Navigation – Plan du site

Accueil189590Études« Dans quel ton jouons-nous ? », ...

Études

« Dans quel ton jouons-nous ? », le métier de musicien d’orchestre de cinéma à Paris au lendemain de la Première Guerre mondiale

“Which style are we playing ?” : The profession of film orchestra musician in Paris after the First World War
« In quale tonalità suoniamo ? ». Il mestiere di orchestrale per il cinema a Parigi all’indomani della prima guerra mondiale
Céline Pluquet
p. 62-91

Résumés

Dans la Cinématographie Française de la fin des années 1910 et au cours des années 1920, Constant Larchet intervient sur la question de la musique au cinéma, en apportant de précieuses informations sur la pratique de musicien de salle de cinéma et sur le savoir-faire qu’elle requiert. Cette importance est confirmée par le tournant que prend un conflit social entre exploitants et musiciens durant l’été 1919 aboutissant à une grève. La standardisation de la pratique musicale dans les salles et la place centrale de l’orchestre, en particulier à Paris, renforcent le rôle du chef d’orchestre de cinéma dans l’élaboration du spectacle cinématographique. Devenu une figure publique, il participera notamment tout au long des années 1920 à la définition de la musique de cinéma et au cinéma, par la création d’adaptations musicales et d’un répertoire spécifiquement cinématographique. Cette étude révèle ainsi le processus d’institutionnalisation de la profession de musicien de salle de cinéma largement renforcé par les accords de 1919 qui serviront de référence durant les années 1920.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La rubrique musicale de Constant Larchet : vers une reconnaissance de la figure du chef d’orchestre
Conflit entre les exploitants et les musiciens
Institutionnalisation d’une pratique

Aperçu du début du texte

La période des années 1920 est marquée par l’importance que la musique prend au sein du spectacle cinématographique. Selon Laurent Guido en effet, cette « conquête [...] du spectacle cinématographique par la musique » nourrira les réflexions des premiers théoriciens du cinéma fantasmant la naissance du « drame musical de l’avenir », capable de dépasser l’art lyrique. L’ouverture de la salle Marivaux à Paris au lendemain de la guerre, avec la projection de la Suprême épopée d’Henri Desfontaines, accompagnée d’une partition écrite pour l’occasion par Camille Erlanger et exécutée par l’orchestre de Joseph-Eugène Szyfer, témoigne également de l’importance prise par la musique au cinéma.

Décrite comme « essayant de remplir le vide acoustique des cinémas par une “illustration musicale” qui [tâcherait] de s’adapter aux sentiments suggérés par les événements qui se [déroulent] à l’écran », la musique au cinéma est généralement définie à cette période autour de trois pratiques : la partition ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Pluquet, « « Dans quel ton jouons-nous ? », le métier de musicien d’orchestre de cinéma à Paris au lendemain de la Première Guerre mondiale », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 90 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/7712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7712

Haut de page

Auteur

Céline Pluquet

Céline Pluquet est doctorante en Esthétique, sciences et technologie des Arts de l’Université Paris 8. Sa thèse porte sur « L’utilisation de la partition musicale dans l’industrie cinématographique française de 1907 à 1929 à Paris » (sous la direction de Dominique Fournier-Willoughby). Elle a publié dans Immagine. Note di storia del cinema.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search