Navigation – Plan du site

Accueil189594ÉtudesLe Sud-Ouest, trois hommes et des...

Études

Le Sud-Ouest, trois hommes et des grottes pour la première adaptation française de Nanook of the North devenu Nanouk lEsquimau, lhomme des temps primitifs (1922)

The South-West, three men and caves for the first French adaptation of Nanook of the North renamed Nanouk l’Esquimau, l’homme des temps primitifs (1922)
« Il Sud-Ouest, tre uomini e delle grotte per il primo adattamento francese di Nanook of the North divenuto Nanouk lEsquimau, lhomme des temps primitifs (1922) »
Claudette Peyrusse
p. 22-57

Résumés

Nanouk lEsquimau, première version française du film de Robert Flaherty, fut un succès. La Compagnie française du film, éditrice qui crée l’adaptation à la place de Pathé, est constituée de Georges Lourau, un jeune Palois et le Toulousain Joseph Mandement. Mandement est dans le cinéma depuis 1916 après des années de théâtre en France et au Canada. Il s’est adapté à des publics variés. Dominé par la production américaine, le cinéma français importe massivement, francise et modifie. La copie nitrate de la Cinémathèque de Toulouse révèle que l’adaptateur s’il touche peu au montage crée des intertitres sans traduire les originaux. C’est l’usage, comme la narration familière de lÉternel silence, autre version française de 1922. Mais la promotion de Nanouk laisse croire que les opérateurs sont français. Pratique plus rare, une séquence est ajoutée, provenant d’une bande de Mandement sur la préhistoire, qui rapproche la vie esquimaude de l’âge du renne. Cette version française, qui séduisit ses spectateurs du savant à l’enfant, est à restaurer et invite à découvrir d’autres adaptateurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Amérique, France, Canada
Gustave Guiches en troisième mousquetaire
Les inflexions majeures
Messages reçus
La francisation
Superviseur et éditeur
Des produits dérivés
La fortune d’une adaptation nationale et singulière

Aperçu du début du texte

On ne peut rien dire de neuf sur Nanook of the North de Robert Flaherty, sauf à le prendre à un endroit oublié, celui de son édition française pour le moins étonnante. Comment le Toulousain Joseph Mandement et le Palois Georges Lourau en viennent-ils à créer la VF ? On en sait peu. Quand Nanouk sort à Paris le 25 octobre 1922, édité par la Compagnie française du film, œuvre et éditeur apparaissent en même temps :

On nous fait part de la naissance de la Compagnie française du film (...). Monsieur Georges Lourau, son directeur, nous prie de bien vouloir annoncer que le premier film de la production de la Compagnie française : Nanouk, lhomme des temps primitifs, sera présenté mercredi 25 au Gaumont-Palace à 16 heures.

Lourau, directeur commercial qui prend les risques financiers, est souvent cité sans Mandement. Au fur et à mesure qu’il devient visible par ses activités au cinéma ou en préhistoire, un rôle lui est rétrospectivement accordé dans la sortie du documentaire. Victor Forbin, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudette Peyrusse, « Le Sud-Ouest, trois hommes et des grottes pour la première adaptation française de Nanook of the North devenu Nanouk lEsquimau, lhomme des temps primitifs (1922) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 22-57.

Référence électronique

Claudette Peyrusse, « Le Sud-Ouest, trois hommes et des grottes pour la première adaptation française de Nanook of the North devenu Nanouk lEsquimau, lhomme des temps primitifs (1922) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8666

Haut de page

Auteur

Claudette Peyrusse

Claudette Peyrusse était maître de conférences en information-communication à l’université de Toulouse. Ses recherches portaient sur le cinéma méridional (1929-1944), à Marseille, sur les films, la littérature et les revues du Midi toulousain. Soit la fonction des lieux, les conditions d’émergence des groupes et des thèmes du régional au national. Elle a étudié le documentaire et les films d’amateurs, les actualités locales (contribution à Filmer les Pyrénées, 2017, Cinéma dici en cours à la Cinémathèque de Toulouse), élargissant le propos en marge de la fiction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search