Navigation – Plan du site

Accueil189592ChroniquesComptes rendusCarol O'Sullivan, Jean-François C...

Chroniques
Comptes rendus

Carol O'Sullivan, Jean-François Cornu (dir.), The Translation of Films 1900-1950

Oxford, The British Academy/Oxford University Press, Proceedings of the British Academy (218), 2019, 321 p.
Benoît Turquety
p. 176-180
Référence(s) :

Carol O'Sullivan, Jean-François Cornu (dir.), The Translation of Films 1900-1950, Oxford, The British Academy/Oxford University Press, Proceedings of the British Academy (218), 2019, 321 p.

Texte intégral

1Depuis au moins une quinzaine d'années, la problématique de la traduction a émergé au sein des études cinématographiques. Elle permet en effet de croiser un certain nombre de questions nodales, aussi bien dans la tradition de la « nouvelle histoire » du cinéma que dans le cadre de recherches émanant d'autres perspectives, menée par d'autres préoccupations. Les directeurs scientifiques de l'ouvrage qui nous occupe ici situent, par exemple, leur entreprise au sein des approches matérialistes et d'histoire des techniques, mais aussi des études transnationales (p. 13), qui ont effectivement renouvelé les recherches sur les médias en insistant non pas sur une dissolution de l'échelle nationale dans une approche naïvement mondialisée, mais sur une problématisation du passage des frontières et de l'impact des circulations interculturelles (économique, légal, matériel, etc.). La question linguistique est évidemment au cœur de ces interrogations.

2À un niveau plus général, les enjeux de la distribution et notamment la notion de « circulation » ont récemment fait l'objet de publications et recherches nombreuses – par exemple, en français, la Circulation des images, dirigé par Mireille Berton, Charlotte Bouchez et Susie Trenka (Schüren, 2018), ou en allemand le dernier numéro en date de la Zeitschrift für Medienwissenchaft (23, 2/2020, « Zirkulation ») – attestant de la vitalité d'une problématique que le contexte numérique a imposé de développer. Ce contexte se ressent dans the Translation of Films, à la fois par la redécouverte de cet enjeu de la présence à large échelle des images dans la culture, et par la question des transformations techno-économiques des méthodes de la « traduction des films » entre les ères analogique et numérique. Finalement, The Translation of Films apparaît au moins autant comme un livre sur l'impact en retour de la distribution sur la forme matérielle des films (titrage, sous-titrage, doublage et autres transformations diverses des images ou des sons) que sur la traduction à proprement parler. Cela implique d'ailleurs une dimension archivistique, puisqu'un des obstacles les plus importants aux recherches de ce type est le fait que les institutions archivistiques ne préservent généralement pas de manière systématique les copies que l'on pourrait dire « mineures » de films donnés (copies traduites, versions modifiées pour un contexte spécifique et donc éloignées d'un « original » idéalisé), ou les informations quant aux versions linguistiques dont elles disposent pour tel titre (p. 16).

3L'intérêt pour la traduction en cinéma rejoint d'autres champs encore, notamment celui qui s'est développé en lien avec les problématiques historiographiques et archivistiques autour des versions multiples des films. Ces recherches ont déjà connu un assez large déploiement depuis de nombreuses années. Dans le champ francophone, on peut mentionner notamment l'ouvrage de Martin Barnier, Des films français made in Hollywood : les versions multiples 1929-1935, ou les travaux de Ginette Vincendeau, et nos lectrices et lecteurs retrouveront facilement dans la revue de nombreux articles sur ce sujet, qui a également été traité à plusieurs reprises dans des colloques de Domitor comme de la FIAF. Le colloque de Domitor 2018 (« Provenance and Early Cinema », au George Eastman Museum), le colloque de la FIAF 2017 (« Hollywood Goes Latin : Spanish Language Cinema in Los Angeles », dont les actes ont été publiés par la FIAF en 2019), montrent la prégnance de ces thématiques dans les recherches contemporaines au sein de ces milieux. La question des versions multiples est importante parce qu'elle concrétise immédiatement l'instabilité textuelle fondamentale de l'œuvre filmique largement négligée par les études cinématographique (p. 12) : l'analyse de film, aspect fondateur de la discipline, a largement été élaborée dans l'indifférence aux variations matérielles entre les copies. Il était tacitement entendu que l'on pouvait analyser « le film », qu'une telle entité existait, indépendamment ou au-delà de la copie, de la version (doublée, sous-titrée, remédiée d'un format vers un autre, etc.).

4Par ailleurs, les spécialistes de la traduction dans le champ littéraire ont trouvé eux aussi un intérêt à se tourner vers les pratiques médiatiques, qui mettaient en jeu d'autres contraintes et d'autres déplacements. Les directeurs de l'ouvrage mentionnent cet apport nouveau de la théorie de la traduction, même si, de fait, les contributions proviennent essentiellement du champ du cinéma, universitaire ou archivistique. Ces transferts disciplinaires amènent en tout cas à reposer des questions de définition et de cohérence de champ. L'une de celles qui revient à la lecture de ces actes d'un colloque qui eut lieu à la British Academy de Londres en 2015 concerne l'extension qu'il convient de donner à la notion même de traduction en cinéma. On voit bien que les versions doublées ou sous-titrées d'un film correspondent à ce cadre, tout comme les versions multilingues, ou la traduction des intertitres dans le cinéma dit « muet ». Mais qu'en est-il par exemple du boniment, envisagé par quelques auteurs et qui parfois constitue effectivement un mode d'adaptation du film à la langue locale de réception, voire à un contexte où c'est l'illettrisme dominant qui impose une « traduction » de l'écrit vers l'oral ? Qu'en est-il également du remontage des films lorsqu'il est lié à une adaptation à la culture mais aussi à la censure politique locale ? Le célèbre cas soviétique – envisagé ici par Charles Barr sur l'exemple de Three Live Ghosts (George Fitzmaurice, GB/E-U, 1922), transformé pour une sortie en URSS en 1925 – en constitue un intéressant cas-limite.

5Or donc, et malgré la prétention affirmée des directeurs de l'ouvrage en introduction comme en conclusion « d'établir les fondements de l'histoire de la traduction des films comme champ dynamique, essentiellement interdisciplinaire » (p. 19), de « promouvoir une prise de conscience des enjeux de l'histoire de la traduction pour l'histoire du cinéma en général » et d'avoir produit un volume qui, « aussi audacieux que cela paraisse, fasse date, d'une manière similaire à ce que le colloque de la FIAF à Brighton en 1978 aura été pour l'établissement de nouvelles perspectives sur la monstration et la réception du cinéma des premiers temps » (p. 296), or donc, l'étude de la traduction au cinéma a déjà une histoire intellectuelle notable. Mais avant d'entrer plus avant dans le corps de l'ouvrage, il nous paraît nécessaire, et cohérent avec l'attention à la matérialité de la présentation des textes qui est au cœur de la méthode proposée, de dire quelques mots de l'organisation même du livre.

6Il est assez frappant en effet que l'ouvrage présente non pas une bibliographie générale, mais seulement une bibliographie sélective, annoncée comme un « kit de démarrage » pour les chercheurs et chercheuses, excluant notamment toutes les sources primaires et tous les articles de presse (p. 297). Il nous semble que c'est déjà là une conception assez discutable de la recherche. Le contraste entre les cinq pages consacrées à cette bibliographie et les dix-neuf ( !) pages sur double colonne d'un index incluant à la fois noms propres, titres de films, noms de villes, et notions (« piracy » en est, par exemple, une entrée renvoyant à une seule page...), montre clairement quel type de lecture a été privilégié de fait par le livre. À cela s'ajoute que même dans le cadre restreint qui est présenté en quelques lignes en tête de cette bibliographie « sélective », les principes de la sélection restent obscurs. Le livre dirigé par Alain Boillat et Irene Weber Henking, Dubbing : Die Übersetzung im Kino/la Traduction audiovisuelle (2014), ne constitue pas une entrée – alors que celui de Boillat Du bonimenteur à la voix-over est bien présent. Dans l'introduction, les co-directeurs soulignent que leur ouvrage entend prolonger « une importante contribution récente à l'histoire de la traduction par Chris Rundle, [dans son] article provocateur de 2012 “Translation as an approach to history” » (p. 12). Or cet article, s'il est bien référencé en bas de page, n'est pas repris dans la bibliographie. Celle-ci en devient effectivement pratiquement inutilisable. Dans le même ordre d'idées, on peut remarquer que l'ouvrage ne comprend pas de filmographie, même si c'est un défaut malheureusement très répandu dans le champ. Cela aurait permis pourtant de concrétiser l'attention à la matérialité des films promue dans le texte, en exposant copies et variantes, archives sources, etc. Les actes du fameux colloque de Brighton qui sert de modèle explicite au livre comportaient une filmographie occupant un volume entier – 293 pages... Seul le texte de Jean-François Cornu intègre un tableau final qui, s'il est incomplet du point de vue filmographique, a le mérite de présenter un certain nombre d'informations utiles.

7Étant donné son positionnement en tant que livre « pionnier » dans le champ par ses directeurs, l'organisation de l'ouvrage a été clairement envisagée comme un panorama de situations, respectant une chronologie générale à peu près cohérente, depuis les débuts du cinéma jusqu'à l'institutionnalisation et la généralisation du « parlant ». Les premiers textes, rédigés par Bryony Dixon et Claire Dupré La Tour, portent plutôt sur les enjeux liés aux intertitres dans le cinéma des débuts et aux problèmes de restauration qu'ils posent, en termes de contenu linguistique mais aussi, voire surtout, en termes formels (typographie, ornementation, etc.). Ces questions sont prolongées par Dominique Moustacchi puis par Thomas C. Christensen, qui ferment ce premier ensemble de contributions sur la période « muette » avec des présentations de cas concrets de restaurations potentiellement intéressantes, bien qu'elles soient grevées par une approche franchement normative et peu critique. Le problème central de la traduction des films « muets » apparaît alors, à la lecture de l'ouvrage, comme lié principalement aux intertitres. Le seul chapitre qui déplace le propos est celui déjà mentionné de Barr sur le remontage soviétique des films occidentaux, dont l'analyse est très intéressante.

8C'est finalement sur la période « parlante » que les contributions apportent plus d'éléments nouveaux – même si certains chapitres sont construits plutôt comme des synthèses de recherches déjà présentées ailleurs. À quelques exceptions près, les textes sont centrés sur des régions linguistiques, pour lesquelles chaque fois apparaissent des spécificités culturelles singulières : le monde hispanophone (Adrián Fuentes-Luque), le cas italien (Carla Mereu Keating), la France (Jean-François Cornu traitant plutôt de la production, Martin Barnier de la réception), la Palestine sous mandat britannique (Rachel Weissbrod), la Suède (Christopher Natzén), et finalement les États-Unis et le Royaume-Uni (Carol O'Sullivan), ce dernier texte renvoyant à la manière dont les cinématographies dominantes ont pu considérer ces pratiques d'abord minoritaires que furent le doublage et le sous-titrage. Émerge alors une diversité de pratiques assez impressionnante, qu'elles soient institutionnalisées sur la base de politiques commerciales ou nationales voire nationalistes – par exemple, bien sûr, l'interdiction en Italie de diffusion de films comportant des scènes parlées en langue étrangère, officielle en 1931 mais effective dès 1929 (p. 153) – ou spontanées, improvisées hors de tout cadre. C'est dans ces cas concrets, révélant des situations linguistiques, culturelles, politiques extrêmement complexes, que le livre est le plus riche. Weissbrod rapporte par exemple qu'en Palestine, les copies pouvaient être achetées en Europe mais aussi dans l'Égypte voisine. « Au début – écrit-elle –, les films étaient montrés sans aucune traduction. [Yerushalayim] Segal, qui connaissait le français – la langue d'une large part des films importés d'Égypte – raconta qu'il avait l'habitude de traduire les films francophones pour sa femme pendant la projection. Les autres spectateurs lui demandaient de parler plus fort, pour qu'ils puissent entendre eux aussi, et voilà comment sa carrière de traducteur commença » (pp. 244-245). Mais la situation palestinienne est plus complexe encore, entre volonté de soutenir la renaissance et la diffusion de l'hébreu, langue officielle de la région avec l'arabe et l'anglais (p. 245), et présence persistante du yiddish (pp. 243-244). À cet assemblage politico-linguistique extrêmement délicat s'agencent des pratiques locales rattachées au statut du cinéma ou au mode de réception des films. Par exemple, dans ce pays où l'importation culturelle était massive, il arrivait que pour la promotion des films étrangers, leurs scénarios fussent traduits et diffusés sous forme de livre avant la sortie du film (p. 242). Par ailleurs, la Palestine partageait avec les autres pays du Moyen-Orient l'habitude de projeter la traduction sur un écran annexe jouxtant le film : « En 1933, le magazine Variety affirmait que la technique de surimpression de titres en arabe et en grec sur des panneaux à côté de l'écran expliquait le succès des productions américaines en Égypte et dans les pays voisins » (p. 246). Christopher Natzén rappelle quant à lui qu'en Suède, en 1929, « bien qu'il ait des sous-titres, The Singing Fool était accompagné d'un livret distribué lors de la première et contenant les dialogues à la fois en anglais et en suédois ». Quelques semaines plus tard, toujours en 1929, The Wolf of Wall Street fut projeté en deux versions le même soir, l'une muette, l'autre dialoguée, toujours avec un livret mais cette fois sans sous-titres. « Le livret était la seule aide à la traduction, et il était souligné que le public devait avoir lu attentivement la description avant d'assister à la séance » (p. 260). La Suède constitue l'exemple d'une culture où le doublage n'a finalement jamais été adopté, l'analyse de la réception montrant que le procédé n'a jamais convaincu : il faisait obstacle en reportant l'attention des spectateurs sur la technique (p. 263) ou empêchait d'entendre les voix authentiques des acteurs (p. 264). Cette exposition du cas suédois permet de complexifier l'association entre doublage et culture populaire, et entre sous-titrage et « élitisme », qui fait partie des stéréotypes de la culture française, comme on le retrouve dans le chapitre de Barnier.

9C'est ainsi ce rappel de la diversité et de la richesse des dispositifs de réception spectatorielle selon les temps et les lieux qui apparaît comme l'un des apports les plus intéressants de l'ouvrage. La question de la traduction ramène, comme l'affirment les deux directeurs scientifiques, à la matérialité du cinéma, à celle des copies qui doivent circuler concrètement ; mais elle ramène également à la profondeur de l'inscription concrète du média dans des circonstances locales et historiques toujours infiniment complexes. Les écarts linguistiques interagissent avec les gestes, les comportements, les usages, comme avec les politiques et les institutions. Finalement, c'est aussi une certaine oralité du cinéma qui se trouve rejouée là. La centralité de la question des accents (dans les textes de Geoff Brown et d'Adrián Fuentes-Luque notamment) montre exemplairement la complexité de ces situations, où la traduction n'implique pas seulement les mots mais aussi leurs variantes sonores et musicales, différences parfois infimes mais localement cruciales, car à travers elles des enjeux politiques majeurs – cohésion nationale contre indépendances régionales – se trouvent perpétuellement remis en scène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Turquety, « Carol O'Sullivan, Jean-François Cornu (dir.), The Translation of Films 1900-1950 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/8240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8240

Haut de page

Auteur

Benoît Turquety

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search