Navigation – Plan du site

Accueil189595ChroniquesAu sommaire d’ImmagineImmagine, no 22, 2021

Chroniques
Au sommaire d’Immagine

Immagine, no 22, 2021

p. 255-257

« Qu’en est-il du queer dans l’histoire du cinéma italien ? les représentations non réglementaires du muet aux années 1960 » (sous la direction de Monica Dall’Asta, Dalila Missero e Micaela Veronesi)

Études

Monica Dall’Asta, Dalila Missero e Micaela Veronesi : « L’écran oblique : des traces queer dans l’histoire du cinéma italien »
L’introduction de ce numéro spécial aborde quelques questions théoriques et méthodologiques qui découlent de la rencontre entre la théorie queer et les études historiques, en particulier avec l’histoire du cinéma italien. Après une brève remarque préliminaire qui retrace le débat (principalement anglo-saxon) d’où est partie la théorie queer, cette introduction propose un tour d’horizon bibliographique portant spécifiquement sur le contexte italien et sur le cinéma. L’absence d’études organiques à tendance historique stimule la réflexion sur les limites et les opportunités offertes par l’anachronisme queer et son évanescence dans les archives et les représentations cinématographiques. Ces thèmes sont intimement liés à ceux des contributions rassemblées dans le numéro, qui explorent certains des carrefours clés de l’enquête queer, tels que la fluidité des genres, le travestissement et les sexualités non normatives, en se concentrant sur des études de cas très différentes, du cinéma des origines à la science-fiction des années 1960.

Francesca Brignoli : « Turbulence à l’horizon. Apparitions queer dans le cinéma de science-fiction italien des années 1960 »
Lieu d’imaginaire d’autres réalités, la science-fiction est un terrain qui invite à explorer dans quelle mesure, et avec quelles connotations, apparaissent des altérités que l’on peut faire remonter à la sexualité non normative. L’article examine la production cinématographique italienne que l’on peut rattacher à la science-fiction qui, dans les années 1960, était très présente dans ce cinéma, autour de deux noyaux (l’un lié à la production de genre, l’autre au cinéma d’auteur) dans une multiplicité de déclinaisons, entre fantasmes optimistes, cauchemars dystopiques et récits hybrides, entre l’archéologique et le futuriste.

Emma Morton : « Imitateurs transitoires, figures transgenres et genderfucks. Le travestissement masculin dans le cinéma italien, 1909-1915 »
Dans le passé, le travestissement de genre de personnages masculins dans les comédies cinématographiques italiennes des années 1910 semble avoir reçu peu d’attention de la part de la critique. Cependant, le travestissement à cette époque ne représente pas tant une manifestation isolée de l’homosexualité qu’elle n’apparaît de nos jours comme un phénomène beaucoup plus fréquent qu’on ne le pensait auparavant, à la fois à l’écran et en dehors de lui. Cet article soutient que le travestissement de personnages masculins a joué un rôle de force transgressive, qui a soutenu une forme particulière de tolérance sociale en Italie, dans une phase historique de renégociation des rôles de genre.

Paola Zeni : « Identité de genre dans le cinéma de la période fasciste : les affaires Il birichino di papà et La corona di ferro »
À partir du début des années 1940, on assiste dans la production cinématographique de la période fasciste à une remise en cause de plus en plus explicite des modèles stéréotypés de la féminité qui avaient largement caractérisé la production « blanche » des années précédentes. À partir de l’examen de deux études de cas – les films Il birichino di papa (Matarazzo, 1943) et La corona di ferro (Blasetti, 1941) –, l’essai se concentre sur certains aspects performatifs, de divisme et narratifs qui concernent les protagonistes et leur apport pour mettre en crise la stabilité du modèle d’identité de genre.

Rebecca Bauman : « Mélancolie et mélodrame comme masculinité queer dans les films de Valerio Zurlini »
Valerio Zurlini s’est forgé la réputation d’un réalisateur de films aux traits sombres, intimes et mélancoliques, de désespoir tranquille. Pourtant, la réception critique n’a pas abordé les caractéristiques les plus significatives de ses œuvres : la représentation du corps comme site des angoisses liées à la sphère de la sexualité et comme expression d’un rapport désintéressé aux normes de genre. Cet article analyse l’utilisation par Zurlini du registre mélodramatique, en particulier du « spectacle de la mélancolie masculine », comme déclinaison queer de la masculinité. Le texte propose, en particulier, une réinterprétation critique des œuvres de ce réalisateur permettant de comprendre la représentation des identités sexuelles sur les écrans italiens.

Silvio Alovisio : « Une, double et je ne sais pas quoi. L’ambiguïté de ‘‘genre’’ de Pierrot dans le cinéma muet italien »
Cet article analyse trois films du cinéma muet italien que réunit la présence d’une actrice jouant le rôle du personnage masculin de Pierrot : Histoire d’un Pierrot (Baldassarre Negroni, 1914), avec Francesca Bertini, Il disinganno di Pierrot (Ugo Falena, 1915), avec Stacia Napierkowska, et L’anello di Pierrot (Edoardo Bencivenga, 1917), avec Lucia Fornaroli. L’analyse se divise en deux parties : la première porte sur le corpus cinématographique examiné dans le contexte culturel plus large de la modernité naissante, avec la conviction qu’on ne peut comprendre l’ambiguïté croissante du genre chez Pierrot qu’en relation avec une métamorphose historique plus vaste et plus féconde du personnage et une mutation plus générale de la politique du travestissement féminin sur scène. Dans la seconde partie quelques questions sont posées directement aux films du corpus : quelles images de genre se construisent dans ces Pierrots travestis ? Comment se réarticulent les dynamiques psychologiques et physiques du désir sexuel, au sens multiple du travestissement, et comment se confrontent-elles avec les idéologies patriarcales de la famille et du travail ?

Lucia Cardone : « Frontières des genres. La carovana dell’amore (1934) roman cinématographique de Mura »
L’article s’ouvre sur un aperçu de la biographie et de la production de Mura ([Maria Assunta Giulia Volpi Nannipieri]1892-1940), écrivaine très active et populaire tout au long de la période fasciste, mais oubliée aussitôt au lendemain de sa mort. Ici est examiné, en particulier, le rapport de Mura au cinéma et le caractère transgressif particulier de ses récits. La partie centrale de l’article propose une analyse détaillée de La carovana dell’amore (1934) un roman cinématographique qui, à partir du protagoniste, taillé sur le modèle du charmant Rudolph Valentino, subvertit méticuleusement les règles du « roman d’amour » et, par-dessus tout, mélange et renverse les connotations traditionnelles de genre. D’un point de vue méthodologique, ce travail se situe dans la perspective des Cultural and Gender Studies, croisant certains éléments de la théorie littéraire avec les héritages de la « théorie du regard » [Gaze Theory] féministe, pour tenter d’éclairer un cas jusqu’ici ignoré de la recherche.

Astérisques

Samuel Antichi et Cosimo Tassinari : « Dynamique de la remémoration et du refoulement. Le massacre des Fosses ardéatines dans les documentaires et les actualités italiennes (1945-1955) ».
Cet article se concentre sur le cinéma de non-fiction, les documentaires tels que Giorni di gloria (Serandrei, Visconti, De Santis, Pagliero, 1945) et Dieci anni della nostra vita (Marcellini, 1953), ainsi que sur les actualités traitant du massacre des Fosses ardéatines. Son intention est de réfléchir au rôle que ces productions jouent dans la formation de la mémoire culturelle et des récits traumatiques. Les films documentaires d’après-guerre se présentent comme des médiateurs entre histoire, mémoire et politique, instruments visant à contribuer à la définition et à la redéfinition de l’identité des Italiens.

Diego Cavallotti : «’‘De lege noverca’’: le débat sur la loi ‘‘Nouvelle régulation des interventions de l’État en faveur du spectacle’’ du 30 avril 1985 »
Entre les deux lois organiques sur le cinéma italien, à savoir la « Corona » de 1965 et la « Urbani » de 2004, il s’écoule une quarantaine d’années. Pendant ce laps de temps, les lois visant à définir de nouvelles voies de versement des subventions n’ont pas manqué, comme dans le cas présenté ici, celui de la loi du 30 avril 1985, qui, entre autres dispositions, institue le FUS (Fonds unique pour le spectacle). L’article s’efforce de reconstituer la genèse d’une loi approuvée précisément au moment où il apparaît urgent de réglementer les relations entre cinéma, théâtre et télévision.

Elena Dagrada : « Nous ne le connaissons pas bien. Censure, versions et variantes de Io la conoscevo bene (Antonio Pietrangeli, 1965) »
Cet article se compose de trois parties. La première reconstitue le long et complexe processus de censure du film Io la conoscevo bene (Je la connaissais bien, 1965) d’Antonio Pietrangeli, à l’origine, entre autres, d’une double sortie du film dans les salles italiennes, entre 1965 et 1966, en deux versions distinctes dont l’existence restait ignorée des études jusqu’ici. La seconde propose une hypothèse d’identification des variantes entre la première version italienne et la deuxième, à partir de la comparaison entre cette dernière et la version diffusée en Allemagne de l’Ouest en 1966. Enfin, la troisième partie propose une lecture critique originale du chef-d’œuvre d’Antonio Pietrangeli, à partir des variantes identifiées, confrontées aux documents préparatoires et aux variantes du scénario, étudiées ici pour la première fois.

  • Logo AFRHC
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search