Navigation – Plan du site

Accueil189590ArchivesHenry Poulaille et Émile Vuillerm...« La motoculture intellectuelle »...

Archives
Henry Poulaille et Émile Vuillermoz devant la mécanisation de la musique

« La motoculture intellectuelle » selon Émile Vuillermoz. Gramophone, film, machine à écrire, synchronisation et hybridation

François Albera et Émile Vuillermoz
p. 147-181

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le machinisme est impitoyable
Superpositions, Greffes et Hybridations
Littéralisme de Vuillermoz
Tableau établi par Pascal Manuel Heu
Le Film de la semaine « Le Comte de Griolet »
La Motoculture intellectuelle
La Motoculture intellectuelle no 24. L’Électrification des Muses
La Motoculture intellectuelle no 26. La synthèse de la voix
La motoculture intellectuelle no 31 [Les avantages de la Postsynchronisation]
La motoculture intellectuelle no 32. Le pathétique du bruit
La Motoculture intellectuelle no 33. Le Film musical

Aperçu du début du texte

On connaît Émile Vuillermoz en tant que pionnier de la critique de cinéma ; la place qu’on lui a reconnue à ce titre est maintenant assurée. On connaît aussi le critique musical. Mais on a quelque peu cantonné Vuillermoz aux années 1910-1920 et sa réflexion ultérieure demeure encore dans l’ombre alors même qu’elle lui offrait l’occasion d’articuler cinéma et musique à la faveur de l’instauration du cinéma sonore. En outre la réflexion de Vuillermoz prend une altitude encore nouvelle avec la série étonnante de ses 39 articles – sans équivalent dans sa « corporation » critique – qu’il publie en 1931-1932 dans le quotidien Excelsior sous le titre : « La motoculture intellectuelle ». Sortant de ses deux spécialités, ou plutôt décidé à leur donner un cadre élargi, il s’efforce d’envisager le problème général du « machinisme » pour en évaluer les effets dans les productions intellectuelles. Cette réflexion s’inscrit dans une longue suite de controverses et de débats sur la question qui a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera et Émile Vuillermoz, « « La motoculture intellectuelle » selon Émile Vuillermoz. Gramophone, film, machine à écrire, synchronisation et hybridation », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 90 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/7753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7753

Haut de page

Auteurs

François Albera

Articles du même auteur

Émile Vuillermoz

Émile Vuillermoz (1878-1960), critique musical et critique cinématographique dès les années 1910 et continûment jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Il est l’auteur de plusieurs monographies de musiciens (Arthur Honegger [1943], Claude Debussy [1957], Chopin amoureux [1960]) et d’une Histoire de la musique (1949) ainsi que d’un recueil Critique musicale (1902-1960) (Fayard, rééd. 2013). On trouve un recueil factice de ses chroniques dans le Temps « Devant l’écran » (1916-1923) à la BNF, département des Arts du spectacle (fonds Rondel).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search