Navigation – Plan du site

Accueil189594ÉtudesLe lancement de Maurice Chevalier...

Études

Le lancement de Maurice Chevalier à Hollywood : ethnicité, charisme et compétences musicales

The launch of Maurice Chevalier in Hollywood : ethnicity, charisma and musical skills
Il lancio di Maurice Chevalier a Hollywood : etnia, carisma e competenze musicali
Katalin Pór
p. 92-113

Résumés

Lorsque Maurice Chevalier arrive aux États-Unis en octobre 1928, à la faveur d’un contrat signé avec Paramount, l’acceptation par le public américain d’une vedette issue du music-hall, étrangère de surcroît, n’a rien d’évident. Il s’agit pourtant d’un enjeu particulièrement important pour le studio, qui a investi une somme d’argent conséquente pour son recrutement. Le studio s’emploie alors à organiser son intégration dans le vedettariat américain, en déployant une campagne de lancement massive. Cet article s’emploie à montrer que la stratégie déployée par Paramount consiste à valoriser une ethnicité présentée sous un jour inoffensif, afin de la mettre au service de la construction progressive d’une image de vedette musicale. Loin d’être monolithique, cette stratégie se construit à travers un processus de négociations permanentes entre la volonté du studio d’installer durablement sa vedette dans le champ américain, les réactions et attentes du public, ainsi que les différents modèles de films musicaux et de vedettes en voie de constitution. Elle témoigne à la fois d’une grande souplesse et d’une véritable réflexivité, ne cessant de mettre en scène ses propres évolutions et reconfigurations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Recomposition des industries du spectacle, ambivalences face à l’ethnicité : un contexte instable
Loin de Broadway : le lancement de Maurice Chevalier
Le modèle de l’opérette
Élargissement et désenclavement

Aperçu du début du texte

L’arrivée de Maurice Chevalier aux États-Unis, en octobre 1928, à la faveur d’un contrat signé avec Paramount, constitue un cas d’école presque exemplaire de ces « transferts culturels » tels qu’ils ont été théorisés par Michel Espagne et Michael Werner. Nous sommes, en effet, en présence de deux espaces nationaux distincts : l’espace culturel français, au sein duquel Chevalier a déjà développé une carrière de vedette de la scène, et l’espace spectaculaire – cinématographique, scénique, musical – américain. Son transfert de l’un à l’autre induit alors diverses opérations de traduction (au sens à la fois littéral et métaphorique du terme) et de re-sémantisation, à travers des négociations qui se jouent à divers niveaux : celui des stéréotypes nationaux, des cultures spectaculaires ou encore des stratégies industrielles. Ce processus se noue, à un premier niveau, au sein même des prestations de Chevalier : le choix des films dans lesquels il joue, le type de personnage et de numéro mu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katalin Pór, « Le lancement de Maurice Chevalier à Hollywood : ethnicité, charisme et compétences musicales »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 92-113.

Référence électronique

Katalin Pór, « Le lancement de Maurice Chevalier à Hollywood : ethnicité, charisme et compétences musicales »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8673

Haut de page

Auteur

Katalin Pór

Katalin Pór est maîtresse de conférences HDR à l’Université de Lorraine, et membre de l’IUF. Ses travaux portent sur l’observation des dynamiques collectives dans la création cinématographique. Elle travaille esssentiellement sur le cinéma classique américain et plus particulièrement sur les échanges intermédiatiques et transnationaux dans lesquels il s’inscrit. Elle a récemment publié Lubitsch à Hollywood. Lexercice du pouvoir créatif dans les studios (2021). Elle codirige avec Bérénice Bonhomme, le réseau de recherche Création Collective au Cinéma, ainsi que la revue en ligne du même nom.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search