Navigation – Plan du site

Accueil189592ÉtudesParis en chantier : exhumer le ca...

Études

Paris en chantier : exhumer le carnaval par le trou des Halles

Paris under construction : excavating the carnival from the “Trou des Halles”
La cantierizzazione di Parigi : riesumare il carnevale attraverso la “fossa” delle Halles
Vincent Bauchard
p. 84-110

Résumés

La destruction des Halles de Paris en 1971 est vécue par la population parisienne comme une véritable agression de la part des pouvoirs publics. De ce chantier interminable laissant un gouffre béant en plein cœur de la capitale plusieurs années durant, nous ne trouvons plus beaucoup de traces. Le « Trou des Halles » semble s'être progressivement effacé dans la mémoire collective. Quelques cinéastes ont pourtant essayé de conserver ce souvenir, en tournant leurs films au moment même où le Paris d'avant-guerre disparaissait. En 1973, Philippe Haudiquet signe un court documentaire sur la destruction des Halles, sobrement intitulé Les Halles, 1973. En 1974, Marco Ferreri met en scène, dans le trou même, une parodie de western, Touche pas à la femme blanche ! et Pierre Tchernia imagine une guerre fantaisiste entre des défenseurs du patrimoine, réfugiés dans les sous-sols de Paris, et le Ministre des Travaux Publics. Témoins privilégiés d'une « folie de l'urbanisation » des années 1970, ces trois films prennent position contre les pouvoirs publics en convoquant, chacun à leur manière, les formes populaires du carnaval.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

La comédie comme témoin
La bataille de Paris : un chantier politique
Carnaval contre Carême, aliénation contre libération

Aperçu du début du texte

« Montagnes et abîmes, tel est le relief du corps grotesque ou, pour employer le langage architectural, tours et souterrains. »
Mikhaïl Bakthine

Dans l'histoire des chantiers interminables, l'un des cas français les plus célèbres fut celui du « trou des Halles », creusé en 1971, qui restera béant pendant au moins huit ans, le temps que les pouvoirs publics se mettent d'accord sur le projet. Vécue comme une véritable agression (ainsi qu'une opération de gentrification fort peu subtile) par les habitants et dénoncée par certaines figures locales, comme les photographes Robert Doisneau et Jean-Claude Gautrand, la destruction du marché central de Paris laissa donc une gigantesque crevasse au milieu de la capitale française.

Pourtant, malgré l'importance de l'événement, à ce « trou des Halles » semble se substituer un trou de mémoire. Sans recherche approfondie, il semble difficile aujourd'hui de trouver de simples informations sur ce chantier qui semblait à l'époque figé dans un présent pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Bauchard, « Paris en chantier : exhumer le carnaval par le trou des Halles », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/8183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8183

Haut de page

Auteur

Vincent Bauchard

Vincent Baudart est doctorant à l'Université de Lille (Laurent Guido dir.) Ses recherches portent sur les formes du grotesque et du carnavalesque dans le cinéma français des années 1970 à 1990.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search