Navigation – Plan du site
Études

Dream World : parcours et discours d’un duo d’exploitants français aux États-Unis (1897-1910)

Dream World : Journey and discourses by a duo of French operators in the USA (1897-1910)
Dream World : percorsi e discorsi di una coppia di esercenti francesi negli Stati Uniti (1897-1910)
Germain Lacasse
p. 27-47

Résumés

La comtesse bretonne Marie de Kerstrat et son fils le vicomte Henry d’Hauterives, déjà connus pour leur rôle de pionniers de l’exploitation du cinéma au Québec, ont également eu une place importante mais encore méconnue dans l’émergence du cinéma aux États-Unis. De 1899 jusqu’à 1910 ils ont été parmi les exploitants les plus renommés, projetant les films français coloriés de Méliès et Pathé dans les grands théâtres et les Parcs d’attraction en utilisant un matériel perfectionné et une publicité audacieuse. Poussée graduellement vers la marge par l’intégration verticale des firmes américaines, leur entreprise artisanale constitue un exemple intéressant pour mieux comprendre la standardisation de l’exploitation et la réduction de la distribution française aux États-Unis.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article et la recherche qu’il expose ont été rendus possibles par la contribution financière du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et par le Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture. L’auteur remercie sincèrement ces deux organismes pour leur soutien généreux.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Débuts aux États-Unis : l’Historiographe (1899)
Contre-attaque française (1901)
Le haut du pavé : Dream World (1902-1903)
L’apothéose : Dream World à St Louis (1904)
Des années fastes : Parisian Mimodramas (1905-1907)
Le calvaire : New York City 1907-1908
Fort St Louis (1908)
Sur terres et sur mers (1908-1913)
Épilogue

Aperçu du début du texte

Marie de Kerstrat et son fils Henry de Grandsaignes Hauterives constituent un cas singulier d’exploitants étrangers dans un pays où le consumérisme et la monopolisation rejettent rapidement et violemment les modèles artisanaux d’exploitation cinématographique en faveur de la centralisation de la culture de masse. Exploitant leurs titres de noblesse dans un pays où cela impressionnait, ils maintenaient une qualité de présentation supérieure grâce aux talents techniques et oratoires d’Henry qui était aussi bon technicien que bonimenteur. Achetant leurs films plutôt que de les louer, ils composaient des programmes spécifiques pour des publics qu’ils connaissaient et tinrent radicalement à ce modèle. La gestion de l’entreprise était aussi soignée que la présentation, grâce au soin méticuleux de la comtesse qui veillait à tout. Mais cette éthique disciplinée et exigeante ne pouvait supporter longtemps la concurrence de compagnies au capital considérable qui pouvaient mettre sur le marché...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germain Lacasse, « Dream World : parcours et discours d’un duo d’exploitants français aux États-Unis (1897-1910) », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 86 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/7010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7010

Haut de page

Auteur

Germain Lacasse

Germain Lacasse est professeur émérite et associé de l’Université de Montréal où il a été professeur-chercheur de 1995 à 2015. Spécialiste du cinéma des premiers temps et du cinéma québécois, il s’est d’abord consacré aux débuts du cinéma au Québec et ensuite à une recherche transnationale sur les bonimenteurs de films. Depuis dix ans ses études se sont élargies vers les rapports divers entre le cinéma et l’oralité : langue, énonciation, traduction verbale, dans le cinéma québécois et d’autres corpus. Principales publications : Histoires de scopes. Le cinéma muet au Québec (1989) le Bonimenteur de vues animées. Le cinéma muet entre tradition et modernité (2000) et le Diable en ville : Alex Silvio et lémergence de la modernité populaire au Québec (2012). En préparation : une histoire de la lanterne magique et de la conférence illustrée au Québec.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page