Navigation – Plan du site
Études

Aux origines de la Cinémathèque québécoise

The origins of the Quebec Film Archive
Alle origini della Cinémathèque québécoise
Antoine Godin-Hébert
p. 76-114

Résumés

En 1963, deux groupes de cinéphiles montréalais veulent fonder une cinémathèque en même temps. Le conflit entre Henri Langlois et la FIAF ne facilite pas l’harmonie entre les deux fondateurs Serge Losique et Guy L. Coté. Le premier se montre entièrement fidèle à la Cinémathèque française alors que le second demeure écartelé entre Langlois et la FIAF. En plus de ces embûches diplomatiques internationales, déterminantes au plan de l’approvisionnement en films, le contexte politique du Québec facilite et complique à la fois les choses. D’une part, le gouvernement québécois investit davantage dans la culture, de l’autre, les francophones s’affirment face aux anglophones en prenant leur place dans les institutions existantes ou en en créant de nouvelles. Le groupe de Coté, Connaissance du Cinéma, doit donc négocier son indépendance vis-à-vis du Canadian Film Institute, lui-même déjà membre provisoire de la FIAF. Sous forme d’enquête historique, cet article nous plonge dans les archives de la Cinémathèque québécoise pour mieux comprendre les premières années mouvementées et incertaines de l’institution naissante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Histoire des cinémathèques
Quatre acteurs de premier plan : Henri Langlois, Serge Losique, Jean Antonin Billard et Guy L. Coté
Le Comité des Ciné-Clubs, embryon de Connaissance du Cinéma
Connaissance du Cinéma adopte son nom
Le groupe Losique et sa Cinémathèque canadienne
Connaissance du Cinéma : de la pédagogie à l’archivistique
Le basculement : devenir une archive reconnue par la FIAF en quelques semaines
Confusion chez les alliés et à la FIAF
Voyage au congrès de la FIAF : deux émissaires, deux visions
Belgrade : confusion et candidature reportée
Deux projets de cinémathèques en concurrence
Semaine Renoir, Henri Langlois et le groupe Losique
La Cinémathèque canadienne de Losique et Connaissance du Cinéma fusionnent, la FIAF revient au galop
La crise éclate
Nouvelle orientation face à la Cinémathèque française, démissions de Losique et Billard
La Cinémathèque rêvée de Losique et Billard
À qui la paternité de la Cinémathèque canadienne ?

Aperçu du début du texte

En 2013, alors que la Cinémathèque québécoise fêtait le 50e anniversaire de sa naissance, M. Serge Losique publiait, en avril de la même année, un article intitulé « Origines de la Cinémathèque québécoise » dans CTVM.info. Dans ce texte, le fondateur du Festival des films du monde de Montréal revendique la paternité de la Cinémathèque canadienne (devenue depuis la Cinémathèque québécoise telle qu’on la connaît aujourd’hui). Cette affirmation publique n’était pas la première du genre puiqu’elle reprenait ses « Réflexions sur Henri Langlois et le Canada » de 1977. En 2013, elle mettait néamnoins la Cinémathèque québécoise (CQ) dans une position inconfortable. En effet, comment une institution dont l’un des mandats est de conserver la mémoire du cinéma pouvait-elle se fourvoyer à ce point sur ses propres origines ? Mme Iolande Cadrin-Rossignol, alors directrice générale de la Cinémathèque québécoise, a donc voulu répondre à M. Losique en posant cette question simple : que nous disent l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Godin-Hébert, « Aux origines de la Cinémathèque québécoise », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 86 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/7037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7037

Haut de page

Auteur

Antoine Godin-Hébert

Antoine Godin-Hébert est doctorant à la Mel Hoppenheim School of Cinema de l’Université Concordia à Montréal. Il a été co-éditeur du magazine Hors Champ et collaborateur à la revue Liberté, organisateur de « Flashback sur le Festival international du film de Montréal 1960-67 » à la Cinémathèque québécoise. Il participe en tant qu’historien à la création du site guylcote.com en 2014 visant à faire connaître le fondateur de la Cinémathèque québécoise, Guy L. Coté, et comme programmateur-invité du cycle Guy L. Coté à la CQ. Son mémoire de maîtrise « Cinéma et modernité : le Festival international du film de Montréal de 1960 à 1967, du personnalisme au néonationalisme » (2017) dresse un tableau politique et idéologique de l’événement culturel. Son projet de thèse porte sur l’histoire des études cinématographiques au Québec.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page