Navigation – Plan du site

Accueil189592ArchivesLe cinéma ambulant en Russie, 194...

Archives

Le cinéma ambulant en Russie, 1941-1960. Un témoignage

La montreuse : entretien avec Varvara Efremovna Vorobiova
Woman with a Film Projector : interview with Varvara Efremovna Vorobiova
La mostratrice : colloquio con Varvara Efremovna Vorobiova
Dmitri Astachkin et Valérie Pozner
p. 124-147

Résumés

De 1941 à 1966, Varvara Vorobiova a sillonné la région de Novgorod avec un appareil de projection 35mm portatif pour montrer des films de fiction et des documentaires dans les villages et petites villes. Son témoignage relate les conditions difficiles dans lesquelles elle a exercé cette activité et l'évolution qu'elle a connue au fil des ans.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

I. La montreuse : entretien avec Varvara Efremovna Vorobiova
II. Quelques éléments de contexte
« La ville de N »
Ce que racontent les documents d'archive

Aperçu du début du texte

I. La montreuse : entretien avec Varvara Efremovna Vorobiova

Varvara Efremovna Vorobiova : – Je suis née dans le village de Ragozino, district de Mochenskoe, dans la région de Novgorod-la-Grande. J'ai suivi l'école jusqu'en seconde. J'aurais bien continué, mais la guerre a éclaté et j'ai dû trouver du travail.

Officiellement ma formation professionnelle de projectionniste de cinéma ambulant n'a eu lieu qu'en 1944, à Zagorsk, c'est-à-dire Serguiev Possad. Une formation de trois mois. On m'y a envoyée depuis Mochenskoe. Auparavant j'ai été formée sur le tas. Un jour, alors que je cherchais du travail, une projectionniste ambulante est arrivée dans mon village. Elle m'a dit : « Je te prends comme apprentie ». Je l'ai suivie pendant un mois et, après ça, je me suis retrouvée sur les routes du district, toute seule, comme une tzigane. C'était en 1941, je n'avais pas encore dix-sept ans. Je n'avais pas de passeport, aucun papier. On m'a envoyée chez le dentiste, il a regardé mes dents et il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dmitri Astachkin et Valérie Pozner, « Le cinéma ambulant en Russie, 1941-1960. Un témoignage »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 92 | 2020, 124-147.

Référence électronique

Dmitri Astachkin et Valérie Pozner, « Le cinéma ambulant en Russie, 1941-1960. Un témoignage »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8200 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8200

Haut de page

Auteurs

Dmitri Astachkin

Dmitri Astachkine est maître de conférence à l'Université de Novgorod-la-Grande, chercheur à l'Institut d'histoire de l'Académie des sciences (filiale de Saint-Pétersbourg), spécialiste de l'histoire des crimes nazis en URSS et de la propagande soviétique. Il a notamment publié sur les procès des criminels de guerre et l'histoire de l'holocauste sur le territoire de la RSFSR.

Valérie Pozner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search