Navigation – Plan du site

1895 no 84, 2018

p. 229 : Le titre du compte rendu du livre Relâche. Le dernier coup déclat des Ballets suédois comporte une malheureuse coquille touchant le nom de l’auteure qui est Carole Boulbès (et non Boulblès). L’erreur figure également dans le sommaire du numéro. Nous nous en excusons auprès de l’auteure.

1895 no 85, 2018

« Les Halles de Boris Kaufman »
Les légendes des photos accompagnant l’article d’Elisabeth Muelsch sur Boris Kaufman comportaient un certain nombre d’inexactitudes ou d’incertitudes quant aux personnes représentées que nous a signalées Thomas Tode (que nous remercions de sa vigilance) :
p. 52 : La photo de l’homme à la Kinamo n’est pas celle de Boris mais de Mikhaïl Kaufman.
p. 56 : La photo des enfants Kaufman montre non pas Boris (à gauche), Dziga (à droite) et leur mère, mais Mikhaïl (à gauche), leur tante Macha et Dziga (à droite).
p. 56 : la photo de Boris enfant semble plutôt être Dziga enfant.
p. 59 : la photographie montrant Boris et Lena Kaufman, Léon et Jeanne Moussinac et Dziga Vertov a été prise le 21 juillet 1929 à Paris. À droite (ici coupés par le cadre), se trouvent Ida et Jean Lods (la photo complète figure dans l’article de T. Tode, « Un Soviétique escalade la Tour Eiffel : Dziga Vertov à Paris », Cinémathèque no 5, 1994).
p. 61 : Les deux photos avec Jean Lods (à gauche) et Boris Kaufman (à droite) qui filment depuis un pont semblent plutôt avoir été prise pendant le tournage de la Vie dun fleuve : la Seine de Jean Lods (1931). L’association des amis de Jean Lods la légende de son côté : « 1930. LÉquipe » (titre du seul long métrage de Lods, tourné avec des acteurs pour les Chemins de fer du Nord en 1930. Voir l’interview de Lods dans Cinéma 74, no 188 et no 189).

« L’influence de Vertov sur les cinéastes lettons des années 1960 »
Page 93 : la note 75 renvoit à une note antérieure qui n’est pas la note 10 mais la 13.

« Roman Cieslewicz »
Page 119 : la composition de Roman Cieslewicz intitulée Jean-Luc Godard, 1968, collage répétitif n’est pas celle de la couverture d’Opus International no 2 (1967) comme indiqué. Les dates le suggèrent. Cette couverture comportait un seul de ces portraits contrastés de J-L. Godard (merci à Patrick de Haas).

1895 no 86, 2018

« La Belle Marinière »
– Pages 202-204 : à propos de la Belle Marinière, Serge Bromberg (de Lobster) nous informe que, malheureusement, Zygman n’a, en fait, rien retrouvé du tout, et qu’il n’y a jamais eu de copie 35mm de Fangs of the Claw (la seule copie à UCLA est en 16 mm) : « Retrouver une copie 35 mm par hasard dans une boîte 16 mm n’est donc pas crédible. C’est UCLA qui a signalé l’existence du film à Zygman alors qu’il écrivait un livre sur Gabin. La copie était déjà incomplète. Zygman nous a ensuite signalé l’existence de cette copie. C’est là tout son mérite. Quant à la légende de bobines supplémentaires, lorsque nous avons appris la nouvelle lors de cette soirée à Mériel, nous avons tout arrêté pour poursuivre nos vérifications, ce qui explique que la sortie fut si longue à venir. Vérification faite, y compris auprès de Zygman qui a bien été obligé d’en convenir, il n’a jamais vu que ces cinq bobines, et aucune autre. La mauvaise nouvelle est donc que, malheureusement, cette restauration est définitive, sauf à retrouver un autre élément, plus complet. Et vous pouvez être certain que nous achèverons le travail à ce moment-là ».

« Pagnol et le cinéma »
– Pages 56, 57, 58, 65 : quelques renvois à des figures numérotées (de type <fig. 3>) ont été conservés par erreur dans le corps de l’article bien que les illustrations (en l’occurrence les portées musicales données en exemples) ne soient plus numérotées. On est invité à n’en pas tenir compte.
– Page 60 : le paragraphe suivant comporte une erreur dans les nombres :
« La plupart des musiques sont empruntées au cycle de Die Schöne Mullerin (la Belle meunière) mais on trouve également des danses paysannes et quatre autres lieder du compositeur : le cinquième lied de Winterreise (le Voyage dhiver), le lied isolé « Die Forelle » (« La truite »), « Der Lindenbaum » (« Le Tilleul ») et « Ständchen » (« Sérénade ») quatrième lied du recueil posthume Schwanengesang (le Chant du cygne). La présence de trois de ces lieder qui ne font pas partie du cycle Die Schöne Mullerin (1823) n’est pas historiquement vraisemblable car seul « Die Forelle » (1817) lui est antérieur ».

« André Cayatte, un contemporain »
La difficulté à se repérer dans la Revue des vivants sur Gallica (reliure continue des numéros, omissions de certains sommaires) a créé quelques confusions :
Page 144 : dans le texte et la légende, lire < octobre 1929 > au lieu de février 1930.
Page 158, note 41 et le texte correspondant, lire < novembre 1929 >.
Page 172 : la référence de l’article de Cayatte, « Philosophie de Buster Keaton » est < no 8, août 1929, pp. 1248-1249 >.
Pages 134, 142, 159 : renvois erronés dans le texte aux illustrations 4, 6, 9 du cahier couleur.
Page 128, note 11, 3e ligne : la cote des AD de la Haute-Garonne vaut pour ce qui suit et non pour ce qui précède.
Page 129, il s’agit de la page 2 du document dont le début figure dans le cahier couleur (p. 146, ill. 2).
Page 138, 1ère colonne : lire < Publicité pour lEspagne envahie. Un an de non-intervention. [...] Il s’en fait exclure comme du Petit journal...>
Page 164, 2e colonne : lire  < Suite de l’article du Petit journal, p. 3, 8 mars 1937, photographie de Cayatte et Lamour >.

« Vient de paraître »
– Page 223 : La note consacrée à Pauline Mari, le Voyeur et lhalluciné (PUR) s’est trouvée déplacée de l’ordre alphabétique.