Navigation – Plan du site
Études

L’influence de Vertov sur les documentaristes lettons des années 1960 : un projet d’organisation collective du filmage en héritage

The influence of Dziga Vertov on Baltic filmmakers of the 1960s
L’influenza di Dziga Vertov sui registi baltici degli anni Sessanta
Irina Tcherneva
p. 72-99

Résumés

Cette étude examine le rôle qu’ont joué les écrits de Vertov dans les années 1960, au moment même où on les redécouvrait en URSS, dans un studio bien précis du pays, celui de Riga en Lettonie et sur l’impulsion de deux cinéastes en particulier, Uldis Brauns et Gerceļs Franks. La Lettonie devenue république socialiste soviétique après la Deuxième Guerre seulement n’avait pas eu de rapport avec les mouvements et les débats qui avaient agité la scène cinématographique soviétique dans les années 1920-1930. En exploitant des fonds d’archives inédits, l’article montre comment Brauns et Franks recoururent à l’enseignement de Vertov dans le cadre d’une commande spécifique qui leur avait été passée : la réalisation d’un film commémoratif pour le 50e anniversaire de la Révolution d’Octobre. Ce film, 235 millions de visages, tirait profit de l’exemple de la 6e Partie du monde mais surtout il était l’occasion de re-poser à nouveaux frais les questions d’organisation de la production d’un film documentaire collectif de cette envergure : renonciation au scénario, organisation collective coordonnée et souple, exploration du comportement humain par la caméra. Depuis les années 1930 l’industrie du cinéma en URSS s’était formée à l’opposé du projet vertovien, en devenant une institution concentrée, mais présente dans les territoires, fondée sur un investissement permanent de cinéastes professionnels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Archives/Archivi
Franks et Brauns interprètes de Vertov
Kinotchestvo dans le contexte des années 1960
Les potentialités du « laboratoire de création »
L’aspiration à rejeter le scénario
Conclusion

Aperçu du début du texte

Archives/Archivi

L’abondante historiographie consacrée à l’activité et à la pensée de Vertov comprend, depuis une quinzaine d’années, un ensemble de travaux portant sur l’influence de ses réflexions et de ses pratiques sur le cinéma documentaire des années 1960 en France, Allemagne, Canada et Union soviétique. Ces travaux se consacrent à la redéfinition des textes et des idées de Vertov dans divers contextes artistiques et politiques principalement sous l’angle de l’histoire des formes filmiques. L’histoire de ces dernières nécessite, à n’en pas douter, d’être reliée à celle des structures de production, au sein desquelles les cinéastes pensent l’organisation des prises de vue, leur rapport à ceux qu’ils filment et le montage. Ainsi, on s’intéressera à l’héritage vertovien dans le documentaire soviétique sous l’angle des procédés d’organisation, des conceptions du tournage et du montage. Le célèbre cinéaste fut une référence pour les Soviétiques qui cherchaient à renouveler l’organis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina Tcherneva, « L’influence de Vertov sur les documentaristes lettons des années 1960 : un projet d’organisation collective du filmage en héritage », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 85 | 2018, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/6469 ; DOI : 10.4000/1895.6469

Haut de page

Auteur

Irina Tcherneva

Historienne du cinéma et post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Membre de l’ANR « Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe Centrale et orientale, 1939-1991 » (CERCEC-CNRS), elle étudie actuellement le rôle des cinéastes et des photographes dans la diffusion des informations autour des procès de criminels contre l’humanité en URSS. Elle a soutenu en 2014 à l’EHESS une thèse de doctorat « Le cinéma de non-fiction en URSS. Création, production et diffusion (1948-1968) » (dir. A. Blum, V. Pozner) et publié de nombreux articles sur le documentaire et le cinéma amateur soviétiques, l’histoire économique et sociale du cinéma entre 1939 et 1972, ainsi que l’histoire visuelle de la Shoah en URSS. Elle a participé comme traductrice et co-éditrice à la nouvelle édition des écrits de Vertov.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page