Navigation – Plan du site

Accueil189591ChroniquesErrata – correspondanceErrata

Chroniques
Errata – correspondance

Errata

1895 Revue d’histoire du cinéma no 90, printemps 2020
p. 216

Page 94 : Une précision supplémentaire de Michel Denis, auteur de l’article consacré à Bétove, relativement aux propos (radiophoniques) de ce dernier disant qu’il avait dirigé le premier concert Wagner à Paris après la Guerre de 1914-1918 : c’était le 20 décembre 1919 dans la grande salle du Trocadéro avec les 100 exécutants des Concerts Colonne. Le concert est annoncé dans Comœdia avec une illustration du caricaturiste Charles Gir, et un (bref) compte rendu.

Page 110 : s’agissant des trois soirées de gala organisées pour la première des Trois Mousquetaires de Diamant-Berger, les 18, 19 et 20 octobre 1921, dans la grande salle du Trocadéro, il convient de supprimer la parenthèse indiquant « durée probablement surestimée », car, vérification faite, chacun des 12 épisodes du film durait bien une heure.

Page 113 : détail supplémentaire concernant à la fois Bétove mais aussi Carette (évoqué dans l’article des Archives accompagnant le dossier Vuillermoz) : ce dernier tenait le rôle du gardien du paradis dans l’opérette Pom-pom de Bétove (créée à la Potinière en 1928).

Page 147 : conformément au tableau de la page 161, c’est bien 41 articles (et non 39 indiqués dans le premier paragraphe de la présentation) qu’a écrits Vuillermoz dans la série « La motoculture intellectuelle ».

Page 161 : Pascal Manuel Heu nous signale que l’abréviation BAN qui figure à côté d’Excelsior désigne la Bibliothèque de l’Assemblée Nationale.

Page 275 : le prénom de Claudine Grammont a été malencontreusement transformé en Christine. Nos excuses à l’intéressée.

Alice Guy : psittacisme (suite)

Sous la signature de Véronique Cauhapé, le « quotidien du soir de référence » comme on disait jadis (le Monde du 23 juin 2020), publie sous le titre « Alice Guy-Blaché, pionnière oubliée du 7e art » un nouvel article promotionnel du film de Pamela B. Green, Be Natural, the Untold Story of Alice Guy-Blaché (sorti sur les écrans le 24 juin). L’article, similaire à celui d’Emmanuelle Lequeux dans le même journal (12 août 2019), lequel recopiait celui de Laure Murat dans Libération (5 juin 2019), n’appelle aucun commentaire nouveau par rapport à la mise au point du no 88 (« Les historiens français contre Alice Guy ? », pp. 221-224, été 2019) et au complément d’information du no 89 (« Langlois et Alice Guy, suite », p. 217, hiver 2019). La même prémice dérisoire évoquant l’inspiration qu’Eisenstein et Hitchcock auraient puisée dans « cette œuvre considérable » introduit à l’antienne selon laquelle ladite œuvre serait « demeurée hors des radars, ignorées des revues de cinéma pendant près d’un siècle ». Jusqu’au film de Pamela B. Green sans doute... Qui, dans un entretien accordé à Corentin Palanchini pour « Allociné » (22 juin 2020), dit avoir découvert l’existence d’Alice Guy dans un documentaire de la télévision américaine (Reel Models : The First Women of Film de Susan Koch) et se montre convaincue du fait que « la publicité autour de la famille Méliès était [si] puissante » qu’elle a occulté Alice Guy qui l’avait devancé en matière d’ « effets spéciaux ». Quant aux historiens du cinéma, c’est « un petit groupe (...) qui ne veulent pas changer l’histoire et qui disent la connaître, alors qu’ils ne la connaissent pas tant que ça » : « J’ai estimé qu’elle a été volée et je voulais lui rendre justice. J’ai toujours voulu faire quelque chose qui fasse changer le monde ou réaliser quelque chose aux gens. C’est avec [ce documentaire] que je l’ai fait ».

Qu’on se le dise.

  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search