Navigation – Plan du site

Accueil189595ChroniquesNotes de lecture et de visionBenjamin Christensen, Häxan, La S...

Chroniques
Notes de lecture et de vision

Benjamin Christensen, Häxan, La Sorcellerie à travers les âges

Potemkine, 2021, coffret combo DVD/Blu-Ray (3 disques)
Constance Grumier
p. 232-235
Référence(s) :

Benjamin Christensen, Häxan, La Sorcellerie à travers les âges, Potemkine, 2021, coffret combo DVD/Blu-Ray (3 disques)

Texte intégral

1Presque cent ans après sa première sortie en 1922, l’éditeur vidéo français Potemkine réédite Häxan (la Sorcellerie à travers les âges) du cinéaste danois Benjamin Christensen. Le coffret DVD/Blu-Ray, qui actualise une précédente édition datant de 2011, fait honneur à la longue carrière du film en proposant les différentes versions qui jalonnent son histoire, vieille de presque cent ans. Le projet de Christensen est ambitieux car Häxan doit être le premier volet d’un triptyque traitant des superstitions et le cinéaste fait des recherches sur les procès de sorcellerie trois années durant. Malheureusement, et malgré le succès de ses deux premiers films, Det hemmelighedsfulde X (l’X Mystérieux, 1914) et Hævnens nat (Nuit vengeresse, 1916), les producteurs danois se montrent frileux. Charles Magnusson, producteur suédois visionnaire en quête de talents (il a signé également avec les réalisateurs Victor Sjöström et Mauritz Stiller) donne sa chance à Christensen en lui laissant carte blanche. La production est longue, le tournage dure huit mois et le budget est faramineux (Häxan est généralement présenté comme le film muet le plus coûteux jamais réalisé en Scandinavie). Les suppléments du DVD édité par Potemkine proposent des documents d’archives, issus des collections de l’Institut du film suédois encore inédits en France (ils figuraient en revanche sur les éditions Criterion de 2011 et 2019), qui témoignent du tournage. Ces images nous permettent de découvrir le studio de Taffelbays Allé à Copenhague où le cinéaste réalise ses trois premiers films, dont Häxan, le décor de la chapelle du couvent servant pour la scène de délire collectif des nonnes, les essais d’une actrice interprétant une religieuse possédée, ainsi que des essais de paysage pour le vol des sorcières depuis la fenêtre d’un train en marche. Sur les images de cette dernière archive, nous découvrons Benjamin Christensen simulant le vol en balai d’une sorcière, assis sur une chaise. Malheureusement si l’investissement et l’ambition du réalisateur ne sont pas à prouver, le succès n’est pas au rendez-vous. L’œuvre est vivement critiquée pour son discours anti-clérical ainsi que pour les images érotiques qui s’en dégagent. Le triptyque ne verra jamais le jour et Christensen héritera d’une mauvaise réputation auprès des producteurs. Il émigrera aux États-Unis à la fin des années 1920 et devra se plier à la politique des studios hollywoodiens, loin de la liberté créatrice qu’il a eue par le passé.

2Häxan est le chef-d’œuvre du cinéaste, représentant l’apogée de sa carrière, reconnu par les critiques et les historiens du cinéma pour ses qualités esthétiques et techniques. Le film oscille entre documentaire et fiction, avec une première partie similaire à un exposé qui aborde les croyances et les superstitions depuis l’Antiquité de façon didactique, une seconde qui illustre les légendes de sabbats et les interrogatoires des Inquisiteurs et une dernière, plus moralisatrice, qui interroge la condition féminine dans les années 1920 au regard de celle de Moyen-Âge (qui n’a pas tant évolué selon le réalisateur). En plus de l’originalité de sa forme, le film se distingue par son esthétique singulière. Dans ses reconstitutions de sabbats et de maléfices du Diable, Christensen use de tous les procédés cinématographiques à sa disposition (surimpression, animation image par image, effets de montage etc.) pour retranscrire l’imaginaire fantastique associé à la figure de la sorcière. Entre onirisme, burlesque et épouvante, la richesse visuelle défie les tentatives de description tant elle est foisonnante. Les historiens et les critiques d’hier et d’aujourd’hui font souvent référence à des toiles de maîtres (Brueghel, Goya, etc.), seul moyen de retranscrire l’effervescence des images.

3La renommée du film, au-delà de ses qualités esthétiques et techniques, tient à sa longue carrière sur les écrans au fil des décennies. Christensen, de retour au Danemark à la fin des années 1930 et renouant avec le succès après sa période hollywoodienne, réalise une introduction à Häxan à l’occasion de la re-sortie du film sur les écrans danois en 1941. Ce curieux appendice, riche d’une mise en abyme du cinéma et illustrant l’ambition scientifique du film, est proposé dans les suppléments du DVD Potemkine. Dans cette introduction sonore d’environ huit minutes, le cinéaste se met en scène dans un décor alliant le cinéma à l’enseignement, avec une caméra et une lampe de plateau mais aussi un bureau couvert de livres. De plus, il revêt le costume du professeur, s’auto-proclamant « instructeur », portant fièrement une blouse blanche et faisant mine de s’adresser à un auditoire. Ainsi, il loue les avantages du muet, malgré les évolutions cinématographiques récentes, pour exprimer le fantastique : « Comment parle le Diable, par exemple (...) je ne peux imaginer ni sa voix ni sa diction ». Dans la suite de cette introduction, il contextualise son sujet d’étude et propose une typologie des femmes accusées de sorcellerie par l’Inquisition, terminant par le triste constat du nombre de victimes avant de laisser place au film. Après le retour de son œuvre maîtresse sur les écrans, Christensen réalise un film d’espionnage, Damen med de lyse handsker (1942), en pleine occupation du Danemark par les Allemands. Le film est un échec, conduisant le cinéaste à abandonner la réalisation et à tenir un cinéma à Copenhague jusqu’à sa mort en 1959.

4Le film sera longtemps oublié sur les étagères des cinémathèques avant de susciter de nouveau l’intérêt. En 1968, Antony Balch, réalisateur et distributeur britannique, amateur de cinéma sulfureux, œuvre à la réhabilitation de Häxan sous le titre Witchcraft Through the Ages. Avec son ami William S. Burroughs, auteur faisant partie de la « Beat Generation », ils actualisent l’œuvre de Christensen, qui avait été interdite dans de nombreux pays, en substituant aux cartons narratifs d’origine un commentaire en voix off, narré par Burroughs. Le musicien de jazz Daniel Humair compose une bande originale qui contribue à la modernisation du film, délaissant les partitions classiques au profit de compositions plus expérimentales. Cette version plus accessible pour le public de l’époque, raccourcie d’environ trente minutes (le film durait originellement 105 minutes) et actualisée par le commentaire ainsi que la bande son, était déjà présentée dans la précédente édition et figure, sans surprise, sur le premier DVD du coffret de 2021. On peut noter qu’il existe une version française datant de la même période, avec un commentaire écrit par l’auteur Claude Seignolle et narrée par Philippe Noiret, dont la seule copie connue, conservée à la Cinémathèque Universitaire, est encore inconnue du public.

5L’Institut suédois du film entame un premier travail de restauration en 1976 puis un second en 2007 qui donnent lieu à une version au plus proche de celle d’origine voulue par Christensen. En 2016, une restauration numérique est engagée à partir de duplicatas de négatifs conservés à l’Institut. Cette dernière permet la découverte de notes du réalisateur (inscrites sur un interpositif) concernant les couleurs, des instructions à destination du laboratoire qui produisait les copies pour la sortie du film en 1922. Ainsi, les teintages de cette restauration sont au plus proche de la vision de Christensen, proposant une version similaire à celle que le public a découverte lors de la première du film en 1922, grâce au travail des restaurateurs qui ont utilisé un ouvrage datant de 1924 apportant des précisions techniques sur les nuances de couleurs. L’édition Pokemkine inclut cette restauration et offre quatre pistes sonores au choix. La première propose la bande son du compositeur et pianiste suédois Matti Bye, créée à l’occasion de la restauration suédoise de 2007. Les deux suivantes sont propres à cette édition, l’une composée par le duo de musiciens français Dagerlöff Galner et commandée par Potemkine, l’autre issue de l’album que le groupe de rock français Art Zoyd avait créé pour le film en 1997. Enfin, le DVD propose un commentaire audio de Colette Arnoult, professeure de philosophie et auteure de l’Histoire de la sorcellerie éditée par Tallandier en 2009, qui met en perspective le discours du réalisateur sur l’histoire des procès pour sorcellerie.

6La grande surprise de cette réédition est cependant la présence, dans les suppléments, d’une version totalement inédite et encore peu documentée. Il s’agit d’une version française datant de 1990, narrée par l’acteur Jean-Pierre Kalfon et destinée à la diffusion télévisuelle, probablement commandée par La Sept, l’ancêtre de la chaîne Arte. La copie est malheureusement de qualité médiocre car issue d’une cassette VHS (Potemkine s’en excuse d’ailleurs). Le commentaire de Kalfon reprend quasiment mot pour mot celui de Burroughs (qui reprenait lui-même en partie les cartons originaux). Le montage est légèrement modifié par rapport aux autres versions, plaçant le gros plan face caméra de Christensen et les cartons introductifs dans le générique de fin, mais l’ensemble présente une durée similaire à la version de 1968. Quant à la couleur, les images sont teintées d’un ton ocre (presque sépia), la piètre qualité de la copie ne permettant pas de déterminer avec certitude la nuance exacte. La musique, composée par Yann Beguin et Roland Bocquet, propose un rythme inquiétant et l’omniprésence du synthétiseur lui confère un charme quelque peu daté. Enfin, la voix caverneuse de Kalfon qui, en plus de commenter les images, lit les cartons de dialogues avec différentes intonations selon les émotions des personnages, participe à la sensation d’étrangeté qui se dégage de cette version.

7L’autre grande nouveauté de cette édition est la version restaurée par Fabien Delage en 2020. Amateur de cinéma marginal, celui-ci avait acquis quatre copies au format 8mm de Witchcraft Through the Ages, la version d’Antony Balch datant de 1968, auprès de particuliers et de collectionneurs afin d’entreprendre une restauration en 4K. Ses recherches et l’étude des quatre copies, lui ont permis de découvrir des cartons titres peints (et inédits), en anglais, datant des années 1920 et destinés à la distribution internationale. Cette version restaurée est le résultat d’un minutieux travail d’assemblage de ces copies afin de proposer une nouvelle version, baptisée The Esoteric Cut. Cette dernière soustrait la voix off de Burroughs au profit d’une bande son au piano plus traditionnelle, composée et interprétée par Lawrence Lehérissey (trisaïeul de Georges Méliès), qui supervise également les bruitages des dernières minutes du film (vrombissement du moteur d’avion, écoulement de la douche et crépitement du bûcher). Delage a participé à l’écriture d’un livret accompagnant l’édition limitée à 300 exemplaires, où il rend compte de ses recherches sur le film en retraçant l’histoire de celui-ci et en expliquant son projet ainsi que les résultats obtenus.

8La multiplicité de ses versions atteste de la fascination que le film suscite et poursuit le projet de Christensen de faire communiquer les époques pour mettre en relief les dérives de la nature humaine, encline à rejeter ce qu’elle ne comprend pas et à condamner celles et ceux qui font obstacle à l’autorité. D’ailleurs, le discours de la deuxième moitié du film amène immanquablement à une réflexion autour de la condition des femmes dans notre société. « À l’époque des sorcières, il est dangereux d’être vieille et laide, mais également belle et jeune », nous indique par exemple un carton, faisant écho à la remise en cause actuelle des injonctions qui pèsent sur les femmes quant à leur apparence. C’est donc logiquement que le film continue à être projeté lors de festivals féministes comme, en 2019, « 100 %  Les Femmes s’en mêlent » à Paris et « Voix de femmes » à Liège. Ainsi cette œuvre, née au moment où le cinéma acquiert le statut d’art, continue d’évoluer et de nous parler à travers les âges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Grumier, « Benjamin Christensen, Häxan, La Sorcellerie à travers les âges »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 95 | 2021, 232-235.

Référence électronique

Constance Grumier, « Benjamin Christensen, Häxan, La Sorcellerie à travers les âges »1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 95 | 2021, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/1895/9129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.9129

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search