Navigation – Plan du site

Accueil189588ArchivesHogarth a parlé de cinéma : Eisen...

Archives

Hogarth a parlé de cinéma : Eisenstein théoricien de la ligne serpentine d’Hogarth dans « Organicité et imagicité » (1934)

Hogarth spoke about cinema : Eisenstein theorist of the serpentine line of Hogarth in “Organicity and Imagicity” (1934)
Hogarth ha parlato di cinema : Ejzenštejn teorico della linea serpentina di Hogarth in « Organicità e immaginità » (1934)
Marie Gueden
p. 116-143

Résumés

Cette présentation du texte d’Eisenstein « Organicité et imagicité », examine l’histoire de cet essai et des différentes versions qu’il a connues afin de mesurer l’intérêt de la version complète ici publiée à partir des sources manuscrites. Elle examine ensuite la place qu’occupe l’œuvre de Hogarth chez Eisenstein, de l’œuvre graphique et picturale à la théorie de la « ligne serpentine » et comment celle-ci vient s’inscrire de manière structurante dans la réflexion esthétique du cinéaste qui, dans les années 1930-1940, tente d’articuler selon un continuum phénomènes naturels, processus psychiques et pratiques artistiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Eisenstein et Hogarth, « chevalier de la ligne organique de la beauté »
La ligne serpentine comme ligne organique classique, dialectique : une histoire théorique anthropologique de la ligne serpentine entre universalisme et culte esthétique
« L’art de bien composer est l’art de bien varier » : la ligne serpentine, visualisation dialectique du mouvement organique au cœur de la composition (mise en scène, mise en cadre, montage)
La ligne serpentine comme ornement essentiel (« fitness ») : le « reflet » des phénomènes de la nature, la « méthode » pour fixer les phénomènes, et l’« imagicité »
« Dans le cadre de l’art, mais également au-delà de ses limites » : l’« obraz » et le « gigantisme » de « l’ère paléotechnique »

Aperçu du début du texte

Il n’est point de serpent, ni de monstre odieux.
Qui, par l’art imité, ne puisse plaire aux yeux (...).
Le secret est d’abord de plaire et de toucher
Inventez des ressorts qui puissent m’attacher.

Si en Italie Carlo Ludovico Ragghianti avait relevé la notion de « ligne de mouvement » chez Eisenstein dans ses écrits des années 1940 concernant le montage audiovisuel, la rattachant à une certaine culture esthétique historique, dont la « ligne de beauté » de William Hogarth, rapprochée de sa propre méthode d’observation du cinéma dans son Cinematografo rigoroso (1932), Eisenstein consacre plus tôt, et à une époque contemporaine du critique italien, dans « Organicité et imagicité » (1934), un texte en l’honneur de la ligne de beauté d’Hogarth.

En France, c’est à Barthélemy Amengual, dans Que viva Eisenstein ! (1980) que l’on doit la référence à une « étonnante étude » faite par Eisenstein en 1934 concernant Hogarth et la « ligne courbe, serpentine ou spiralée », en laquelle il voit « une ima...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Gueden, « Hogarth a parlé de cinéma : Eisenstein théoricien de la ligne serpentine d’Hogarth dans « Organicité et imagicité » (1934) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 88 | 2019, 116-143.

Référence électronique

Marie Gueden, « Hogarth a parlé de cinéma : Eisenstein théoricien de la ligne serpentine d’Hogarth dans « Organicité et imagicité » (1934) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 88 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/7378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7378

Haut de page

Auteur

Marie Gueden

Marie Gueden est doctorante en arts plastiques, esthétique et sciences de l’art à l’Université Paris 1 avec une thèse sur « La “vertu serpentine de la pellicule” : la forme serpentine, forme-mouvement, aux débuts du cinéma jusqu’à Eisenstein » (sous la direction de Joseph Moure). Elle a publié des articles sur Epstein (« Un ciné-mollusque », Fabula-LHT, no 15, 2015), Tarkovski, Ozu et Eisenstein et Théories du cinéma et des médias : approches anthropologiques avec Virgilio Mortari (2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search