Navigation – Plan du site
Études

Le Cinématographe dans le mouvement :une métaphysique des feuilles

The Cinematograph in motion : a metaphysics of leaves
Il Cinematografo nel movimento : una « metafisica » delle foglie
François Albera
p. 34-63

Résumés

La réception du Cinématographe Lumière à son émergence suggère qu’avec lui s’institue une distinction entre deux types de mouvement : celui des figures (qui a été jusqu’ici analysé et reconstitué par les jouets optiques, la chronophotographie et les bandes du kinétoscope) et celui du fond qui demeurait jusque là indifférencié, neutre et devient, avec les Lumière, un milieu. L’anecdote reprise par Méliès du mouvement des feuilles des arbres dans le vent semble ainsi désigner un phénomène qui est celui de la captation/restitution des micro-mouvements de la matière, l’aérien, rendant tangible l’insaisissable éther. L’hypothèse de cette étude est que le cinéma accompagne par là la refondation du monde physique par la science sur la base de la crise du modèle mécanique – que proclame Albert Einstein – que font éclater les évolutions de la thermodynamique, l’optique, l’électromagnétisme et la microphysique. Le point de jonction se situe dans les rapports entre ces phénomènes naturels aériens, de poussières, de fumées ou de feuilles innombrables avec l’activité de l’émulsion du film et ses cristaux d’halogénures d’argent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Deux types de mouvement
Un milieu en mouvement
L’évolution des idées en physique
Une métaphysique des feuilles ?
Le cinéma outil d’investigation
Le mouvement brownien de l’émulsion

Aperçu du début du texte

Dans le ferment, dans l’atome, dans la poussière,
La vie énorme est recherchée et apparaît.
Tout est capté dans une infinité de rets
Que serre ou que distend l’immortelle matière.
Émile Verhaeren, « Vers le futur »

« Les feuilles bougent... » : on connaît cette légendaire formule émise le 28 décembre 1895 à la vue des vues Lumière par certains spectateurs (dont Georges Méliès) et reprise depuis lors à satiété, donnant son titre à un article de Nicole Vedrès dans les Temps Modernes de 1948 qui l’a bien résumée et explicitée – en repartant de Georges Sadoul :

Georges Sadoul relève, parmi les échos de leur prudent enthousiasme [des spectateurs du Grand Café] (...) : dans le Déjeuner de Bébé, ce qui frappait le plus, ce n’était pas l’appétit manifeste de l’enfant à la Phosphatine, ce n’était pas non plus qu’on reconnût, gesticulant et remuant les lèvres, l’attendrissante famille Lumière. Non. Cela pouvait encore être du théâtre, cela pouvait être joué... Mais au fond, tout au fond du paysage ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Le Cinématographe dans le mouvement :une métaphysique des feuilles », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/6754 ; DOI : 10.4000/1895.6754

Haut de page

Auteur

François Albera

Professeur honoraire de l’Université de Lausanne, rédacteur en chef de 1895 revue dhistoire du cinéma. Dernier ouvrage paru : le Cinéma au défi des arts (2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page