Navigation – Plan du site

Accueil189595EtudesAndreï Biély et Alexandre Blok

Etudes

Andreï Biély et Alexandre Blok

Le cinématographe est une baraque de foire
Andrei Biely and Alexander Blok. Cinema is a Fairground Booth
Andrei Biely e Alexander Blok. Il cinema è un baraccone da fiera
Stanislas de Courville
p. 32-59

Résumés

Lorsque Maxime Gorki relate sa rencontre avec le Cinématographe en 1896, il met en garde contre cet appareil qu’il craint de voir s’allier au mouvement symboliste auquel il s’oppose. Dix ans plus tard, la jeune invention se trouve emportée dans les débats des symbolistes et est brandie par l’un d’eux, Andreï Biély, comme réponse à la recherche d’un « théâtre démocratique de l’avenir » jusqu’ici opérée sur les planches, notamment avec la Baraque de foire (Balagantchik), pièce d’Alexandre Blok montée avec fracas par le jeune Vsevolod Meyerhold. Ce travail revient sur cette période et son contexte théorique et artistique, montrant et expliquant les raisons pour lesquelles Andreï Biély, lorsqu’il lui consacra un article en 1907, qualifia énigmatiquement le cinématographe de « baraque de foire au sens le plus noble et le plus élevé du terme »

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

La Baraque de foire (Balagantchik) d’Alexandre Blok
Balagan ou Balagantchik ? Biély contre Blok
Biély contre Bergson ?
Des conventions à la vie

Aperçu du début du texte

La Baraque de foire (Balagantchik) d’Alexandre Blok

Tout a commencé pour le septième art en Russie dans le brouhaha d’une foire, celle de Nijni Novgorod, avec un Maxime Gorki inquiet de voir le camp symboliste rallier le cinématographe. Et c’est toujours sous le prisme de cet univers bariolé que ce nouvel appareil sera considéré, dix ans plus tard, à l’aune de la Baraque de foire (Balagantchik) du poète symboliste Alexandre Blok et des débats qui l’accompagnèrent, lorsque Andreï Biély opposa à cette pièce de théâtre le cinématographe comme « baraque de foire au sens le plus noble et le plus élevé du terme ». Afin d’expliquer au nom de quoi Biély a affirmé cela, il nous faut opérer ici un retour sur la pièce de Blok. Car c’est seulement au regard de celle-ci que l’on peut comprendre la polémique au sein de laquelle se trouva emporté le cinématographe dans ce qui reste l’une des plus étranges réceptions qu’en ait offerte un écrivain. En étudiant la réception du cinématographe par Biély...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stanislas de Courville, « Andreï Biély et Alexandre Blok »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 95 | 2021, 32-59.

Référence électronique

Stanislas de Courville, « Andreï Biély et Alexandre Blok »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 95 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/1895/8962 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8962

Haut de page

Auteur

Stanislas de Courville

Stanislas de Courville a soutenu en 2019 une thèse en philosophie, « le Choc du cinéma. De l’apparition des masses métropolitaines à la Seconde Guerre mondiale » (Université Lyon 3, sous la direction de Mauro Carbone). Il est attaché temporaire d’enseignement et de recherche auprès de l’Université Aix-Marseille. Il travaille sur la rupture esthétique provoquée par la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire et la théorie du cinéma. Ses recherches portent également sur la littérature du xixe siècle, le symbolisme russe, le cinéma soviétique et la médialité contemporaine.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search