Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pierre Bost, Flots d’encre et flots de miel. Articles littéraires

François Albera
p. 237
Référence(s) :

Pierre Bost, Flots d’encre et flots de miel. Articles littéraires, Le Raincy, La Thébaïde, « Au marbre », 2013, 252 p.

Texte intégral

1Après la publication d’un choix de ses critiques de cinéma des années 1930 et le gros ouvrage consacré aux Bost (que l’on a signalés dans ces colonnes ces années passées), on progresse régulièrement dans la connaissance de cet écrivain, et journaliste prolifique qu’on connaissait surtout comme scénariste et même comme coscénariste (avec Aurenche) et incidemment comme commentateur du film sur la Libération de Paris des Actualités françaises issues de la Résistance. Voici donc, réunis par François Ouellet, un choix d’articles littéraires. Bost a été rédacteur en chef de Marianne et collaborateur de Vendredi (créé par Gallimard pour concurrencer le premier) mais aussi du Journal du Havre, de la Revue hebdomadaire, des Annales politiques et littéraires, des Nouvelles Littéraires et même de l’hebdomadaire nationaliste (et bientôt fascisant) d’Horace de Carbuccia, Gringoire (où officiait Henri Béraud, dreyfusard devenu antisémite après « l’affaire Stavisky »), Vogue, Marie Claire (que dirige l’épouse de son ami Jean Prévost), etc. Actualité littéraire, cinéma, sport, théâtre, rubriques féminines, rien n’échappe à ses « flots d’encre » (si : la critique d’art, semble-t-il). Cet aspect littéraire intéressera ceux qui étudieraient l’œuvre du scénariste et en outre quelques articles concernant directement le cinéma se sont glissés dans le florilège proposé : « Notre confrère M. Mickey » (1929), par exemple. Les dessins animés sonores y sont qualifiés de plus belle réussite du cinéma parlant et les Mickey de « poésie nouvelle » où les bruits font de ces films des réussites plus parfaites encore qu’au temps du muet. Ce qui est apprécié chez Disney c’est alors les transformations : le chat se coupe en deux et son arrière-train devient une paire de chaussures, l’avant-train un point d’interrogation. Ce sont là des procédés (inventés par d’autres que Disney – de Cohl à George Herrimann) qui permettent de circuler à travers l’invraisemblance et l’absurde, braver les lois de la raison, de la méthode, de l’humain, de considérer le réel comme nul et non avenu, qui permettent la folie et l’incohérence. Bénéfice inattendu : Bost voit dans ce triomphe de l’absurde au cinéma la garantie que la littérature abandonnera ce créneau (celui du rêve, de l’irréel, des miracles) : « nous ne verrons plus ces essais en prose ou en vers où logique, syntaxe, vocabulaire étaient tordus, secoués, sciés comme des matériaux qu’on voudrait détourner de leur destination véritable » (p. 84). Qui Bost vise-t-il là ? Cendrars, les dadaïstes, Max Jacob, Péret... ? Autre article où le cinéma ne sert que de prétexte : « Descartes et Greta Garbo », écrit à la suite de la Reine Christine de Mamoulian où Bost relève qu’on a omis un épisode attristant, la mort de Descartes en raison même des sollicitations à se déplacer jusqu’à elle de Christine de Suède. On peut relever aussi la condamnation de la TSF (la radio) qui fait concurrence aux Belles-Lettres : pour amener aujourd’hui les gens à lire un livre il faut les forcer à fermer le robinet de leur appareil de TSF, on ne lit plus, on regarde les imprimés... Signalons enfin deux hommages à Jean Prévost (en 1944 et 1949) qui fut un critique de cinéma pénétrant et quelque peu oublié de nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Pierre Bost, Flots d’encre et flots de miel. Articles littéraires », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6323

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page