Navigation – Plan du site

Accueil189594ArchivesFilmer la rue en contexte autorit...

Archives

Filmer la rue en contexte autoritaire : la Longue Journée (Maroc, 1969). Reconstitution d’un tournage clandestin

Filming the street in an authoritarian context : la Longue Journée (The Long Day, Morocco, 1969) – reconstitution of clandestine filmmaking
Filmare la strada in un contesto autoritario : la longue journée (Maroc, 1969) – ricostituzione di riprese clandestine
Marie Pierre-Bouthier
p. 142-165

Résumés

En 1968, Mohamed Abbazi, jeune Amazigh marocain fraîchement diplômé de UCLA, se voit refuser par le Centre cinématographique marocain l’autorisation de tourner dans le centre-ville de Casablanca un documentaire sur des femmes de ménage. Le jeune audacieux tourne « tout de même » ce film, mais n’en achèvera jamais le montage. Ces images n’en sont pas moins des documents uniques et précieux sur la vie quotidienne féminine d’un Casablanca récemment décolonisé, et témoignent d’un geste cinéaste singulier dans le Maroc des Années de plomb. Comment un tel tournage illégal a-t-il été rendu possible ? En confrontant rushes, prémontages, photographies du tournage et témoignages, cet article reconstitue les étapes, les stratégies et le protocole suivis par Abbazi pour filmer dans la clandestinité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Un parcours atypique
Les rushes retrouvés
Reconstitution d’un tournage clandestin : les stratégies
Saisir le réel sur le vif, ou le mettre en scène
La stratégie de la discrétion
Une mise en scène de la clandestinité ? Une caméra au vu de tous
Des mises en scène étonnamment peu dissimulées
Stratégie du naturel et stratégie de l’isolement
Étonnante facilité d’un tournage clandestin dans le contexte des « années de plomb » : d’autres stratégies
La stratégie de la connivence
La stratégie du champ de bataille secondaire : détourner l’attention
La stratégie de la « sortie par le haut »
Une autre reconstitution : des rushes pour quel film ?
Accession à la visibilité

Aperçu du début du texte

Après l’Indépendance du Maroc en 1956, le jeune État indépendant semble prendre conscience de l’importance de fonder un nouveau cinéma national, et envoie quelques jeunes gens se former à l’art du film dans de prestigieuses écoles de cinéma, principalement à l’IDHEC à Paris. Ils en reviennent dans les années 1960 avec de grandes ambitions pour leur cinéma national à fonder. Mais celles-ci se heurtent à un climat peu propice à la création et à une atmosphère de suspicion. Ceci tient à la fois aux « années de plomb », cette phase dictatoriale très autoritaire du règne de Hassan II, qui s’étend des années 1960 à la fin des années 1980, et au système de production étatique contrôlé par le Centre cinématographique marocain (le CCM), dont le bureaucratisme, le contrôle omniprésent et le manque de moyens constituent autant de freins à toute recherche et innovation politique ou esthétique. Or, le CCM est alors le seul pourvoyeur d’emplois, de commandes, de financements et de moyens techniqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Pierre-Bouthier, « Filmer la rue en contexte autoritaire : la Longue Journée (Maroc, 1969). Reconstitution d’un tournage clandestin »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 142-165.

Référence électronique

Marie Pierre-Bouthier, « Filmer la rue en contexte autoritaire : la Longue Journée (Maroc, 1969). Reconstitution d’un tournage clandestin »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8701

Haut de page

Auteur

Marie Pierre-Bouthier

Marie Pierre-Bouthier est maîtresse de conférences en histoire du cinéma à l'Université d'Amiens. Ses recherches et ses activités de programmatrice portent sur les gestes documentaires de résistance au Maroc et en Tunisie, sur l'œuvre d'Ahmed Bouanani, sur les écoles de cinéma et sur le genre documentaire. Elle a publié dans Trafic, Double-Jeu Théâtre-Cinéma, la Revue d'Études des Mondes Musulmans et Méditerranéens, ou encore dans le Journal of North-African Studies.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search