Navigation – Plan du site

Accueil189595ArchivesL’« Archivio Audiovisivo del Movi...

Archives

L’« Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico » de Rome : une archive ouverte sur le xxe siècle

The AAMOD militant cinema archives
Gli archivi del cinema attivista dell’AAMOD
Chloé Folens et Federico Lancialonga
p. 130-151

Résumés

Cet article est une présentation de l’Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico [Archive audiovisuelle du mouvement ouvrier et démocratique], située à Rome. Née en 1979, la Fondation AAMOD conserve aujourd’hui plusieurs centaines de films et d’archives papier qui retracent l’histoire des mouvements ouvriers et démocratiques du xxe siècle, en Italie comme ailleurs. Ses collections sont organisées en fonds distincts, correspondant chacun à un cinéaste ou à une société de production ayant confié à l’AAMOD ses films et documents au fil des années. Six fonds choisis, importants tant par leur histoire que par leur volume, et qui illustrent la diversité de sujets et de formats présents dans le catalogue de l’AAMOD, sont présentés dans l’article : trois « autochtones » – liés aux structures cinématographiques affiliées au Parti communiste italien (les fonds PCI, Unitelefilm et Cinegiornali liberi) – et trois « allochtones », associés à des maisons de production ou à des cinéastes indépendants du PCI (les fonds REIAC, Libero Bizzarri et Antonello Branca).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Le fonds « PCI » : du cinéma de la « Sezione stampa e propaganda » aux premières expériences coopératives
L’Unitelefilm et l’ouverture aux nouveaux cinémas
Les « Cinegiornali liberi » : un fonds à recomposer
La REIAC FILM ou l’art du compromis
Le fonds Libero Bizzarri, pratique et politique du cinéma
Le fonds Associazione Culturale Antonello Branca (ACAB), sur tous les fronts

Aperçu du début du texte

C’est à l’ombre du gazomètre et de l’ancienne centrale thermique Montemartini, deux monuments de l’histoire industrielle romaine, que demeure le siège de l’Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico. Créée en 1979 afin de conserver le patrimoine audiovisuel du Parti communiste italien et de sa maison de production Unitelefilm, l’AAMOD est aujourd’hui l’une des archives audiovisuelles incontournables de l’histoire du cinéma militant italien et international.

L’AAMOD conserve environ 5 000 heures sur pellicule et l’équivalent en vidéo, qui proviennent des sources les plus diverses. Entre 1960 et 1970 figurent ainsi, aux côtés de ses productions propres, de nombreux films signés par des collectifs et cinéastes d’autres pays : les films des groupes militants français SLON et ARC, les bobines antifranquistes de la réalisatrice espagnole Helena Lumbreras exportées clandestinement, l’œuvre du cinéaste argentin Fernando Birri. Mais l’hétérogénéité de cette collection ne se résu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Folens et Federico Lancialonga, « L’« Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico » de Rome : une archive ouverte sur le xxe siècle »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 95 | 2021, 130-151.

Référence électronique

Chloé Folens et Federico Lancialonga, « L’« Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico » de Rome : une archive ouverte sur le xxe siècle »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 95 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/1895/8988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.8988

Haut de page

Auteurs

Chloé Folens

Chloé Folens est doctorante en histoire du cinéma (École des Chartes) et enseignante vacataire au sein du CPES (Cycle Pluridisciplinaire d’Études Supérieure) de l’Université PSL. Elle a été lectrice de français à l’Université de Yale et chercheuse associée à la Cinémathèque française. Elle a publié les Métamorphoses d’Henri-Georges Clouzot (2017) et participé à l’ouvrage collectif le Mystère Clouzot (2017). Sa thèse porte sur les politiques de patrimonialisation menées à l’AAMOD (dir. Christophe Gauthier).

Federico Lancialonga

Federico Lancialonga est doctorant en Études cinématographiques (« Trajectoires politiques et esthétiques de l’audiovisuel militant italien des années 1960 et 1970 », Université Paris 1, dir. Vincent Amiel et Sébastien Layerle) et ATER après avoir été chercheur associé à la Cinémathèque française. Il est membre de l’association Kinétraces et a publié des articles dans Doppiozero, Trafic, CinémAction, Débordements, Studi Culturali et Zapruder).

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search