Navigation – Plan du site
Études

Les Halles (1929), une œuvre charnière dans le développement du jeune opérateur et cinéaste Boris Kaufman ?

Les Halles by André Galitzine and Boris Kaufman
Les Halles di André Galitzine e Boris Kaufman
Elizabeth Muelsch
p. 52-71

Résumés

En 1929 Boris Kaufman et André Galitzine, tous deux venus de Russie à Paris, réalisent un film sur les Halles. On a longtemps considéré sa seule première partie, d’une durée de 7 minutes environ, comme étant l’entièreté du film ou ce qui en restait. Or ce court métrage durait plus de 22 minutes. Il ne fut retrouvé qu’en 2000 après la mort de l’ambassadeur suisse August Lindt à Berne. Jakob Lindt le remit à David Landolf, directeur de la Lichtspiel/Kinemathek à Berne permettant désormais d’appréhender ce film dans sa totalité. Cet article s’attache par conséquent à retracer l’histoire de cette production marginale éclairant par là la personnalité mal connue de Boris Kaufman, frère de Dziga Vertov, futur co-réalisateur et opérateur de Jean Lods puis de Jean Vigo, devenu ensuite un chef opérateur réputé aux États-Unis. Il interroge à la fois le rapport que le film, dans sa structure, entretient avec le Ventre de Paris de Zola et, dans ses partis pris stylistiques, ceux que l’on peut rattacher à « l’école » de l’Avant-garde française et ceux qui font écho à la doctrine du Ciné-Œil.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans sa préface à l’ouvrage collectif les Halles : images d’un quartier, Alain Corbin affirme que « le succès du roman de Zola fut tel que le Ventre de Paris constitua la métaphore inévitable de toute évocation des Halles de la capitale à la fin du XIXe siècle ». Dans l’imaginaire collectif, Paris s’était transformée en une ville « dévoratrice et gargantuesque » au centre de laquelle se trouvaient les Halles, ce point focal dans ce corps monstrueux, « vers lequel confluaient et duquel rayonnaient les êtres et les choses ».

Dans son roman, Zola souligne la beauté architecturale des pavillons Baltard et la modernité de ce lieu, tout en exposant ses lecteurs à un monde intoxiquant d’odeurs et d’images, invitant ses contemporains à s’imaginer une profusion de nourriture, arrangée dans de superbes étalages. Ainsi, il incite ses lecteurs non seulement au plaisir de la lecture mais aussi à un désir de consommation.

L’image zolienne des Halles effaça progressivement cette image pré-zolienne o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Muelsch, « Les Halles (1929), une œuvre charnière dans le développement du jeune opérateur et cinéaste Boris Kaufman ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 85 | 2018, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/6454 ; DOI : 10.4000/1895.6454

Haut de page

Auteur

Elizabeth Muelsch

Professeur de français au département d’anglais et de langages modernes de l’Angelo State University Texas à San Angelo (Etats-Unis). Elle a participé au volume collectif Personnages masculins et masculinité dans l’œuvre des écrivaines de la Belle époque (2012).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page