Navigation – Plan du site

Accueil189592ChroniquesNotes de lectureGermaine Dulac, Qu'est-ce que le ...

Chroniques
Notes de lecture

Germaine Dulac, Qu'est-ce que le cinéma ? / What is Cinema ?

Paris, Light Cone Éditions, 2019, 255 p.
François Albera
p. 183-184
Référence(s) :

Germaine Dulac, Qu'est-ce que le cinéma ? / What is Cinema ?, Paris, Light Cone Éditions, 2019, 255 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, préparé il y a 75 ans par Marie-Anne Colson-Malville, édité récemment par Clément Lafite et Tami Williams, réunit des textes de conférences que donna Germaine Dulac entre 1925 et 1939. Il complète les Écrits sur le cinéma : 1919-1937 que Prosper Hillairet avait rassemblés aux éditions Paris-Expérimental (1994) et il vient abonder dans le renouveau des études sur la cinéaste, parmi lesquelles un numéro Hors-Série de 1895 revue d'histoire du cinéma en 2010, la thèse de Tami Williams (Germaine Dulac : A Cinema of Sensations, University of Illinois Press, 2014) et le récent ensemble du no 91 (2020) de notre revue. Il pose aussi un intéressant problème d'édition : comment transformer des notes pour des conférences en textes ? Comment pallier l'absence des « sélections » (extraits de films) dont Dulac ponctuait ses interventions orales et sur lesquelles elle appuyait son argumentation ? Ces problèmes d'édition se sont posés en deux temps : pour Marie-Anne Colson-Malleville, légatrice de Dulac, dès après la Deuxième Guerre mondiale, et pour Clément Lafite et Tami Williams de nos jours, reprenant un texte resté inédit et accédant en même temps aux sources brutes (les carnets de notes).

2C'est donc après 1942 (disparition de Dulac) que Colson-Malleville, sa compagne, attachée à la gestion et la préservation des archives personnelles de la cinéaste, entreprit de réunir ces textes selon le souhait de cette dernière – qui l'exprime dans son testament du 29 juillet 1935 (ou décembre ? les deux mois figurent en deux endroits de l'introduction). Une copie du manuscrit était conservée dans le fonds Dulac de la Cinémathèque française, mais il s'est révélé incomplet et c'est en septembre 2018 que l'entièreté put « être identifiée dans une série de carnets déposés une dizaine d'années plus tôt au centre de documentation de Light Cone à Paris, par Jean-Michel Mareau, neveu et héritier de Marie-Anne Colson-Malleville (née Mareau) » (« Introduction », p. 15). Mareau récupéra un certain nombre de documents après le décès de sa tante, en 1971, « parmi lesquels 9 carnets de brouillon contenant 13 chapitres et autres notes sur les conférences données par Dulac » qui se révélèrent la source du dactylogramme de la Cinémathèque. En outre Mareau déposa en 2018 les 60 notes de conférences utilisées par sa tante.

3Colson-Malleville a réalisé un travail d'assemblage et de montage qu'elle expose dans son introduction et qui lui donne réellement un statut de co-auteure de cet ouvrage. En effet elle parle de 2000 pages dactylographiées où « gisait la matière du livre jamais rédigé mais pensé depuis toujours » et des deux démarches possibles face à cet ensemble de notes où figuraient beaucoup de répétitions : soit choisir quelques conférences, « les plus caractéristiques », soit « prendre dans chaque conférence les paragraphes relatifs à un sujet donné et les relier en chapitres ». Bien que cette seconde méthode soit plus « délicate parce que [pouvant] donner lieu à d'involontaires trahisons », c'est celle qu'elle a choisie (p. 27). Ainsi les paragraphes qui se succèdent de manière suivie peuvent appartenir à des conférences différentes (ce que signalent les indications entre crochets des éditeurs) et donc à des circonstances (auditoires) et des dates différentes et, pour tout dire, à des desseins différents. On passe ainsi de la conférence [1] de 1925 à la [17] de 1939 puis à la [3], non datée, la [33] non datée, la [11], non datée, la [17] derechef (pp. 209-215). Ou de la [4] en 1929 à la [14], non datée, voire [la 33], non datée, de la [46bis], 1931 à la [56] non datée ou la [36], 1925...

4Avouons qu'au-delà de la restitution de la construction de ce texte proposé par Colson-Malleville cet ensemble pose au lecteur nombre de problèmes quant à l'utilisation qu'on peut en faire dans le cadre d'une réflexion sur la pensée de Dulac. Contrairement à celles de Blaise Pascal, en effet, cas d'école d'établissement d'un texte à la discrétion de son éditeur, compte tenu de la source matérielle à disposition (des éléments autonomes dont la datation est sujette à caution), on connaît le plus souvent, dans le cas de Dulac, les dates et les circonstances des notes qu'elle a laissées. Dès lors, l'affranchissement du contexte et de la chronologie de ces conférences ne permet guère d'envisager un cheminement de cette pensée, comme les interactions qu'elle a pu avoir dans des situations données, les échanges, les rencontres ou les polémiques. La carrière de Dulac n'est pourtant en rien linéaire, comme on le sait, et son activisme en faveur de ses idées de cinéma prend place dans un mouvement d'ensemble. La facette qui s'inscrit dans la mouvance de « l'Avant-garde française » – dont la Coquille et le clergyman a longtemps été le seul emblème – coexiste avec d'autres : le serial, le mélodrame, le documentaire et finalement les actualités. L'« Œuvre » est donc hétérogène, diverses et cela fait aussi son intérêt que n'être pas appréhendable sous un seul angle. Les situations dans lesquelles la cinéaste prend la parole diffèrent également considérablement selon les conditions de travail qui sont les siennes, les succès critiques et publics qu'elles rencontre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Germaine Dulac, Qu'est-ce que le cinéma ? / What is Cinema ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/8259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8259

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search