Navigation – Plan du site

Accueil189592ChroniquesNotes de lectureClément Moreau, Carl Meffert, Pre...

Chroniques
Notes de lecture

Clément Moreau, Carl Meffert, Premiers travaux suivi de Art prolétarien 5 suites graphique +1 / Clément Moreau, le Livre de 300 gravures

Bassac, Plein Chant, 2020, 190 p. / Bassac, Plein Chant, 2020, 318 p.
François Albera
p. 187-188
Référence(s) :

Clément Moreau/Carl Meffert, Premiers travaux suivi de Art prolétarien 5 suites graphique +1, Bassac, Plein Chant, 2020, 190 p.

Clément Moreau, le Livre de 300 gravures, Bassac, Plein Chant, 2020, 318 p.

Texte intégral

1Après Nuit sur l'Allemagne dont nous avions signalé ici même la parution (1895 no 85, p. 213), les éditions Plein Chant publient deux autres séries de « suites » graphiques du graveur prolétarien Carl Meffert (qui prit le nom de Clément Moreau pour échapper à une expulsion de Suisse en Allemagne nazie) qui participent de ce « genre » qu'on appelle aujourd'hui « roman graphique » et auquel le graveur sur bois Franz Masereel donna ses lettres de noblesse avec 25 images de la passion d'un homme (1918), Mon livre d'heures (1919), la Ville (1925) entre autres. Le premier volume, Premiers travaux, reprend la série « Hambourg » (6 linogravures de 1927, commande de la Jeune Garde, organisation de jeunesse du KPD, sur l'insurrection de 1923 dans cette ville) ; « Le Ciment » (9 linogravures destinées à illustrer le roman homonyme de Gladkov de 1927-8) ; « Ta Sœur » (7 linogravures commandées en 1928 par le critique d'art marxiste Eduard Fuchs) ; « Jeunesse sans emploi » (6 linogravures de 1928 présentées par Käthe Kollwitz qu'avait frappée la série « Hambourg ») ; « Éducation à l'Assistance » (20 linogravures de 1929 qui s'inspirent de la propre expérience de Meffert en maison de correction) ; « Art prolétarien » (portfolio de 15 linogravures éditées à Bâle en 1932 augmenté, en 1977, de 5 linogravures de 1932-1934 et 3 gravures sur plomb de 1933). Ces différentes « suites » gravées, usent des ressources expressives du noir et du blanc de la gravure sur bois (de l'expressionnisme à Masereel) transcrites sur le linoleum et parfois le plomb, augmentées de la brutalité d'un matériau et d'outils répondant à l'urgence d'un graphisme « utilitaire » (Gebrauchsgraphiker ainsi se définissait-il dans le film de Richard Dindo en 1978). Chaque gravure use de l'extraordinaire puissance de déflagration de la taille et de la réserve (les blancs) par rapport au noir de l'épargne : ainsi ce combattant frappé par les balles de la police à Hambourg. Avant même que l'on ait identifié un personnage et une situation, il se produit une explosion de flammes blanches dans la nuit. Ou l'usine appartenant aux illustrations du Ciment, bâtiments bas, horizontaux que surmontent, dans les 4/5e de l'image, les fumées verticales blanches et noires. Ces « suites » dont les éléments ont pu être isolés aux fins d'illustration de presse, d'affiche ou de tract gagnent cependant à être regardées dans leur enchaînement car leur auteur les conçoit sur le modèle d'un film de papier. La maîtrise du noir et du blanc en fait une hallucinante dramaturgie de l'ombre et de la lumière avant même de conter la fuite d'un enfant persécuté par les gardes-chiourmes, d'un militants poursuivis par des nervis ou la police, etc. Ce premier volume comporte en outre un précieux texte autobiographique de Meffert-Moreau retraçant de 1903 à 1929 son enfance, sa jeunesse et son apprentissage de Coblence à Cologne puis Berlin où il rencontre Kollwitz, Grosz, Kisch, Zille et surtout Heartfield de l'AIZ et Eduard Fuchs, son premier mécène, ce collectionneur, spécialiste de Daumier, auquel Walter Benjamin a consacré un texte.

2Le second ouvrage que publie Plein Chant retrace chronologiquement (1925-1983) le trajet de Meffert-Moreau de l'Allemagne à la Suisse (où il se réfugie à l'arrivée des nazis) puis l'Argentine où il s'exile quand il risque l'expulsion. Ce sont 300 gravures qui illustrent un combat social (contre la pauvreté, la discrimination, la répression), politique (les mouvements insurrectionnels, la résistance, l'antifascisme) de tous les instants, poursuivi en Argentine avec une satire dessinée contre Hitler (Mein Kampf tourné en dérision en 1937) et avec les luttes sociales des paysans pauvres et les campagnes politiques d'émancipation dans les années 1950. Mais aussi avec les espoirs que détiennent les communautés paysannes (carnaval, jeu, repos, musique) qui retrouvent ce que Moreau avait vécu dans la communauté agricole de Fontana Martina avant guerre dans le Tessin. De cette partie de son œuvre, dont le style diffère des « suites » allemandes et suisses, témoigne en particulier un ensemble jamais réuni jusqu'ici, « Humahuaca. Vivre et apprendre avec les Indios » (1947-1948). Ce second volume met particulièrement bien en évidence l'activité « utilitaire » de Moreau qui illustre de nombreux ouvrages ou en conçoit la couverture (Vera Figner, Die Jagd nach dem Zaren, 1927 ; Peter Martin lampel, Jungen in Not, 1929 ; Erich Herrmann, Vorher-Hernach, 1930 ; N-G. Smirnoff, Tagebuch des Spions Edward Kent, 1933 ; Fontamara d'Ignazio Silone, 1933 ; Bernard Brentano, Berliner Novellen, 1934 ; Paul Adolf Brenner, Werker ohne Tat, 1934 ; I. Silone, Die Reise nach Paris, 1934 ; Hans Mühlestein, Menschen ohne Gott, 1934 ; Fenner Brockway, El trafico sangriento, 1935 ; Alfred Cahn, Cuentistas de la Alemania libre, 1936 ; August Siemsen, Deutsche Gedichte von Goethe bis Brecht, 1938 ; B. Traven, Die Brücke im Dschungel, 1979 ; Alfred Hutchinson, Annie – la blanchisseuse, 1983), réalise des tracts, des affiches, des images de presse et des éditions (comme Argentina. 12 grabados del norte y del Chaco, 1960-1973). De ce deuxième ensemble retenons en particulier les 21 linogravures d'après le Pont dans la jungle du mystérieux B. Traven – auteur du Trésor de la Sierra Madre que filmera John Huston – qui offre un petit film muet cruel comme un conte de Grimm où un grand frère de retour de la ville dans son village mexicain offre des chaussures à son petit frère qui n'avait, jusqu'ici, marché que pieds nus. Voulant les essayer celui-ci trébuche en traversant une rivière et se noie au désespoir de sa mère et son frère. Le « film » détaille les moments de cette tragédie jusqu'à la mise en bière de l'enfant et à son enterrement et s'achève sur le cri de la mère en gros plan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Clément Moreau, Carl Meffert, Premiers travaux suivi de Art prolétarien 5 suites graphique +1 / Clément Moreau, le Livre de 300 gravures », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 92 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/1895/8275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8275

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search