Navigation – Plan du site

Accueil189593ÉtudesÀ la découverte du Cinéma du diab...

Études

À la découverte du Cinéma du diable / Regard sur le film fantastique français (1966). Une anthologie visuelle de Marcel L’Herbier

In search of Cinéma du diable / Regard sur le film fantastique français (1966). A visual anthology by Marcel LHerbier
Alla scoperta di Cinéma du diable/Regard sur le film fantastique français (1966). Antologia visiva di Marcel L’Herbier
Abdallah Azzouz
p. 112-131

Résumés

Le Cinéma du diable, anthologie visuelle dédiée au cinéma fantastique, réalisée par Marcel L’Herbier en 1966, apparaît comme l’actualisation de Phantasmes, un projet de film expérimental, un film-manifeste annonçant l’avènement de l’esthétique féerique dans le cinéma des premiers temps, qui fut abandonné en 1918 en raison de la guerre. Avec le Cinéma du diable, le cinéaste veut montrer que l’essence de l’art cinématographique demeure « irrationnelle », en revenant notamment sur la philosophie epsteinienne dont il reprend l’interrogation : le cinéma « invention du diable » ? Question à laquelle L’Herbier répondait dans ses scénarios initiaux en présentant son film comme « un mélange irrationnel de rêves, de visions, d’imaginations ambiguës ou baroques qui forment le cinématographe ». Le Cinéma du diable apparaît ainsi comme la palingénésie d’une réflexion datant de l’époque de l’avant-garde cinématographique. Pour autant, cette anthologie visuelle, fruit des croisements des champs politique, médiatique, cinéphilique et pédagogique, s’interroge aussi sur les modalités de transmission audiovisuelle de l’histoire du cinéma. Suivant le triptyque « genèse, création et réception », on envisage le Cinéma du diable comme une fabrique culturelle stricto sensu. L’étude des archives permet en effet à la fois d’envisager la place de l’œuvre au sein des institutions éducatives, médiatiques, culturelles en France et à l’étranger, mais aussi d’observer comment L’Herbier s’est attaché à transmettre une lecture renouvelée de la culture visuelle et de comprendre comment la culture cinématographique tient de nos jours une place non négligeable dans les programmes d’enseignement ainsi que dans les contenus audiovisuels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Le Cinéma du diable : archéologie d’un projet cinématographique
Une anthologie visuelle au prisme d’un contexte éducatif
Transmettre les préceptes d’une culture cinématographique
« Le film contre le livre » : revenir sur une controverse philosophique
Vers une définition renouvelée de l’art cinématographique
Positionnements et apports épistémologiques au cinéma fantastique
La culture fantastique, le fait social et le fait politique
Diffusion, appropriation et controverse liée au film
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Cinéma du diable, anthologie visuelle dédiée au cinéma fantastique, réalisée par Marcel L’Herbier en 1966, apparaît comme l’actualisation de Phantasmes, un projet dont il avait commencé l’écriture dès 1917, mais qu’il dut abandonner en avril 1918 en raison de la Grande Guerre. Phantasmes était, semble-t-il, son premier projet de film expérimental, une sorte de film-manifeste annonçant l’avènement de l’esthétique féerique dans le cinéma des premiers temps. Avec le Cinéma du diable, le cinéaste souhaite montrer que l’essence de l’art cinématographique demeure relativement « irrationnelle », en revenant notamment sur la philosophie epsteinienne puisque lui reprenant son interrogation : le cinéma est-il une « invention du diable » ? Question à laquelle il répondait dans les scénarios initiaux en présentant son film comme « un mélange irrationnel de rêves, de visions, d’imaginations ambiguës ou baroques qui forment le cinématographe ». Le Cinéma du diable apparaît ainsi comme la palin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Azzouz, « À la découverte du Cinéma du diable / Regard sur le film fantastique français (1966). Une anthologie visuelle de Marcel L’Herbier », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 93 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8344

Haut de page

Auteur

Abdallah Azzouz

Abdou Azzouz est doctorant à l’Université de Caen en Histoire de la télévision et du cinéma sous la direction de Valérie Vignaux. Il travaille sur la genèse, la production et la réception des programmations cinématographiques à la télévision française entre 1945 et 1972. Il enseigne les théories de l’information et de la communication au sein de l’IUT de Marne-la-Vallée. Il collabore à la revue le Temps des médias et la Revue dhistoire moderne et contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search