Navigation – Plan du site
Études

Couleur/mouvement : trois dispositifs pour une histoire épistémologique dans la longue durée

Of movement considered in its relationship to colour : an archology of three experiments by Newton, Plateau, and Cros
Del movimento nei suoi rapporti con il colore : unarcheologia in tre dispositivi – Newton, Plateau, Cros
Benoît Turquety
p. 64-89

Résumés

Couleur et mouvement apparaissent a priori comme deux phénomènes d’ordres radicalement différents. Pourtant, la culture occidentale n’aura cessé de les rapprocher, depuis au moins le xviiie siècle, notamment sous la forme d’un large éventail d’expériences et de divertissements optiques qui ont mis la couleur en mouvement. Ceux-ci ont abouti à un agencement des deux concepts dans lesquels l’un vient partiellement à se comprendre par l’autre, agencement que le cinéma, au moment de son émergence, a reformulé. Ce texte se propose d’esquisser une histoire épistémologique de la relation entre couleur et mouvement, par l’analyse de trois dispositifs-clés qui ont jalonné cet échafaudage : le dispositif de démonstration de la décomposition du blanc en couleurs par Newton en 1704 ; l’inscription de l’invention du phénakisticope par Joseph Plateau (1833) dans des recherches sur la perception des couleurs ; et la (quasi) invention du cinéma en couleur par Charles Cros en 1867.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le dispositif-Newton
Intermède. Vers le xixe siècle : couleurs ondulatoires
Le dispositif-Plateau
Intermède : spectacles de couleur et de mouvement
Le dispositif Cros
Conclusion : vers le xxe siècle

Aperçu du début du texte

Proposer une histoire de la relation entre couleur et mouvement peut sembler relever d’un certain arbitraire. Ces deux concepts renvoient a priori à des catégories de phénomènes profondément distincts. Une certaine histoire du cinéma en couleurs se rattache d’ailleurs, dans ses commencements, à ce qui demeure d’image fixe dans le dispositif cinématographique. Les films, on le sait, ont été très tôt coloriés, à la main puis au pochoir. Cette technique de mise en couleur des images photographiques originellement noir et blanc provient très directement de la lanterne magique : dès le milieu du xixe siècle, les Life Models et autres types de plaques photographiques étaient fréquemment rehaussées de couleurs, souvent peintes à la main. Ce système fut appliqué au cinéma dès les premières années, l’expertise chimique acquise pour les plaques de verre de la lanterne étant transposable au support souple transparent du cinéma. Dans ce contexte, le film était concrètement appréhendé comme s’il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Turquety, « Couleur/mouvement : trois dispositifs pour une histoire épistémologique dans la longue durée », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/6761 ; DOI : 10.4000/1895.6761

Haut de page

Auteur

Benoît Turquety

Professeur à l’Université de Lausanne, membre du comité de rédaction de 1895 revue dhistoire du cinéma. Il a publié récemment Inventer le cinéma. Épistémologie : problèmes, machines (2014), dirigé Early Popular Visual Culture, numéro spécial « Tricks and Effects » (2015) et co-dirigé lAmateur en cinéma, un autre paradigme (2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page