Navigation – Plan du site
Chroniques

Fin de la projection ?

Laurent Mannoni
p. 131-144

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Le cinéma, depuis sa naissance, n’a cessé d’évoluer grâce à un certain nombre de révolutions plus ou moins brutales, parfois lentement assimilées ou au contraire très vite absorbées par l’industrie du 7e art. Avènement du son, de la couleur, du relief, de la stéréophonie, de la grande vitesse, de la « caméra légère », de l’écran large, du Scope, de l’Imax, du numérique bien entendu, etc. : autant de sujets importants qui scandent toutes les histoires classiques du cinéma. Le public a accueilli presque toujours avec faveur ces évolutions, tout simplement parce qu’elles permettaient d’augmenter les sensations de l’œil, de l’oreille et de « l’entendement », pour reprendre une expression des philosophes au temps de l’Ancien Régime. Ces (r)évolutions étaient souvent souhaitables et compatibles, car elles répondaient ontologiquement à la vocation du spectacle cinématographique tel qu’il avait été défini en 1895 par Louis Lumière et par Georges Méliès l’année suivante : la projection d’ima...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mannoni, « Fin de la projection ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/6802 ; DOI : 10.4000/1895.6802

Haut de page

Auteur

Laurent Mannoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page