Navigation – Plan du site

Accueil189591ChroniquesVient de paraîtreL’appel à l’aide de la Cinemateca...

Notes de la rédaction

En 2015 notre revue et notre association avaient noué de fructueuses relations avec la Cinemateca brasileira de Saõ Paulo : un ouvrage qu’elle avait aidé à voir le jour, Paulo Emílio Sales Gomes ou la critique à contre-courant (dirigé par Isabelle Marinone et Adilson I. Mendes), un numéro « cinémas brésiliens » de 1895 revue d’histoire du cinéma (no 77) qu’elle avait également soutenu, sans compter la participation de représentants de l’AFRHC à ses stimulantes Jornada brasileira de cinema silencioso et à un colloque Sales Gomes organisé avec l’Institut Jean-Vigo à Montpellier et à Perpignan, à sa Rivista da Cinemateca brasileira qui n’a connu que deux numéros. En 2016 un incendie ravageait un des dépôts de ces archives et plus de 1 000 bobines disparurent en fumée (voir « Père ne vois-tu pas que je brûle ! », 1895 no 78) ; en 2019 c’est une inondation qui affectait gravement un autre de ses dépôts. Dans un pays où l’on a laissé partir en cendres le Museu Nacional de Rio de Janeiro, qui était aussi le plus grand musée d’histoire naturelle d’Amérique latine et un conservatoire des civilisations afro-brésiliennes et amérindiennes de l’époque pré-colombienne, il n’est pas surprenant que le gouvernement semi-militaire d’extrême-droite qui règne depuis 2018 continue de négliger cyniquement le patrimoine. Miroir grossissant du philistinisme des dirigeants néo-libéraux, la tragédie culturelle qui affecte le Brésil devrait ouvrir les yeux sur ce qui attend le reste du monde et dont la période récente a donné quelques aperçus en la matière. Le texte qui suit a été rédigé par les ex-membres du Conseil de la Cinemateca dissous par les autorités et on peut lui apporter son soutien en signant cette pétition à l’adresse indiquée.

La Cinemateca Brasileira, la plus grande archive cinématographique brésilienne, dont l’histoire et le rôle sont internationalement reconnus, fait face à une situation d’urgence. À la mi-mai, elle n’a encore reçu aucun versement de son budget annuel dont le montant est de l’ordre de 12 millions de reais (un peu moins de 2 millions d’euros). Après avoir subi une intervention du ministère de la Culture en 2013, qui a limogé son conseil d’administration et lui retiré son autonomie opérationnelle, elle a été confrontée à un processus d’affaiblissement institutionnel continu qui aboutit à la menace actuelle de paralysie totale. La Cinemateca est responsable de la plus grande collection audiovisuelle d’Amérique du Sud, dont la conservation nécessite des soins permanents de la part de techniciens spécialisés et le maintien de paramètres de conservation stricts à basse température et humidité relative.

Les collections publiques et privées qui constituent la mémoire audiovisuelle du pays sont sous sa garde. Outre leur valeur culturelle intrinsèque, les œuvres des producteurs nationaux cumulent une valeur économique ; ils sont une source de revenus industriels qui maintient la dynamique du secteur. La menace qui plane sur la Cinémathèque n’est pas seulement la destruction de valeurs symboliques, mais aussi de valeurs tangibles. Le contrat du gouvernement fédéral avec l’organisation sociale qui gère la Cinemateca – Associação de Comunicação Educativa Roquete Pinto (ACERP) – a été résilié à l’initiative du ministère de l’Éducation. L’actuel secrétariat spécial à la culture, qui est responsable de la cinémathèque, a ses liens administratifs répartis entre deux ministères, la citoyenneté et le tourisme. Cette situation schizophrène rend difficile pour le gouvernement d’agir avec l’urgence nécessaire pour empêcher l’effondrement de Cinemateca, tandis que l’administration publique se consacre à la conception d’une solution à long terme. Si le budget de Cinemateca n’est pas immédiatement transféré à l’ACERP, garantissant le maintien du nombre minimum de travailleurs et les conditions physiques de conservation, il ne sera pas nécessaire d’avoir une perspective future, car nous aurons déjà atteint la solution finale. La négligence du Secrétariat de l’audiovisuel de l’ex-ministère de la Culture à l’égard de la Cinémathèque a provoqué l’incendie de février 2016 – le quatrième subi par l’institution dans son histoire – dans lequel un millier de bobines de films ont été définitivement perdues, un fait qui, à l’époque, a été dédaigné par les autorités qui n’ont pris aucune mesure pour réparer ou prévenir de nouveaux accidents. En février de cette année, les installations de la Cinemateca de Vila Leopoldina (São Paulo), qui stocke une partie de la collection, ont été touchées par une inondation. Une fois de plus, le Secrétariat de l’audiovisuel s’est défaussé de ses responsabilités, n’a pas évalué les pertes ni adopté de mesures pour protéger les collections menacées. Si l’indifférence quant à l’avenir du patrimoine audiovisuel brésilien persiste, les conséquences seront encore plus graves. Sans le soin des techniciens et les conditions de conservation, toute la collection se détériorera de manière irréversible. Dans ce cas, lorsque l’aide de Brasilia arrivera, les images de notre passé seront devenues les spectres de notre effondrement en tant que nation.

Si vous êtes d’accord avec ce qui est écrit ci-dessus signez la pétition s’il vous plaît https://secure.avaaz.org/po/community_petitions/governo_federal_secretaria_especial_de_cultura_sec_cinemateca_brasileira_pede_socorro/?rc=fbutm_source=sharetoolsutm_medium=facebookutm_campaign=petition-1021104-

São Paulo, 15 mai 2020

Lygia Fagundes Telles, ex-présidente du Conseil de la Cinemateca Brasileira ;
Ismail Xavier, professeur à la USP, auteur, ex-président du Conseil de la Cinemateca Brasileira ; Carlos Augusto Calil, ex-directeur exécutif de la Cinemateca, ex-secrétaire municipal à la culture de São Paulo ; Ricardo Ohtake, ex-directeur exécutif de la Cinemateca, ex-secrétaire à la culture de l’État de São Paulo ; Dora Mourão, ex-membre du Conseil, ex-presidente de la CILECT (The International Association of Film and Television Schools) ; Ugo Giorgetti, ex-membre du Conseil de la Cinemateca ; João Batista de Andrade, ex-membre du Conseil de la Cinemateca, ex-secrétaire à la Culture de l’État de São Paulo ; Marcel Araújo, ex-membre du Conseil de la Cinemateca, ex-secrétaire à la Culture de l’État de São Paulo ; Eduardo Morettin, ex-membre du Conseil de la Cinemateca ; Sérgio Muniz, ex-membre du Conseil de la Cinemateca ; Walter Salles, réalisateur, producteur, ex-membre du Conseil de la Cinemateca ; Jean-Claude Bernardet, cinéaste, critique, professeur, ex-membre du Conseil de la Cinemateca

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search