Navigation – Plan du site

Accueil189591Point de vue« L’ivresse patrimoniale », et ap...

Point de vue

« L’ivresse patrimoniale », et après ?

Looking beyond the current craze for film heritage
“L’ebbrezza del patrimonio”, e poi?
Natacha Laurent
p. 08-30

Résumés

Alors que l’accès aux films anciens était autrefois réservé à certains lieux spécifiques, le patrimoine cinématographique n’a jamais été aussi visible, ni apparemment aussi accessible, qu’aujourd’hui. Comment interpréter cette « ivresse patrimoniale » ? Est-elle vraiment une victoire du patrimoine cinématographique ? L’analyse de cette visibilité inédite montre qu’elle est le symptôme d’un bouleversement majeur : l’entrée en scène du marché, qui s’accompagne d’un discours rassurant et consensuel. Mais appliquer systématiquement aux films d’hier une logique marchande a des conséquences tant sur l’évolution des cinémathèques et archives du film que sur notre conception et nos pratiques du patrimoine cinématographique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Une visibilité inédite
L’entrée en scène du marché
Que devient le patrimoine ?
Les coulisses de la spectacularisation

Aperçu du début du texte

L’abondance a succédé à la rareté. L’exceptionnel est devenu banal. Alors que l’accès aux films anciens était autrefois réservé à certains lieux spécifiques et paré d’une certaine confidentialité, le patrimoine cinématographique n’a jamais été aussi visible qu’aujourd’hui. Films classiques, films de répertoire, « films culte », films d’hier, films de patrimoine : ces appellations, devenues interchangeables dans le langage courant, témoignent de cet intérêt croissant depuis la fin du siècle dernier pour les œuvres du passé. Festivals, salles commerciales, chaînes de télévision, éditions DVD, sites et plateformes, on ne compte plus les lieux qui participent à la diffusion des films anciens et donnent à chacun le sentiment – ou l’illusion ? – que ceux-ci sont tous, à tout moment, pour tout le monde, et pour toujours, disponibles.

Ce bouleversement évident, qui s’inscrit dans un engouement pour le patrimoine en général à l’œuvre depuis les années 1980, s’accompagne d’un discours qui sem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Laurent, « « L’ivresse patrimoniale », et après ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 91 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/7994 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.7994

Haut de page

Auteur

Natacha Laurent

Natacha Laurent est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean-Jaurès et membre de Framespa (UMR 5136). Elle a dirigé la Cinémathèque de Toulouse de 2005 à 2015. Historienne du cinéma russe et soviétique, elle s’intéresse également à l’histoire du patrimoine cinématographique. Auteur de plusieurs ouvrages sur le cinéma soviétique, elle a participé à l’ouvrage collectif Christophe Gauthier (dir.), Patrimoine et patrimonialisation du cinéma (2020).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search