinéma lettriste (avec Isodore Isou), intitule un film de 1985 (achevé en 1990) Fin de tournage. Le bel album à l’italienne que publie Paris Expérimental comporte une centaine de pages qui sont des agrandissements variables de photogrammes de films préexistants. Il y a d’ailleurs un deuxième titre, « Diapos originales. Fin de tournage (Vies de M.B.) ». Qui est M.B., on ne le saura pas, mais les diapos alternent des photogrammes de Welles et d’autres de Godard qui sont retouchés, peints, gravés, graffités, comme insolés. Quelquefois le rapport entre un mot écrit (« Méliès ») et l’image semble évident (un gros plan de Léaud dans la Chinoise qui dit que « Méliès était brechtien » ; une image du Mépris avec le producteur devant une baie vitré, de dos, et le mot « si » écrit à côté tandis qu’à gauche deux femmes, la traductrice et Brigitte Bardot et le mot « no ! ») ou presque redondant (« Misère » sur une image de Week-end d’accident de voiture et de cadavres). La plupart du temps cela reste mystérieux (« non », « je veux », « mais », « tarte aux pommes », « dieu », « illusion »...), l’essentiel étant les effets plastiques de ces tirages violentés aux couleurs disparates, aux éclats disruptifs, et aux explosions multiples effaçant un visage, un corps comme lors d’une brûlure de la pellicule après que le projecteur s’est bloqué.

2C’est un film très « déprimé » avoue Lemaître à son interlocutrice, Hélène Richol, leur dialogue traversant le livre en deux langues (français et anglais). « Vous voyez comme je suis déprimé ! La Nouvelle Vague, ce n’était pas grand-chose, c’était un mouvement de jeunesse. Ils ont remplacé, comme je l’ai dit dix mille fois, Danièle Darrieux par Anna Karina, mais au moins ces réalisateurs avaient une certaine connaissance de l’histoire du cinéma, même s’ils se trompaient sur la valeur de tel ou tel cinéaste. Ils ont exalté Orson Welles, pire Hitchcock, etc. Des merdes pareilles ! C’est invraisemblable ! » Les photogrammes de films de Welles (Citizen Kane, Touch of Evil, The Trial) et de Godard s’éclairent donc par ces propos radicaux. Avec Godard l’intervention de Lemaître se complique du fait que dans le sillage, notamment, du situationnisme, Godard a pratiqué lui aussi le collage et le graffiti avec des reproductions plein écran, des titres de livres. Quand Lemaître reprend des plans de la Femme mariée ou de la Chinoise ou du Gai Savoir, il renchérit sur une image d’image. L’autre niveau de lecture de ce film-diapo est son côté « Histoire du cinéma » qui semble répondre ou résonner avec les Histoire(s) du cinéma de Godard. Ainsi apparaissent sur certain photogrammes, écrits sur la pellicule ou gravé : Feyder, Epstein, Méliès, W-C. Fields, Sternberg, Vigo... Ce dernier, assorti d’un point d’interrogation, sous l’image du début du Mépris où Brigitte Bardot est étendue, nue. Son visage est « insolé », au rougeoyant de la partie gauche s’oppose un coloriage jaune. Sur un photogramme de la Chinoise montrant Anne Wiazemski dans le train qui la conduit à Nanterre lors de son dialogue avec Francis Jeanson, il est gravé « Poudovkine ». La même image est reprise plus loin très agrandie (sur 2 pages), ne laissant subsister que le profil de l’actrice et sa main devant la fenêtre.

3« Je suis engagé, dans une œuvre écrite, imprimée, dessinée, peinte parfois, dans la polynotation, et cinématographique, et naturellement théâtralisée... C’est-à-dire l’Œuvre Totale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Maurice Lemaître, Fin de tournage ? / Done With Filming ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6295

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page