Navigation – Plan du site

Accueil189590ChroniquesDVDBoris Lehman, Magnum Beguynasium ...

Chroniques
DVD

Boris Lehman, Magnum Beguynasium Bruxellense

François Albera
p. 267-268
Référence(s) :

Boris Lehman, Magnum Beguynasium Bruxellense, Re:Voir, 2020

Texte intégral

1Les éditions Re:Voir (emmenées par Pip Chodorov) publient depuis plusieurs années et par blocs successifs l’œuvre filmée de Boris Lehman (plus de 500 films). Après Babel (1983-1991, 380 minutes), À la recherche du lieu de ma naissance, Sept films de Boris Lehman (dont Muet comme une carpe, Retouches et réparations, Portrait du peintre dans son atelier, Un peintre sous surveillance, Chose qui me rattachent aux êtres, la Dernière [S]cène, lHomme de terre) et Histoire de ma vie racontée par mes photographies, Histoire de mes cheveux : de la brièveté de la vie, Leçon de vie, voici l’un des premiers grands films de l’auteur, celui qui le fit connaître au-delà des cercles bruxellois où il était actif depuis plusieurs années déjà : Magnum Beguynasium Bruxellense ou le Béguinage (1978). Remarquable documentaire de 145 minutes sur un quartier de Bruxelles en démolition où se trouvait jadis un béguinage (begijnhof), lieu d’habitation d’une communauté religieuse laïque de femmes à l’époque médiévale. C’était avant que l’installation des institutions européennes dévaste en partie la ville, mais c’était déjà le temps de la spéculation immobilière galopante et du philistinisme des autorités (qui ont laissé démolir des bâtiments du patrimoine sans ciller – comme ceux de Victor Horta dont la Maison du Peuple, bâtiment Art nouveau qui fut détruit en 1965 malgré des protestations internationales). Adoptant le principe qui lui est familier dans son œuvre de l’inventaire (ou de l’encyclopédie, ou du puzzle), Lehman arpente, de l’aube au crépuscule, ce quartier qu’il connaît intimement et va à la rencontre des habitants. Son appétence pour l’insolite et l’absurde le conduit à saisir dans la durée, sans position de surplomb, sans commentaire explicatif, la vie sociale (les institutions : administration, église, hospice, centre psychiatrique, cabaret, caserne, association de chômeurs) comme les histoires individuelles (il y a environ 150 personnages : loueur de vélos, peintre amateur, forain, collectionneur de chopes ou érotomane, chanteur). Le film en 16mm tourné en hiver alterne le noir et blanc et la couleur et dessine une figure labyrinthique par un système de répons et de rimes qui est l’autoportrait d’un quartier que hantent la mort des vieillards et la disparition du passé et qu’égayent le petit carrousel en miniature du forain et les rondes d’enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Boris Lehman, Magnum Beguynasium Bruxellense », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 90 | 2020, mis en ligne le 31 octobre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/7921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7921

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search