Navigation – Plan du site

Accueil189595Point de vueGramsci en Pasolini : l’art d’aim...

Point de vue

Gramsci en Pasolini : l’art d’aimer de l’autre côté du prisme cinématographique

Gramsci in Pasolini: The Art of Loving from the Other Side of the Cinema Prism
Gramsci in Pasolini: l’arte di amare dall’altra parte del prisma cinematografico
Anthony Crézégut
p. 8-32

Résumés

Pier Paolo Pasolini et Antonio Gramsci, le poète frioulan, le romancier des subalternes, le cinéaste du sacré contre la religion, le polémiste politique du néo-capitalisme et le dirigeant communiste, fondateur du PCI que le régime fasciste condamna à la mort lente dans une prison, l’un des théoriciens marxistes majeurs du xxe siècle. Ils forment comme une symbiose dans l’imaginaire, avec cette figure iconique de l’auteur des Lettere luterane (Lettres luthériennes) communiant au cimetière protestant de Rome devant la tombe de Gramsci au début des années 1970. Pasolini l’a dit plus d’une fois, la lecture des Lettere dal carcere (Lettres de Prison) en 1947-1948 fut pour lui une révélation. Gramsci devint un modèle christique de notre temps, se confondant avec son propre frère partisan antinazi, Guido. Modèle aussi de l’intellectuel comme « cheville médiatrice des classes », l’« intellectuel organique ». Pourtant l’étude du rapport réel de Pasolini à Gramsci se révèle double, relevant d’une « inquiétante étrangeté », ambivalent : « Je sens quel fut ton tort (...) et en même temps combien tu eus raison ». À la fois une inspiration symbolique profonde, mais aussi un éloignement progressif dans le corso pasolinien qui n’exclut pas les récurrences, résurgences, retour éternel et protéiforme de Gramsci et les ruptures dans le discours pasolinien. Gramsci reste dans la matrice de ce rapport cet « humble frère » le séparant de « nos pères » que Pasolini renie, frère qu’il loue de façon amoureuse non sans identification fusionnelle dans Le ceneri di Gramsci (les Cendres de Gramsci).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Un amour eucharistique pour Gramsci : vers un dialogue archéologique avec les classes subalternes et les cultures populaires
Un désamour sur les chemins de la passion : érotisme pasolinien contre somatophobie gramscienne
Des retrouvailles dans un sépulcre commun : appels à une réforme d’outre-tombe et retour à une communauté de la philia

Aperçu du texte

Le rapport de Pasolini à Gramsci semble être celui d’une symbiose, dans l’imaginaire, avec quelques figures iconiques maintes fois reprises, celle de l’auteur des Lettere luterane (Lettres luthériennes) communiant au cimetière protestant de Rome devant la tombe de Gramsci au début des années 1970, ou encore sa pose sobre et sacrée exposant Le ceneri di Gramsci (les Cendres de Gramsci), recueil de poèmes paru en 1957, imaginé précisément après une méditation devant le sépulcre romain. Comme le remarquait finement Wallace P. Sillanpoa dans Le ceneri, le dialogue que Pasolini ouvre avec Gramsci est pris « dans une attraction et répulsion » liée à la « soif pasolinienne de passion vitaliste face au souvenir sombre gramscien de la nécessité d’une articulation rationnelle ». En fait, si on présente Pasolini comme un marxiste, lui-même confiait, selon les dires de Paolo Volponi : « je suis un marxiste qui a peu lu Marx. J’ai bien plus lu Gramsci ». Pourtant l’étude du rapport réel de Pasol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Crézégut, « Gramsci en Pasolini : l’art d’aimer de l’autre côté du prisme cinématographique »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 95 | 2021, 8-32.

Référence électronique

Anthony Crézégut, « Gramsci en Pasolini : l’art d’aimer de l’autre côté du prisme cinématographique »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 95 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 11 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/1895/8952

Haut de page

Auteur

Anthony Crézégut

Anthony Crézégut a soutenu en 2020 une thèse d’Histoire, « Inventer Gramsci au xxe siècle : décomposition d’une intelligence française au prisme italien » (Institut d’études politique de Paris, dir. Marc Lazar). Il a publié plusieurs articles ou contributions dans des ouvrages collectifs (Marx, une passion française, 2018 ; Studi gramsciani nel mondo: Gramsci in Francia, 2020) ou des revues (Décalages, LVSL, Historia Magistra, International Gramsci Journal, Cahier d’études italiennes) et participe à l’ouvrage Tout Pasolini (à paraître en 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search