Navigation – Plan du site

Accueil189590ChroniquesErrata – correspondanceErrata

Chroniques
Errata – correspondance

Errata

1895 no 89, hiver 2019
p. 302

Pages 133-134 : Madame Yukiko Martin nous donne quelques précisions concernant le parcours de Marcel Martin sur la base de documents qu’elle a retrouvés (livret universitaire, cartes d’étudiant, brevet militaire notamment). Martin est inscrit en khâgne à Nancy (lycée Henri Poincaré) durant l’année scolaire 1945-1946 tout en suivant des cours à la faculté des Lettres de l’Université de la même ville (1945-1946 et 1946-1947). Il intègre ensuite la khâgne du lycée Lakanal à Sceaux (1947-1948) en première supérieure pour préparer le concours d’entrée à Normal Sup’ et suit parallèlement des cours en Sorbonne qui aboutiront à une licence en novembre 1953 (avec des certificats en Littérature française [6 juin 1946 à Nancy] ; Études latines [26 novembre 1947 à Nancy] ; Morale et sociologie [2 juillet 1949 à Paris] ; Psychologie [17 novembre 1959 à Paris]). Et le 8 juin 1954 il obtient un DES en Philosophie. C’est donc parallèlement qu’il suit trois années durant les cours et travaux pratiques de l’Institut de filmologie de 1948 à 1951 (comme l’atteste un certificat du 6 janvier 1953 signé de Mario Roque) où il obtient un diplôme avec une monographie sous la direction du Prof. Georges Friedmann ayant comme sujet : « Enquête sociologique sur le public de la Cinémathèque française ». Ce cursus est cependant interrompu en 1952-1953 par le service militaire (qu’il passe au 5e régiment d’infanterie comme aspirant, à Coblence et Maixent). Jusqu’en 1957 il exerce une activité de surveillant d’internat au lycée Chapsal et d’externat au lycée Jean-Baptiste Say avant d’être rappelé à l’armée en juillet 1958 et envoyé en Algérie comme officier pour une année qui sera pour lui éprouvante (il témoignera sous le pseudonyme de J. Martel dans un livre collectif paru aux éditions Maspéro : Officiers en Algérie [co-signé J. M. Darboise, M. Heynaud], collection « Cahiers libres 11 », 1960). Par ailleurs cette année compromettra sa carrière d’enseignant de cinéma en classe préparatoire et à l’IDHEC. En 1970-1971, Marcel Martin devenu un critique de cinéma, auteur de plusieurs ouvrages (le Langage cinématographique, 1955 ; Robert Flaherty, 1965 ; Jean Vigo, 1966 ; Charlie Chaplin, 1966 ; le Cinéma soviétique par ceux qui lont fait, 1966 [co-Jean et Luda Schnitzer]), s’inscrit en « Études cinématographiques » à Paris 1 en Doctorat de 3e Cycle.

Page 139 : l’« inconnu » figurant sur la photographie aux côtés de Marcel Martin et Georges Sadoul a été identifié par plusieurs de nos lecteurs comme étant Pierre Billard.

  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search