Navigation – Plan du site

Accueil189594Notes de lectureJoseph Armando Soba, Dans les cou...

Notes de lecture

Joseph Armando Soba, Dans les coulisses dHollywood. Syndicalisme et mondialisation (1920-2012)

L’Harmattan, « Logiques sociales », Paris, 2020, 312 p.
Katalin Pór
p. 213-215
Référence(s) :

Joseph Armando Soba, Dans les coulisses dHollywood. Syndicalisme et mondialisation (1920-2012), L’Harmattan, « Logiques sociales », Paris, 2020, 312 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Joseph Armando Soba affiche un objectif ambitieux : retracer l’histoire de la syndicalisation des personnels hollywoodiens, sur une période embrassant la quasi-totalité de l’histoire des studios. Structuré en quatre parties, composées de chapitres parfois très brefs, le livre suit une progression chronologique, allant de la fondation des grands studios à la période quasi contemporaine, sans pour autant se contraindre à un traitement uniforme de chaque période. Ainsi la décennie 1920, période de genèse des différentes institutions qui joueront un rôle central dans l’histoire syndicale d’Hollywood, fait l’objet d’une attention particulière – toute la première partie lui est en effet consacrée ; de même, la décennie suivante, celle des années 1930, occupe les deux parties suivantes, l’une observant de manière plus approfondie les rapports des acteurs et scénaristes avec les studios, l’autre se centrant davantage sur l’évolution des structures, resituée dans une histoire sociale américaine plus large. Le reste de la période, allant de la montée en puissance de la télévision dans l’immédiate après Seconde Guerre mondiale jusqu’à la fusion en 2012 de la SAG (Screen Actor’s Guild) et de l’AFTRA (American Federation of Television and Radio Artists), est tout entière traitée dans une quatrième et dernière partie, qui tente de restituer en un peu moins de 100 pages les nombreuses mutations opérées durant ces sept décennies (transformations des pratiques audiovisuelles et des modes de consommation des films, délocalisations inter et intranationales...), ainsi que leurs conséquences sur les recompositions des stratégies syndicales. À cet égard, si le sous-titre du livre annonce une articulation entre « syndicalisme et mondialisation », celle-ci ne concerne en réalité pleinement que les chapitres 11 à 15, l’essentiel du livre évoquant le syndicalisme dans le cadre de l’industrie nationale du cinéma américain.

2Partant du constat d’une faible littérature consacrée à l’histoire syndicale d’Hollywood – constat qui demande cependant à être nuancé selon les époques considérées –, l’ouvrage assigne une double fonction à ce panorama : la restitution des activités syndicales hollywoodiennes, outre son intérêt en soi en tant que pan de l’histoire sociale américaine, vise également à offrir des éléments permettant « d’étoffer l’analyse filmique à travers l’éclairage qu’elles apportent sur les conditions de travail des artistes et d’autres catégories professionnelles ». L’articulation de l’histoire sociale, de l’histoire de la production et de l’exégèse des œuvres constitue effectivement l’un des enjeux importants de la recherche contemporaine sur la création hollywoodienne, auquel cet ouvrage vient apporter de nombreux éléments. Ceux-ci concernent en revanche essentiellement le syndicalisme des acteurs et des scénaristes : la question du syndicat des réalisateurs (Directors Guild of America) est évacuée un peu rapidement dans une note, tandis que les différents syndicats et associations professionnelles de techniciens, dont on connaît pourtant l’importance dans l’organisation du champ hollywoodien, ne font l’objet que de quelques pages ou mentions éparses. De même, si le titre évoque Hollywood, il s’agit essentiellement ici, comme le signale Soba dans son introduction, d’examiner « les relations entre les comédiens, les scénaristes et les majors » : les structures de production plus modestes, ou encore les différents intermédiaires, comme les agences de talents, ne sont pas évoqués.

3Ainsi, toute la première partie offre de nombreuses informations et précisions sur les débuts de la syndicalisation à Hollywood. Les pages consacrées à la résistance du milieu hollywoodien face aux tentatives d’implantation de l’Actors’ Equity Association (syndicat d’acteurs de théâtre implanté sur la Côte Est) sont à cet égard particulièrement stimulantes : en appréhendant par ce prisme de la syndicalisation la question des relations entre Broadway et Hollywood – rapports dont la complexité a notamment été mise en exergue par les différents travaux de Marguerite Chabrol –, elle jette sur ces enjeux un nouvel éclairage, touchant aussi bien aux questions de légitimité artistique, d’habitudes de travail, ou encore de niveaux de rémunération. De même, le dernier chapitre, restituant les ambivalences, controverses, désaccords internes aux milieux hollywoodiens en général, et aux syndicats en particulier, face aux délocalisations massives des productions (faisant par exemple apparaître des clivages entre techniciens et artistes, ou encore entre acteurs, scénaristes et réalisateurs, dont les intérêts peuvent diverger dans ces nouvelles configurations, ou donnant à voir l’ambivalence des relations entre le milieu hollywoodien et les différents gouvernements fédéraux), nous apporte des informations et des éléments de réflexion précieux sur cette période moins explorée jusqu’ici, et sur laquelle on imagine que de futurs travaux seront amenés à se développer. Il en va de même pour la conclusion, qui esquisse les nombreux enjeux auxquels se trouve confronté le syndicalisme hollywoodien contemporain – la concurrence potentielle des acteurs générés par ordinateur, l’éparpillement des sites de production... – ouvrant ainsi des pistes de réflexion aussi riches que stimulantes.

4Revendiquant une approche multifactorielle, l’ouvrage s’emploie à restituer les différents éléments de contexte dans lesquels s’inscrit cette histoire du syndicalisme, qu’il s’agisse d’une histoire de la production hollywoodienne déjà bien balisée (la fondation des Majors, la standardisation de la production, la montée en puissance de la télévision, le développement des délocalisations...), voire d’une histoire plus large de la syndicalisation aux États-Unis (le National Industrial Recovery Act, le Wagner Act...). Afin d’embrasser une telle amplitude et une telle variété d’enjeux, l’auteur mobilise des travaux issus aussi bien de l’histoire sociale que de la socio-économie, ou relevant de l’analyse juridique – en témoigne la variété disciplinaire des très nombreuses références convoquées en notes – dont Soba s’emploie à faire la synthèse. On comprend évidemment l’intérêt de tels rappels, afin de situer et contextualiser le propos. Cependant, ces passages éloignent parfois le lecteur du cœur de la problématique. Ils occupent en effet une part importante du texte, tout en restant nécessairement imprécis (la transition vers le sonore est traitée en un paragraphe, les conséquences de l’émergence de la télévision en 14 pages...), voire un peu datés (la présentation de la standardisation de la production, ou encore celle du star-system auraient notamment gagné à convoquer des références plus récentes, ce qui aurait permis de complexifier une présentation parfois schématique). Parallèlement à ces éléments de contexte généraux, le texte fait alterner deux niveaux d’analyse, celui des structures et celui des individus. Tous deux sont nourris de la consultation de différentes sources primaires : archives de syndicats (SAG, WGA, AFTRA..) ou d’institutions, comme l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, presse syndicale ou spécialisée, rapports officiels. On trouve ainsi des chapitres davantage centrés sur les relations entre institutions ou groupes sociaux : on peut de la sorte suivre les différents efforts déployés par les studios afin d’entraver la syndicalisation des personnels – de la fondation de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences à l’éphémère Artists’ Service Bureau –, ou encore la montée des tensions entre l’Academy et la Screen Actors Guild, malgré la présence des mêmes vedettes au sein des deux institutions. On y trouve également, à plusieurs reprises, de forts utiles rappels sur les divers cadres, législatifs et contractuels, dans lesquels se déroulent les différents conflits sociaux évoqués : le fonctionnement des droits d’auteur aux États-Unis, notamment, ou encore la présentation de différentes conventions produites au sein de l’industrie hollywoodienne.

5D’autres chapitres prennent les individus comme échelle d’observation, permettant de faire apparaître la place des interactions interpersonnelles, les modalités de construction des rapports de force, ou encore les différentes formes que prennent les conflits (juridiques, médiatiques, financières...). On observe ainsi ce que Soba appelle « l’Empowerement des artistes », à travers la reconstitution des conflits entre les studios et différentes figures hollywoodiennes prestigieuses. On regrette un peu que l’auteur ne prenne comme étude de cas, pour les décennies 1930 et 1940, que des exemples déjà relativement bien connus (Bette Davis et Olivia de Havilland pour les actrices, John Howard Lawson et Dalton Trumbo pour les scénaristes) ; en revanche, on suit avec grand intérêt, pour la période plus récente, l’analyse critique de l’engagement très médiatisé de vedettes comme Jodie Foster ou Arnold Schwarzenegger en faveur du rapatriement des tournages, ou encore le rôle joué par Kevin Spacey dans la mise en place de la Global Rule One, visant à permettre une extra-territorialisation du système de protection sociale des acteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katalin Pór, « Joseph Armando Soba, Dans les coulisses dHollywood. Syndicalisme et mondialisation (1920-2012) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 213-215.

Référence électronique

Katalin Pór, « Joseph Armando Soba, Dans les coulisses dHollywood. Syndicalisme et mondialisation (1920-2012) »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 12 février 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8829

Haut de page

Auteur

Katalin Pór

Katalin Pór est maîtresse de conférences HDR à l'Université de Lorraine, et membre de l'IUF. Ses travaux portent sur l'observation des dynamiques collectives dans la création cinématographique. Elle travaille esssentiellement sur le cinéma classique américain et plus particulièrement sur les échanges intermédiatiques et transnationaux dans lesquels il s'inscrit. Elle a récemment publié Lubitsch à Hollywood. L'exercice du pouvoir créatif dans les studios (2021). Elle codirige avec Bérénice Bonhomme, le réseau de recherche Création Collective au Cinéma, ainsi que la revue en ligne du même nom.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search