Navigation – Plan du site

Accueil189594Notes de lectureDe la Grotte aux Fées à la « fée ...

Notes de lecture

De la Grotte aux Fées à la « fée aux yeux tristes » : Renaud Blaise, Marc Bonnel, Michel Denis (dir.), 125 ans de cinéma au Pays de Dinard

Dinard, Histoire et patrimoine du Pays Dinard/Rance/Émeraude, 2021, 178 p.
François Albera
p. 219-220
Référence(s) :

De la Grotte aux Fées à la « fée aux yeux tristes » : Renaud Blaise, Marc Bonnel, Michel Denis (dir.), 125 ans de cinéma au Pays de Dinard, Dinard, Histoire et patrimoine du Pays Dinard/Rance/Émeraude, 2021, 178 p.

Texte intégral

1Cet album très illustré embrasse tous les aspects possibles des relations que le Pays de Dinard a pu entretenir et entretient avec le cinéma. Il complète ainsi, en se concentrant sur un seul pays, l’ouvrage de Jean-Pierre Berthomé et Gaël Naizet, Bretagne et cinéma (Apogée, 1985). Cinq chapitres distinguent « Le cinéma d’hier et d’aujourd’hui », « Les gens du cinéma », « Les films tournés », « Les festivals de films » et un ensemble disparate (« dans tous ses états »). Environ quatre-vingts contributions, généralement courtes, passant du témoignage au document, de l’investigation historique à l’anecdote se succèdent, d’intérêt forcément inégal. Contribution à la catégorie des « études régionales » en histoire du cinéma, l’ouvrage demeure entre recherches locales et promotion de la Communauté de communes. Il appelle à des approfondissements dans plusieurs de ses entrées qui ne manqueront pas de suivre, compte tenu de la richesse des matériaux repérés.

2Retenons ainsi pour commencer cet apport à la « préhistoire » du cinéma : c’est en 1877, dans une grotte près de Saint Énégat, la Grotte de la goule aux Fées (datant du néoprotérozoïque), qu’Auguste et Louis Lumière, en vacances dans la région, scellèrent leur fraternité indissoluble qui fera désormais parler des « Frères Lumière ». Appliqués à développer des plaques photographiques à l’abri du soleil, les deux frères se trouvèrent piégés par la marée montante et, craignant pour leur vie, jurèrent, s’ils s’en sortaient, d’être inséparables dans l’avenir. Ce lieu plutôt mélièsien (le Royaume des fées) a-t-il déterminé le goût affirmé des deux frères pour le plein air ? On apprend par contre, dans ce chapitre consacré aux pionniers, qu’une des chevilles ouvrières d’Edison pour sa Black Maria, William Dickson, était né à Minihic-sur-Rance en 1860, de parents écossais, et qu’il vécut en France jusqu’à l’âge de 19 ans où sa famille émigra aux États-Unis. Les premières séances de cinéma à Dinard-Saint-Énogat (devenu Dinard en 1921) datent de janvier 1897. Grâce à l’obligeance du comte Rochaïd-Dahdah (qui aurait pu inspirer Tristan Tzara) la salle des fêtes de la société musicale locale est mise à disposition. Mais c’est ensuite le High Life Casino (dont le nom sera repris dans les années 1950) qui exploite la production Pathé à partir de 1907, puis le Sporting Palace de Constant Martin, le Dinard Ciné Palace (qui brûle en 1916 et qu’on reconstruit). Viennent des salles liées à d’autres activités, notamment le Casino, skating avant d’être voué au seul cinématographe. En 1928 le Balneum, bâtiment Arts Déco, est encore Casino et cinéma et, quand la famille Androuin, qui a un théâtre ambulant, passe au cinéma ambulant en 1901 (avec un chapiteau de 25 mètres de long acheminé sur trois wagons de chemin de fer) puis s’installe à Dinard, elle intitule sa salle Le Petit Casino. Relevons encore l’existence de pionniers de la cinématographie bretonne, avec la personnalité d’Émile Gaudu, praticien amateur en 9,5 mm puis, après un stage à l’UFA, reporter à Éclair-Journal. Il a laissé des images sans doute précieuses pour les historiens des destructions dues à la Deuxième Guerre mondiale (Saint-Malo ville assassinée) et tint la chronique des activités de la région de Pleurtuit jusque dans les années 1970.

3Dans la partie consacrée aux « gens de cinéma » l’intensité des présences varie. Si Nadia Sibirskaïa, qui résida jusqu’à sa mort à Dinard dans une belle maison récemment mise en vente par sa fille, irradie, si l’on peut dire, de ses « yeux tristes », le passage des uns et des autres n’est pas toujours aussi lumineux, même si la plupart parrainent, aident ou célèbrent la région (Denys de La Patellière, Jacques Charrier, Just Jaeckin, Jean-Paul Rappeneau – qui préface l’ouvrage). Germaine Lebas, femme de ménage redonnaise au théâtre Mogador, rencontra le violoncelliste juif de Tartu David Kaplan : ils devinrent Nadia Sibirskaïa et Dimitri Kirsanoff. Jean Rochefort, qui est de Dinan, incita Jess Hahn, « l’Américain de service » du cinéma français, à s’installer à Pleurtuit. Les films tournés dans le Pays de Dinard permettent de mesurer là aussi des types d’investissement différents : de même qu’en 1938 le tournage à Dinard, Saint-Lunaire, Saint-Briac, Lancieux et La Gouesnière pour Tabarin d’Albert Valentin, avec Michèle Morgan, disparaît pour des extérieurs sur la Côte d’Azur quand le film devient lEntraîneuse, le tournage des Vikings de Richard Fleischer au Château de la Roche Goyon/Fort la Latte n’est guère ancré dans un milieu. Jean Epstein a tourné Finis Terrae à Ouessant et le Tempestaire à Belle-Île-en-Mer et un film en langue bretonne en 1934 (Chanson dArmor), et Claude Chabrol s’est plus d’une fois exprimé sur le plaisir qu’il avait à filmer en Bretagne (Que la bête meure, le Cheval dorgueil, la Cérémonie) et à Dinard en particulier (Inspecteur Lavardin), suivi d’Éric Rohmer (Conte dété). Ces personnalités ont souvent soutenu ou patronné des activités de ciné-clubs ou des manifestations autour du cinéma. Dès 1952 un festival du 16 mm se tient à Dinard qui devient le FIFEF (Festival international du film d’expression française) en 1967. Depuis trente ans un festival du film britannique offre un pendant au festival du cinéma américain de Deauville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Albera, « De la Grotte aux Fées à la « fée aux yeux tristes » : Renaud Blaise, Marc Bonnel, Michel Denis (dir.), 125 ans de cinéma au Pays de Dinard »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 219-220.

Référence électronique

François Albera, « De la Grotte aux Fées à la « fée aux yeux tristes » : Renaud Blaise, Marc Bonnel, Michel Denis (dir.), 125 ans de cinéma au Pays de Dinard »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 12 février 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8848

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search