Navigation – Plan du site

Accueil189594Notes de lecturePip Chodorov (dir.), Jonas Mekas....

Notes de lecture

Pip Chodorov (dir.), Jonas Mekas. Films-Vidéos-Installations (1962-2012). Catalogue raisonné

Paris, Paris Expérimental, 2012, 263 p.
Stéphanie E. Louis
p. 220-222
Référence(s) :

Pip Chodorov (dir.), Jonas Mekas. Films-Vidéos-Installations (1962-2012). Catalogue raisonné, Paris, Paris Expérimental, 2012, 263 p.

Texte intégral

Nous remercions Christian Lebrat et Pip Chodorov pour les informations quils nous ont transmises en vue de la rédaction de cette note.

1Petit ouvrage aussi riche qu’élégant, le catalogue raisonné des films, vidéos et installations de Jonas Mekas, établi par Pip Chodorov reste, près de dix ans après sa parution, un incontournable outil pour appréhender l’œuvre filmique et vidéographique du cinéaste, dans toutes ses dimensions entre 1962 et 2012, année de son dernier film sur pellicule.

2Jonas Mekas est mort en 2019, il aurait fêté ses 100 ans en 1922. On doit noter que depuis 1992, chaque nouvelle décennie a été marquée par des rétrospectives ou des publications, venant souligner l’importance de cet artiste d’origine lituanienne. Exilé aux États-Unis, il s’y est engagé pour la diffusion et la préservation du cinéma expérimental via la Film Makers’ Cooperative ou l’Anthology Film Archive, en plus de contribuer lui-même à l’enrichissement de cette forme cinématographique par sa propre production. Loin de se limiter aux journaux filmés, cette dernière apparaît plus comme un perpétuel questionnement de la mémoire du xxe siècle et du début du xxie siècle, croisant expérience intime et « grande histoire ». Et c’est précisément ce que rend évident ce catalogue raisonné, qui ne se cantonne point à une filmographie enrichie.

3L’ouvrage bilingue, anglais/français, se compose de cinq parties. D’abord, une introduction méthodologique par Pip Chodorov, qui est le maître d’œuvre de ce projet catalographique (I). Ensuite, une présentation du cinéaste et de son œuvre, cosignée par Émeric de Lastens et Benjamin Léon sous le titre « Paradis perdu et retrouvé » (II). Puis les notices des 92 œuvres filmiques et vidéographiques réalisées par Mekas, se concluant par une liste des « films abandonnés » et des « titres en cours » (III). Suivent une courte biographie, une bibliographie choisie (IV) et enfin, un index des titres présents dans l’ouvrage (V).

4Les notices se succèdent chronologiquement selon la date de montage des œuvres, puisque les images figurent parfois dans différents titres et qu’elles ont parfois été réalisées au cours de plusieurs années. Avant l’inscription de chaque objet filmique à ce catalogue, un minutieux travail d’identification a été accompli, s’appliquant à comparer durées, années, formats, versions et données techniques afin d’aboutir à la liste la plus exhaustive possible.

5Dans les notices, un code couleurs facilite le repérage visuel de l’information. En rouge, en haut à droite, l’année de montage final. Ensuite, sous le titre en capitales, un encart grisé contient les informations objectives sur le film : format, couleur, durée, sonorisation, cadence, nombre de moniteurs pour les installations, années de captation et de montage, collaborateurs et collaboratrices, distinctions et parfois, les différentes parties ou des indications sur son réemploi ultérieur. Sur la ligne suivante, à gauche en bleu, les collections patrimoniales où l’œuvre est conservée ; à droite en vert, les distributeurs de chaque opus. La dernière partie de la notice décrit l’œuvre le plus souvent à travers les mots de Mekas, mais parfois aussi (en plus ou en remplacement) à l’aide d’extraits d’articles ou de livres. Ces références prolongent d’ailleurs la bibliographie sélective de fin d’ouvrage.

6Notons que la longueur des notices varie d’une à plusieurs pages. La publication se voit ainsi conférer un certain relief, que renforcent de nombreuses illustrations, couleur ou noir et blanc, en vis-à-vis ou intégrées à la notice. L’« ambition d’être un livre agréable, une invitation au voyage dans cinquante ans de production de l’artiste » (p. 16) semble totalement remplie. Faire route avec Mekas à travers cinquante ans de cheminement créatif, grâce à ses mots, mais aussi accéder par petites touches à la manière dont son œuvre a été perçue, constitue un double éclairage fort appréciable.

7C’est l’une des réussites de ce catalogue que d’avoir été réalisé du vivant de Mekas. D’une part, parce que le cinéaste s’est avéré une essentielle personne-ressource et, pour reprendre les mots de Chodorov, « s’est taillé la part du lion dans la recherche d’information et dans l’écriture » (p. 18). D’autre part, parce que ce livre reflète une vision de l’artiste des œuvres « qu’il considère terminées et montrables » (p. 16). Certes, cela invite à questionner le caractère « définitif » de ce recensement : en effet, l’inventaire doit-il se limiter à ce que l’artiste considère finalement comme son œuvre légitime, ou doit-il s’étendre à tout ce qui a circulé, que ceci soit assumé ou non sur le long terme ? À cet égard, l’introduction de Chodorov éclaire la méthodologie adoptée, précisant par exemple que « dans le cas de titres contradictoires, ou bien de quelques titres jamais vus auparavant, Jonas a décidé d’en fixer définitivement quelques-uns ou d’en abandonner d’autres » (p.17).

8Demeure néanmoins la remarquable exhaustivité du catalogue coordonné par Chodorov, résultant de l’usage des archives extrêmement complètes et parfaitement rangées du cinéaste, ainsi que de recherches parallèles chez les distributeurs et dans des institutions culturelles. Remarquons, plus prosaïquement, que des filmographies récentes sont moins fournies : celle proposée par Gregory R. Smulewicz-Zucker recense près de vingt titres de moins (Jonas Mekas : interviews, Jackson, University Press of Mississippi, 2020).

9Soulignons, en outre, la grande pertinence d’avoir rassemblé à la fois l’œuvre sur pellicule, celle sur vidéo et les installations dans un même volume, ce qui met en évidence la plasticité du matériau filmé dans les mains de Mekas. Réemploi d’un film à l’autre, migration de la pellicule à la vidéo, présentation selon des modalités de projection traditionnelles ou sous forme d’installation : le catalogue laisse clairement voir cette fascinante circulation et malléabilité. L’enthousiasme de Mekas à investir de nouvelles formes et de nouveaux espaces médiatiques transparaît également, avec par exemple le 365 Day Project, consistant à réaliser un film par jour et à le diffuser sur son site internet du 1er janvier au 31 décembre 2007.

10En plus d’être maniable, complet, rigoureux, inspirant, l’ouvrage démontre aussi son utilité en localisant les copies et les droits de distribution. Il signale, d’une part, les dix-huit collections d’archives du film, musées d’art, festival ou universités, sises de Canberra à Minneapolis, en passant Avignon, Cologne, Madrid ou Stockholm, où se trouvent les œuvres. Il identifie d’autre part les quinze distributeurs de celles-ci en Europe, Asie et Amérique du nord. Ce projet de catalogue a d’ailleurs émergé en conséquence de régulières sollicitations pour identifier une liste complète de la production de Mekas et la localiser, notamment en vue de diffusions. Il est aussi étroitement lié aux pratiques commémoratives et rétrospectives, puisqu’il est paru « à l’occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire de l’artiste (Noël 2012) et de sa troisième rétrospective parisienne, au Centre Pompidou » et, nous précise Chodorov, « a trouvé sa forme définitive au fur et à mesure que la programmation se précisait » (p.17).

11Nul doute que ce catalogue raisonné se révélera un précieux outil pour l’organisation des manifestations célébrant les 100 ans de la naissance de Jonas Mekas en 2022. À l’heure où nous écrivons cette note, près de soixante-dix projets sont envisagés à travers le monde et bientôt, le Centre culturel lituanien devrait mettre en ligne le site web « Mekas100 » pour recenser la totalité des propositions liées à ce centenaire. Là encore, Pip Chodorov est pleinement engagé dans la commémoration et, peut-être, cet anniversaire lui offrira-t-il une occasion nouvelle de s’associer à Christian Lebrat pour célébrer Mekas. Car ce catalogue nous permet d’évoquer, en conclusion, le dynamique réseau d’acteurs investi dans la promotion du cinéma expérimental.

12Chodorov, grand orchestrateur de ce catalogue raisonné, est un ami de longue date de Mekas, ce qui a certainement facilité un travail en toute confiance autour de ce catalogue. Il évoque ce qui les a rapprochés : « nous sommes tous les deux des cinéastes de journaux filmés improvisés jour après jour et requérant des heures de montage des années plus tard ; et nous avons tous les deux fondé et dirigé des organismes de distribution indépendante ; nos films sont distribués par les mêmes coopératives dans le monde, et je suis devenu son éditeur vidéo » (p. 15). En 1997, alors que Chodorov éditait Walden en VHS chez Re :Voir, il s’associait avec Lebrat et Paris Expérimental pour publier le livre du film dans un coffret. Ce catalogue raisonné venait donc renouveler cette coopération.

13Il s’inscrivait aussi, pour Paris Expérimental, dans toute une série d’actions tournées vers Mekas. Créée en 1983 par Christian Lebrat, l’association fut à l’origine de la première rétrospective française de Mekas au Jeu de Paume en 1992. Cette même année, elle publia dans sa collection « Classiques de l’avant-garde », son Ciné-Journal : un nouveau cinéma américain (1959-1971), préfacé et traduit de l’anglais par Dominique Noguez. D’autres écrits du cinéaste furent ensuite publiés en 2003 : les Lettres de nulle part/Letters from nowhere. Suivirent, respectivement en 2003 et 2006, les numéros 8 et 24 des Cahiers de Paris Expérimental lui étant consacrés. Deux nouvelles références à son sujet paraîtront en 2022, dans la collection de livres en anglais « Eyewash Books ». D’abord, une série de portraits des personnages apparaissant dans Walden (1969), assortie d’une introduction historique de Scott Hammen, sous le titre « A Field Guide to Mekas Walden ». Ensuite, la réédition par Chodorov et Élodie Imbeau de The Lost Lost Lost Book, soit un découpage détaillé de toutes les séquences du film, plus des essais critiques de Michael Renov et Patrice Rollet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie E. Louis, « Pip Chodorov (dir.), Jonas Mekas. Films-Vidéos-Installations (1962-2012). Catalogue raisonné »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 94 | 2021, 220-222.

Référence électronique

Stéphanie E. Louis, « Pip Chodorov (dir.), Jonas Mekas. Films-Vidéos-Installations (1962-2012). Catalogue raisonné »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 94 | 2021, mis en ligne le 12 février 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1895/8868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8868

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search