Navigation – Plan du site

Accueil189588ÉtudesEisenstein et le kabuki

Études

Eisenstein et le kabuki

Contribution à l’invention du concept de montage
Eisenstein and kabuki. Contribution to the invention of the concept of “montage”
Ejzenštejn e il kabuki. Contributo all’invenzione del concetto di montaggio
Dominique Château
p. 80-115

Résumés

« Il semble que tous les arts aient, à travers les siècles, tendu vers le cinéma. Inversement le cinéma aide à comprendre leurs méthodes » a dit Eisenstein. Le kabuki participe de cette hypothèse, il vient joindre les arts dont l’approfondissement est censé bénéficier de la perspective de la théorie du montage. Réciproquement, dans les textes d’Eisenstein, ce théâtre japonais, traditionnel quoique toujours vivace, vient appuyer la théorie du montage cinématographique, anticipant même son extension au-delà du visuel. D’où une hésitation possible entre l’hypothèse que le kabuki est un modèle du cinéma et celle que le cinéma est un modèle du kabuki. Centrée sur les textes du cinéaste de 1928-1929 et sur les données disponibles relatives à la venue d’une troupe de kabuki en URSS en 1928 qui marque la rencontre d’Eisenstein avec ce type de spectacle, cette étude met en lumière le caractère intermédial du kabuki aux niveaux interne et externe, monosémiotique et polysémiotique, conduisant à une conception du montage comme art contrapuntique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La tournée russe du kabuki en 1928
Qui était Ichikawa Sadanji II ?
Le matériau eisensteinien
Les registres de l’intermédialité
Les paramètres du montage kabukien
Le montage comme art contrapuntique
Conclusion

Aperçu du début du texte

La contribution d’Eisenstein à la définition du concept de montage est un grand palimpseste dont la qualité tient à la fois à la généralité et à la singularité du propos. Fortement lié à l’esthétique du cinéaste, il n’en est pas moins applicable au cinéma en général : il faut s’habituer au à la fois quand on s’intéresse à lui. Sur un autre plan, celui de l’imitation, la relation entre les arts, on trouve l’ambivalence comparable du « cinématisme » qu’exemplifie la célèbre analyse sur El Greco dont « la vue de Tolède [nétant] possible d’aucun point de vue réel dans l’espace (...) est un complexe monté, une représentation composée par montage ». De l’idée téléologique d’une tension des arts vers le cinéma procède la consigne d’employer les formes du cinéma à la compréhension des autres arts : « Il semble que tous les arts aient, à travers les siècles, tendu vers le cinéma. Inversement le cinéma aide à comprendre leurs méthodes » dit Eisenstein.

Le kabuki participe de cette hypothèse....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Château, « Eisenstein et le kabuki »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 88 | 2019, 80-115.

Référence électronique

Dominique Château, « Eisenstein et le kabuki »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 88 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/7368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7368

Haut de page

Auteur

Dominique Château

Dominique Chateau est professeur émérite de l’Université Paris 1 et membre du comité de rédaction de la Nouvelle Revue desthétique. Il a publié de nombreux ouvrages de sémiologie du cinéma et d’esthétique dont, récemment, Contribution à lhistoire du concept de montage. Kouléchov, Poudovkine, Vertov et Eisenstein (2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search