Navigation – Plan du site

Accueil189589ÉtudesSerpentin-Lévesque entre 1918 et ...

Études

Serpentin-Lévesque entre 1918 et 1922, un « comique français » entre vis et visse comica

Serpentin-Lévesque from 1918 to 1922, « French comedy » between vis and visse comica
Serpentin-Lévesque tra il 1918 e il 1922, un « comico francese » tra vis e visse comica
Marie Gueden
p. 42-77

Résumés

Cette étude s’attache à un acteur oublié du cinéma français, apparu dans les années 1910 au sein des films de Louis Feuillade, en particulier dans les Vampires où il est Cocantin, devenu le protagoniste de la série Serpentin après la guerre (1918-1922) : Marcel Lévesque. Son personnage est censé faire pièce aux produits américains qui dominent désormais le terrain qui avait été, une dizaine d’années auparavant, celui des séries comiques françaises, massivement produites et exportées à l’échelle internationale (Boireau, Rigadin, Max Linder, etc.). Des débats nourris se mènent dans les revues spécialisées et dans la presse en général autour de la nature du comique à promouvoir pris dans une double contradiction : celle qui passe entre le metteur en scène et l’interprète et celle qui passe entre les États-Unis et la France. Au comique excessif et « dégénéré » d’Outre-Atlantique, il s’agit d’opposer un rire français, spirituel. À la mécanique du slapstick – mais pas Charlot – on oppose les qualités de fluidité de la vie, la ligne onduleuse, serpentine, au pantin le serpentin.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

« Dans “Serpentin”, il y a “pantin” » (Lévesque) : un comique bergsonien, un « rire français »
Serpentin-Lévesque, « une allure de serpent, des gestes onduleux, une démarche flottante » (Fescourt) : un Charlot français ?
« Que vient-on nous vanter les comiques d’outre-mer lorsque chez nous il y a un Lévesque ? » : Lévesque et le « rire français », entre rénovation et crise, « vieille gaîté gauloise » et « modern transaltantic humour »

Aperçu du début du texte

Dans le tome II de son Histoire du cinéma portant sur les années 1915-1925, Jean Mitry, répertoriant la « véritable école française » (le burlesque français, qui se dessine après les courses-poursuites des années 1906-1908), ne cite qu’en passant Jean Durand, associé à la série Serpentin, et seulement à propos de la série Onésime. Il avait pourtant affirmé dès 1945 combien Durand était un oublié des histoires du cinéma : « pas une “histoire du cinéma” n’en a fait mention jusqu’ici », et ce malgré la fantaisie surréaliste à l’œuvre chez ses « fantoches pleins d’ironie » dans les séries Zigoto, Calino, Onésime, leur vérité vivante, leur fraîcheur, leur spontanéité, leur charme, face au « médiocre Rigadin ».

Dans Pour une contre-histoire du cinéma Francis Lacassin est revenu sur cette « occultation » du réalisateur comique par les historiens du cinéma qui se manifeste en particulier, comme le souligne François Albera, à l’occasion d’une fascinante « table ronde » avec Joe Hamman, Jean-L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Gueden, « Serpentin-Lévesque entre 1918 et 1922, un « comique français » entre vis et visse comica »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 89 | 2019, 42-77.

Référence électronique

Marie Gueden, « Serpentin-Lévesque entre 1918 et 1922, un « comique français » entre vis et visse comica »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 89 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/7547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7547

Haut de page

Auteur

Marie Gueden

Doctorante à l’Université Paris 1 (« La “vertu serpentine de la pellicule” : la forme serpentine, forme-mouvement, dans les écrits théoriques aux débuts du cinéma jusqu’à Eisenstein », sous la direction de Joseph Moure). Auteure d’articles et d’entretiens en ligne sur Critikat et Fabula, ainsi que dans 1895 revue dhistoire du cinéma.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search