Navigation – Plan du site

Accueil189592Point de vueSources orales et histoire du cinéma

Point de vue

Sources orales et histoire du cinéma

Oral sources and Film History
Fonti orali e storia del cinema
Jean-Jacques Meusy
p. 8-45

Résumés

Les historiens académiques ont manifesté pendant longtemps de fortes réticences dans l'utilisation des sources orales, considérant qu'elles n'offraient pas de garanties suffisantes de fiabilité. Par ailleurs tandis que le cinéma était encore considéré comme une distraction populaire peu digne d'intérêt, ils ont laissé aux journalistes et aux critiques le soin de construire l'histoire du cinéma. La plupart des grandes histoires générales du cinéma sont ainsi l'œuvre d'historiens autodidactes qui ont tenté d'appliquer les méthodes de l'historiographie avec plus ou moins de rigueur. De leur côté les ethnologues, étudiant des civilisations essentiellement ou complètement orales, ont été parmi les premiers à établir à cette fin des protocoles spécifiques dans le recueil de données. Et les sociologues ont, à leur tour, cherché à élargir les informations fournies par les sources écrites en procédant à des enquêtes orales. Dans le domaine du cinéma, c'est à partir de 1943-1944 qu'Henri Langlois et Musidora entreprennent de recueillir, au moyen de la sténotypie, les souvenirs des vétérans du cinéma dans le cadre de la « Commission de recherche historique » créée au sein de la Cinémathèque française. Pour ce qui est de l'université et de la recherche historique, ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, alors que se développaient des techniques d'enregistrement sonore simples d'utilisation, que les sources orales ont fait leur véritable entrée dans l'historiographie et la méthodologie du recueil et du contrôle des témoignages s'est progressivement affinée. Tandis que l'audience de la télévision s'accroissait, de grandes séries d'émissions diffusèrent des entretiens de cinéastes : Cinéastes de notre temps, Histoire du cinéma par ceux qui l'ont fait, etc. que l'ouverture des Inathèques permet actuellement de consulter. Cette collecte de témoignages, qu'elle se fasse au sein des universités, par la télévision ou par d'autres intervenants, a subi des distorsions. La parole a été donnée plus volontiers aux acteurs ainsi qu'aux réalisateurs, portés au premier plan par la politique des auteurs, au détriment de tous les autres artistes, techniciens, distributeurs et exploitants qui, chacun dans sa spécialité de la production à l'exploitation, font aussi que le cinéma existe. Une évolution à cet égard semble toutefois se dessiner.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Recueillir les informations orales et les sauvegarder
Recherche documentaire et construction de l'histoire
La mise à l'écart d'une très ancienne pratique
Vers le retour en grâce des sources orales
Donner la voix aux sans-voix
Les sources orales dans les histoires générales du cinéma
La Commission de recherche historique de la Cinémathèque française : une initiative avant-gardiste
Vers la légitimation des sources orales
La radio et la télévision, instruments de vulgarisation des interviews
Les oubliés de la mémoire

Aperçu du début du texte

« L'historien américain de l'histoire orale Ronald Grele a défini celle-ci en 1973 comme “l'entretien, à des fins de reconstruction historique, avec des témoins oculaires ayant participé à des événements du passé” ».

Recueillir les informations orales et les sauvegarder

Les sources orales sont des relations de faits communiqués oralement à l'historien (ou au documentaliste, voire à toute autre personne) qui les fixent et leur donnent une existence pérenne sous forme d'enregistrement ou d'écrit promis à une diffusion plus ou moins large. Dans un livre ou un article scientifique, l'usage veut qu'elles soient référencées en note infrapaginale sous une forme telle que : « Communication orale à l'auteur, Marseille le 12 avril 1956 ». À moins d'autres témoignages, d'autres sources concordantes, l'authenticité et la fiabilité de ces relations orales sont invérifiables pour le lecteur après la mort de celui qui les a émises. À noter que même après leur publication sous forme écrite, l'origine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Meusy, « Sources orales et histoire du cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/8168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8168

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Meusy

Jean-Jacques Meusy est historien du cinéma, ancien directeur de recherche au CNRS. Il est l'auteur de nombreux articles, a publié six livres dont quatre comme auteur unique, a dirigé deux ouvrages collectifs et a participé à beaucoup d'autres. L'une de ses œuvres principales, Paris-Palaces ou le temps des cinémas, 1894-1918, a connu deux éditions et a reçu en 2003 le prix Catenacci de l'Académie des sciences morales et politiques. Plus récemment, il a publié Écrans français de l'entre-deux-guerres, en deux volumes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search