Navigation – Plan du site

Les abris sépulcraux de la presqu’île de Narinda (Province de Mahajanga, Madagascar)

Frédérique Valentin, Beby Ramanivosoa, Dominique Gommery et Sabine Tombomiadana-Raveloson
p. 7-22

Résumés

L’article présente les premiers résultats d’une étude archéologique de surface menée dans cinq abris funéraires du karst (tsingy) de la région de Narinda, sur la côte Nord-Ouest de Madagascar. Elle a été réalisée dans le cadre d’une coopération paléontologique et archéologique franco-malgache dans la Province de Mahajanga. Les défunts, hommes, femmes et enfants, ont été placés dans des cercueils de bois dont le couvercle peut prendre la forme d’une coque de pirogue et être orné de sculptures géométriques. Leurs cadavres ont été déposés définitivement en suivant des règles, dépendant du sexe et des points cardinaux, strictement respectées. S’appuyant sur des comparaisons archéologiques et ethnographiques, les auteurs proposent, en première instance, un rapprochement avec les traditions funéraires du groupe Sakalava qui s’est installé dans cette région au xviiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Les populations anciennes de la côte Ouest de Madagascar ont exploité les anfractuosités du relief karstique, ou tsingy, pour inhumer leurs morts. Tel est le cas de celles de la région du Bemahara, à Bekopaka et le long du fleuve Manambolo (Chippaux 1965, Bousquet et Rabetaliana 1992). Ces sites exposent en surface, à l’air libre, des cercueils de bois, des ossements humains et de zébus, des poteries et d’autres vestiges dans des états de conservation variés. Des sites similaires ont également été observés sur la côte Nord-Ouest (par exemple durant la mission Waterlot in Faublée 1946). Certains de ces sites localisés sur la côte Ouest de la presqu’île de Narinda, dits non interdits ou non tabous par les communautés locales, ont fait l’objet d’observations archéologiques. Ces dernières permettent de documenter cette pratique funéraire par une analyse des dépôts sépulcraux qui, du fait de la qualité de la conservation des vestiges, dateraient en première approximation des 18e-19e siècles de notre ère. S’appuyant sur des comparaisons locorégionales avec des modes funéraires anciens et actuels décrits pour trois composantes principales du dispositif funéraire –le lieu sépulcral, le traitement du corps et la structuration de l’espace– le présent article suggère une possible attribution culturelle malgré des variations géographiques des traitements des défunts.

Contexte général

2Les travaux d’archéologie funéraire présentés dans cet article s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche intitulé « Mission Archéologique et Paléontologique dans la Province de Mahajanga (Madagascar) », qui est principalement financé par le Ministère des Affaires Étrangères (Division des Sciences Sociales et de l’Archéologie). Ce projet s’élabore et se développe grâce à une étroite collaboration entre le MOZEA AKIBA (Faculté des Sciences, Université de Mahajanga) et le CNRS (UPR 2147 et UMR 7041). Il est en outre soutenu par les délégations régionales à Mahajanga des Ministères de la Culture et des Mines et de l’Énergie malgaches. Les recherches en cours documentent tant les paléoenvironnements que le peuplement humain dans la Province de Mahajanga. Les travaux engagés ont permis la découverte de cinq nouveaux sites à subfossiles dans le réseau karstique dont certains renferment des brèches ossifères (Gommery et al. 1998, 2003, 2004, Gommery 2005). Auparavant seuls deux étaient connus dans la région pour avoir livré de la faune subfossile terrestre dont des lémuriens géants (Mahé 1965, Decary 1938 a et b, Burney et al. 1997). La découverte de brèche ossifère est capitale car les lémuriens subfossiles y sont associés à une microfaune dont l’étude montre clairement des changements environnementaux par la présence de taxons existant actuellement dans la partie Est de Madagascar (Gommery et al. 2003, Garbutt 1999). Cette dernière région possède des forêts humides alors que la zone étudiée (Province de Mahajanga) est caractérisée par une forêt sèche à feuilles caduques. Les genres de lémuriens géants découverts, comme le genre Archaeolemur, sont connus également dans d’autres régions de Madagascar mais ils présentent des différences de tailles et/ou de morphologies qui laissent supposer l’existence d’environnements passés différents dans cette région comparativement à ceux des autres régions de Madagascar.

3Ces formes éteintes ont côtoyé les premiers Malgaches (Guérin 2001) comme certaines datations permettent de le penser (Burney et al. 2004). Elles ont inspirées des légendes telles celle de l’Omby-rano (Mahé 1965) qui correspond à l’hippopotame. Ces animaux disparus ont probablement aussi été utilisés comme ressources alimentaires. Des marques de boucheries produites par des outils en fer sur des os d’hippopotames nains sont en fait les plus anciennes traces d’activité humaine relevées à Madagascar. Les os proviennent de marais côtiers du Sud-Ouest, à Ambolisatra et Lamboharana, avec des datations radiométriques (14C) s’échelonnant entre les ier et ive siècles (MacPhee et Burney 1991). Mais ces restes sont sans contexte stratigraphique et plusieurs déterminations sont contestables (Dewar 1997). Pourtant, des travaux récents montrent l’ancienneté de cette pratique alimentaire et du peuplement malgache. Des os longs de plusieurs Palaeopropithecus ingens (un type de lémurien géant d’une cinquantaine de kilogrammes) du site de Taolambiby (Sud-Ouest) datés de 417 à 257 BC présentent des traces de boucheries (Godfrey et Jungers 2003, Burney et al. 2004, Perez et al. 2005). Ces subfossiles se révèlent donc d’une grande importance pour identifier les premières traces anthropiques en l’absence d’artéfacts. Les prospections menées dans le réseau karstique de la région de Narinda ont également conduit à la découverte de vestiges archéologiques dont les sépultures qui font l’objet du présent article.

Les abris sépulcraux de la presqu’île de Narinda

4Les travaux d’archéologie funéraire menés dans ce contexte ont permis d’effectuer des examens de surface dans cinq sites sépulcraux compris entre la baie de Moramba au nord et la baie de la Mahajamba au sud (figure 1, figure 2) ; un abri de la région d’Ambozomena ayant fait l’objet d’une étude plus détaillée.

Figure 1 - Carte de Madagascar, localisation de la presqu’île de Narinda, territoire et progression sakalava sur la côte Nord-Ouest, d’après Lombard (1988).

Figure 1 - Carte de Madagascar, localisation de la presqu’île de Narinda, territoire et progression sakalava sur la côte Nord-Ouest, d’après Lombard (1988).

© Valentin

Figure 2 - Carte de la presqu’île de Narinda, localisation des abris funéraires étudiés.

Figure 2 - Carte de la presqu’île de Narinda, localisation des abris funéraires étudiés.

© Valentin

Le lieu sépulcral

5Le littoral de la presqu’île de Narinda, donne à voir une grande variété de forme du relief karstique. Galeries, abris sous roche, niches, cavités diverses et surplombs, rebords et plateformes creusés dans les hautes falaises surplombant l’océan ont été indifféremment choisis pour déposer des corps. Dans la région d’Ambozomena, l’abri se trouve dans un environnement privilégié : une crique semi-circulaire bordée de hautes falaises verticales d’une dizaine de mètres de hauteur, ouvrant vers l’ouest et comportant à la limite des plus hautes marées, deux gros rochers, placés de part et d’autre de son ouverture vers l’océan. L’abri d’Ambozomena s’ouvre vers le sud-ouest, deux autres sites prospectés dans le même secteur ont une ouverture tournée vers l’ouest alors que dans les régions d’Andranomena et d’Ambalahonko les ouvertures sont tournées vers le sud et le sud-ouest. Si la prospection d’un plus grand nombre de sites affirme cette apparente récurrence de l’orientation au sud/sud-ouest de l’ouverture, on serait tenté de penser qu’en plus du rôle protecteur du karst, elle ait été un paramètre motivant le choix du lieu pour y réaliser les dépôts funéraires. Toutefois, les abris présentant des ouvertures orientées différemment sont rares, de petite taille, non protégés et actuellement vides.

6L’abri d’Ambozomena mesure environ 15 m de largeur, environ 10 m de profondeur et 6 m de hauteur maximale à l’entrée (figure 3). Il se divise en deux parties : une partie avant et une partie profonde large de 5,50 m et profonde d’un peu plus de 4 m. Cette dernière a une hauteur de 2,90 m dans sa partie la plus élevée et s’abaisse nettement vers le fond où se sont accumulés du sédiment et des argiles de décalcification après l’utilisation funéraire. Cependant, d’une façon générale, il demeure difficile de quantifier les dimensions d’un site donné car les dépôts funéraires occupent non seulement la cavité principale mais aussi les plus petites niches et plateformes qui l’entourent sur une étendue parfois importante comme dans les régions d’Andranomena et d’Ambalahonko. Dans ce dernier cas, une galerie principale faisant 18 m de long, 4,50 m de large et 8 m de haut, a été exploitée à des fins funéraires.

Figure 3 - Vue de l’abri funéraire d’Ambozomena, entrée et plateforme sur laquelle reposent des cercueils de bois.

Figure 3 - Vue de l’abri funéraire d’Ambozomena, entrée et plateforme sur laquelle reposent des cercueils de bois.

© Valentin

7La partie la plus externe de l’abri d’Ambozomena a été aménagée grâce à des murets épais d’environ 70 cm et hauts de 70 à 80 cm, perpendiculaires entre eux et à la falaise, prenant appui sur des rochers en place et maintenant un remplissage de cailloutis (figure 3, figure 5). La construction s’adapte à l’environnement local et en exploite les qualités. Elle forme une plateforme, aux contours irréguliers et à la surface inclinée vers le nord-ouest, qui, mesurant au maximum 5 m de large et 5 m de profondeur, prolonge la surface de l’abri d’environ 16 m² vers l’extérieur. Des aménagements d’une nature différente s’observent dans d’autres sites des régions d’Ambozomena et d’Andranomena ; ils consistent en des murets, parfois imposants, fermant l’abri jusqu’à mi-hauteur et protégeant son contenu.

Figure 5 - Plan de répartition des vestiges dans l’abri funéraire d’Ambozomena.

Figure 5 - Plan de répartition des vestiges dans l’abri funéraire d’Ambozomena.

Noter la relation avec les points cardinaux (Mise au net : Maurice Hardy).

© Valentin

8À Ambozomena, tant dans l’abri que sur la plate-forme, gisent en surface, à l’air libre, exposés à la vue et aux intempéries : des cercueils de bois contenant des restes humains, une pagaie, des tessons de plusieurs poteries, des restes de crâne et de cornes de zébu, des restes humains entre les cercueils, des fragments de tissus, des gros galets, des blocs de corail (figure 3). En première approximation, cinquante pièces de bois y ont été dénombrées qui correspondent à 23 cercueils, 21 couvercles et 6 éléments indéterminés soit au moins 25 cercueils complets. Des dépôts similaires forment le contenu archéologique des autres sites funéraires examinés bien que, d’une façon générale, les cercueils y apparaissent parfois moins nombreux, allant de quelques-uns à plusieurs dizaines. Ce nombre semble varier avec la morphologie du site et l’espace disponible. Mais cela ne semble pas la seule contrainte. Dans le site d’Ambozomena, après une exploitation totale de l’abri par un empilement vertical des cercueils, on a dû le prolonger vers l’extérieur de façon à augmenter la surface sépulcrale pour effectuer de nouveaux dépôts.

9Les défunts inhumés dans ces sites représentent les différentes composantes d’une population vivante : hommes, femmes et enfants. S’ils ont fait l’objet d’une sélection particulière, celle-ci ne dépend ni du sexe, ni de l’âge au moment du décès. Plus spécialement à Ambozomena, ont été enterrés des enfants : 18-24 mois, 9-10 ans, moins de 13 ans, et des adultes jeunes et plus âgés des deux sexes. Les conditions d’observation n’ont pas permis d’établir un état des lieux précis et complet des représentations squelettiques, ni de rechercher les liaisons ostéologiques de second ordre (Duday 1987) visant à recomposer les individus, aussi il n’est actuellement pas possible de préciser de manière fiable le nombre minimum de personnes inhumées dans l’abri.

Les cercueils

10Les cercueils de la région de Narinda ont été conçus selon un même modèle de base : deux parties indépendantes, monoxyles, prévues pour s’emboîter l’une dans l’autre (figure 4). Leurs dimensions sont variables. À Ambozomena, les longueurs maximales des couvercles sont comprises entre 250 cm et 118,5 cm ; celles des cercueils proprement-dit varient entre 228 cm et 103 cm (tableau 1). Les dimensions du creusement sont réduites ; la longueur s’échelonne entre 210 cm et 127 cm et la largeur entre 28 cm et 13 cm alors que la profondeur n’est que rarement mesurable. Les plus grandes longueurs sont toutefois compatibles avec celles d’un corps adulte en extension. Les valeurs des statures des habitants de la région au xixe siècle et début xxe sont de l’ordre de 1,62 m (Pales et Chippaux 1943) à 1,69 m (Chamla 1958) en moyenne. Bien qu’étroite, la largeur interne n’est pas incompatible avec celle d’un corps adulte d’autant que d’une façon générale la corpulence des Malgaches est de faible à modérée. Les diamètres transversaux moyens du thorax des adultes masculins sont généralement inférieurs à 28 cm. Chamla (1958) indique des diamètres transversaux du thorax moyens de 27,2 cm pour les populations Betsimisaraka et de 26,6 cm pour les populations Merina.

Tableau 1 - Dimensions des couvercles et des cercueils de l’abri d’Ambozomena

Dimensions (cm)

N

Minimum

Maximum

Moyenne

Écart-type

Couvercle

Longueur maximale

19

118,5

254

210,8

39,6

Longueur interne

10

127

210

170,30

32,92

Largeur interne

12

17,5

36

23,86

5,15

Largeur maximale

7

17,5

30

23,08

4,43

Hauteur maximale

14

18

41

27,14

6,71

Profondeur

11

11

23

16,30

4,05

Cercueil

Longueur maximale

12

103

228

185,3

39,82

Longueur interne

12

92

191

162

32,70

Largeur interne

17

13

28

20,56

4,44

Largeur maximale

16

13

32

21,41

5,21

Hauteur totale

8

16

30

23,50

5,45

Profondeur

2

13

13,5

-

-

Toutes les dimensions ne sont pas mesurables sur tous les cercueils, ce qui explique les apparentes discordances.

Figure 4, A et B - Vues de quelques cercueils de l’abri d’Ambozomena.

Figure 4, A et B - Vues de quelques cercueils de l’abri d’Ambozomena.

Noter la forme en coque de pirogue et la présence des décors.

© Valentin

11Les deux parties formant le cercueil sont légèrement trapézoïdales avec une différence moyenne de 8 cm entre les deux extrémités des couvercles. Ils sont de plus taillés en forme de pirogue. Cette forme est particulièrement reconnaissable sur les moitiés supérieures des couvercles (lorsqu’ils sont en position fonctionnelle, figure 3). Souvent, on identifie nettement l’étrave formant un angle obtus avec l’arête sommitale, un fond plat ou une quille résultant de l’excavation trapézoïdale des flancs sur la presque totalité de leur longueur, et l’arrière s’incurvant à partir de l’arête. Cette forme rappelle celle des pirogues de l’Ouest de Madagascar présentées par Neyret (1974) qui peuvent aussi montrer des extrémités indifférenciées. Un tiers (7/21) des couvercles est orné de décors géométriques sculptés (figure 3). Ces derniers se trouvent sur la quille (dans six cas), l’étrave (dans deux cas) et les faces latérales (dans deux cas également). Ceux de la quille consistent principalement en des séries d’encoches en V ou rectangulaires. D’une certaine manière ils rappellent les marques lignagères qui ornent les oreilles des zébus et reflètent l’importance sociale de leur propriétaire (Lombard 1988, Chazan-Gillig 1991). S’y ajoutent parfois des séries de motifs losangiques se prolongeant quelquefois sur l’étrave. Cette dernière, formée d’un ou plusieurs plans obliques, peut être décorée sur les côtés de séries de zigzags ou de triangles. La moitié supérieure des flancs présente, disposées symétriquement de chaque côté, des croix inscrites dans des cercles, un trait vertical inscrit dans un ovale, des séries verticales de traits horizontaux. Par ailleurs, cas unique, une extrémité arrière présente une étoile formée de trois séries de stries très peu profondes obtenues par raclage dont il est délicat de préciser si elle participe ou non de la conception décorative initiale du cercueil. Le cercueil proprement dit est en forme d’auge. Son ouverture est ovale ou rectangulaire. Ses bords sont d’épaisseurs variables au niveau des extrémités. Dans la majorité des cas (12/15) un rebord d’épaisseur variable, arrondi (6 cas) ou rectiligne (6 cas) qui assure le maintien du couvercle, est présent à chaque extrémité.

12Un cercueil s’écarte clairement de cet ensemble par plusieurs signes distinctifs : présence de croix inscrite dans un ovale sur les faces latérale du couvercle et de croix sur chaque extrémité du bord interne du creusement du cercueil ; présence d’une bande de peinture verte couvrant le tiers supérieur des flancs du cercueil ; présence d’un dispositif de fixation du couvercle au cercueil utilisant une pièce de métal généralement employée en charpenterie de marine dans la confection des boutres ; présence d’un pied taillé dans la masse du bois à chaque extrémité. L’existence de pied, de forme variée mais toujours réalisé dans la masse du tronc, est plus fréquente dans le site d’Ambalahonko. Toutefois la présence de supports jouant le rôle de pied n’est pas à exclure à Ambozomena ; on a en effet observé des galets, blocs de corail, et grosses pierres anguleuses éboulées de la paroi, engagés sous plusieurs cercueils.

Le traitement des corps

13Divers indices relevés dans le site d’Ambozomena indiquent un traitement standardisé du mort. Les défunts ne semblent pas avoir été parés : ni ornement, ni trace d’oxydation métallique sur les os indiquant que les défunts aient pu en porter, n’ont été constatés. En revanche, les corps avaient été enveloppés dans des étoffes dans au moins deux cas. Au moins trois textiles différents avaient été utilisés dans le cas le mieux préservé ; l’un d’eux est à dominante rouge présentant l’alternance de rayures blanches, vertes et rouges ; un autre plus grossier de couleur blanche rappelle par sa texture et sa couleur les linceuls signalés par les descriptions des obsèques malgaches du xixe siècle.

14Des gestes récurrents ont régi la mise en place du défunt dans le cercueil. Il est possible de les décrypter malgré les nombreuses perturbations de natures diverses : climatiques, animales et humaines ayant entrainé l’ouverture des cercueils et le remaniement des restes humains. Le contenu de quinze cercueils a pu être observé et l’ordonnancement des vestiges analysé. Huit contenants –sept cercueils et un couvercle– abritaient un squelette dont la cohérence anatomique était respectée de l’extrémité céphalique aux pieds ; dans cinq cas, des connexions anatomiques étaient maintenues grâce à des restes de ligaments desséchés, notamment celles des jambes et des pieds placés dans la partie la plus étroite du cercueil. Deux cercueils abritaient les restes d’un individu qui ne se distribuaient pas selon la logique anatomique. Deux autres ne contenaient qu’un os chacun –un fémur adulte dans les deux cas– qui ne semble pas à son emplacement initial car les longueurs du creusement, 122,5 cm et 92 cm respectivement, ne sont pas en adéquation avec la taille d’un défunt adulte. Par ailleurs, trois autres cercueils recélaient des os de deux défunts, associant dans chaque cas les restes d’un adulte et d’un enfant. Dans deux cas, la cohérence anatomique des jambes et des pieds dans le premier et des pieds dans l’autre a été observée pour les adultes alors que les restes immatures étaient isolés –un bloc cranio-facial d’enfant dans le premier cas– ou peu nombreux et dispersés –quelques os de bébé dans le second cas. Le troisième cercueil au creusement court contenait des os d’un enfant dispersés sur toute sa longueur et des os adultes sans rapport anatomique dans un tiers seulement.

15Les observations suggèrent un dépôt primaire individuel d’un défunt par cercueil. La présence de restes desséchés de tissus organiques est la meilleure indication du dépôt d’un cadavre, ainsi que la conservation des articulations labiles des pieds. Les cercueils d’Ambozomena n’auraient pas reçu les ossements de corps décomposés dans un autre lieu. Par ailleurs, l’éventualité d’un double dépôt de corps dans certains cercueils peut être écartée du fait premièrement, des dimensions trop faibles des creusements qui sont de plus adaptées à la taille du squelette le mieux représenté et, deuxièmement, du caractère très incomplet du deuxième individu ; la présence d’ossements d’un second individu pouvant s’expliquer par les conditions de décomposition et d’évolution taphonomique dans le site ainsi que par les perturbations survenues ultérieurement. L’hypothèse plus complexe du dépôt d’un corps avec des ossements, ou reliques, d’un autre défunt ne peut cependant pas, dans l’état actuel des connaissances, être totalement écartée.

16La position initiale de dépôt du défunt répond à des gestes standardisés. Les corps sont systématiquement placés de la même façon dans le cercueil : l’extrémité céphalique du défunt se trouve à l’extrémité la plus large du cercueil alors que les pieds sont à l’extrémité la plus étroite. Ils avaient été étendus en décubitus latéral. Cette disposition est directement en relation avec la morphologie des cercueils, en particulier la faible largeur de leur creusement et l’évidement interne des couvercles. Les squelettes étaient sur le côté gauche (1 ou 2 cas) ou droit (6 cas) selon un choix qui pourrait avoir été lié au sexe du défunt (estimé à partir de la morphologie des os coxaux, Bruzek 2002). Trois squelettes de sexe masculin gisent sur le côté droit ; un squelette féminin repose sur le côté droit dans un couvercle suggérant que la dépouille a pu avoir été placée initialement sur le côté gauche et le cercueil posé à l’envers.

17Leur décomposition s’est effectuée dans un espace vide de sédiment : certaines dislocations montrant une claire corrélation avec la gravité (Duday 1990). Ainsi, dans un cas masculin, les os du côté gauche sont plus dispersés que ceux du côté droit et ont migré vers les pieds, une distance d’une trentaine de centimètres séparent les deux têtes fémorales et les deux coxaux. Le sédiment présent dans certains cercueils ainsi que les pierres et les fruits de sarigavo (Heritiera littoralis, sterculiacée, identification P. Allain, MNHN) ne participent pas du rituel funéraire. Il s’agit pour le sédiment et les pierres de dépôts détritiques provenant de l’environnement direct du site que l’on retrouve non seulement dans les cercueils mais aussi dans les couvercles renversés et sur le sol, surtout dans ceux placés aux abords des parois de l’abri. Les fruits de sarigavo, très nombreux, ont, quant eux, probablement été apporté des mangroves de la baie de la Mahajamba par l’océan.

18Par ailleurs, la présence de restes humains entre les cercueils soulève la question de la pratique d’inhumation primaire sans cercueil entre les cercueils, une hypothèse que pourrait soutenir le dépôt observé dans le couvercle. Toutefois cette hypothèse demeure incertaine car les ossements entre les cercueils apparaissent disloqués, dépourvus de connexion ou de cohérence anatomique. Certains se concentrent en amas mais le plus souvent ils sont dispersés, dans diverses dispositions, suggérant une grande part de hasard dans la mise en place de l’ensemble. Et d’autre part, les squelettes présents dans les cercueils sont incomplets voir très incomplets. Parfois les cercueils sont vides ou contiennent un unique ossement représentant un corps dont la taille est incompatible avec celle du creusement. Ces observations évoquent une mise en place des vestiges osseux entre les cercueils liée en grande partie à des perturbations naturelles ou humaines. À cet égard, on pourrait même supposer des gestes particuliers de « replacement » des vestiges : la disposition de la plupart des blocs cranio-faciaux, qu’ils soient hors cercueil ou dans un cercueil, ne semble pas aléatoire. Ils apparaissent en vue supérieure ou antéro-latérale gauche, le regard quasiment systématiquement tourné vers le nord, le nord-ouest et l’ouest, dans deux cas la mandibule était ajustée au bloc cranio-facial alors que la relation anatomique avec le reste du squelette était rompue. Le « replacement » d’os sélectionné pour leur symbolisme et pour accroître leur visibilité, est une pratique courante dans les abris funéraires, notamment en Mélanésie et en Polynésie (Anton et Steadman 2003, Valentin et Bolé 2001).

19Divers objets étaient associés aux défunts. Les poteries d’Ambozomena comprennent de gros tessons dont deux cols de taille différente indiquant la présence d’au moins deux vases mais aucune analyse descriptive n’a encore été entreprise qui aurait permis de les situer dans la chronologie céramique malgache et de les comparer à d’autres poteries connues dans la région (Dewar et Wright 1993, Wright et al. 1996, Radimilahy 1998, Rakotoarisoa 1998, Wright 1993). Le contraste avec le site d’Ambalahonko est marquant ; dans ce dernier site dont l’accès est plus difficile, on a enregistré la présence d’au moins 32 poteries entières aux formes diverses alors que les cercueils sont moins bien conservés ; dans d’autres sites se sont des tessons de faïence ou de porcelaine qui ont été observés. À Ambozomena, on a également noté la présence d’une pagaie en bois et de restes de crâne et de cornes de zébu, globalement bien conservés, d’au moins deux animaux. Des restes céphaliques de zébu ont aussi été observés dans le site d’Ambalahonko.

Structuration de l’espace sépulcral

20L’utilisation de l’abri sépulcral d’Ambozomena s’est étalée dans le temps. Le suggère une série d’indices : empilement sur plusieurs niveaux des cercueils dans la partie profonde de l’abri, aménagement d’une plateforme prolongeant la cavité vers l’extérieur sur la surface de laquelle des cercueils ont été alignés, existence d’au moins deux groupes successifs de dépôts, présence d’un cercueil de morphologie très différente des autres au sommet de l’empilement profond.

21La structuration des dépôts de cercueils qui occupent toute la surface disponible, suggère une gestion normée de l’espace sépulcral dépendant principalement de l’orientation cardinale et possiblement du sexe des défunts (figure 5). Le groupe de dépôts situé dans la partie profonde de l’abri se compose de cercueils déposés systématiquement côte à côte selon l’axe nord/sud avec l’extrémité la plus large du cercueil, accueillant l’extrémité céphalique du défunt, au sud. Ceux se trouvant du côté ouest, plus simples de forme arrondie, montrent une facture différente de ceux, longs, au couvercle prismatique, placés du côté est. Le groupe de dépôts placé en avant, sur la plateforme, comprend des cercueils aux couvercles ornementés dont la forme de coque de pirogue est plus marquée, invariablement disposés côte à côte selon un axe est/ouest avec l’extrémité la plus large du cercueil, ou étrave, contenant l’extrémité céphalique du défunt, vers l’est. Ils se disposent dans la moitié nord de la plateforme en deux lignes parallèles : l’une à l’est et l’autre à l’ouest ; la moitié la plus méridionale de la plateforme, plus étroite, étant occupée par une seule ligne. Les cercueils posés le long de la paroi est de l’abri renferment des squelettes en décubitus latéral droit dont trois sont masculins. L’alignement ouest se compose de cercueils contenant des squelettes en décubitus latéral gauche, ainsi que l’inhumation féminine en couvercle en décubitus latéral droit. L’exploitation sépulcrale de la plateforme a pu commencer dans son angle nord-est car le cercueil y ayant été placé présente une facture similaire à celle des cercueils nord/sud déposés antérieurement.

22Présents entre les cercueils, les dépôts associés : poterie, pagaie, éléments céphaliques de zébus s’inscrivent dans le même schéma cardinal. Les poteries se trouvent contre la paroi, dans l’angle ouest de l’entrée. La pagaie gît entre deux cercueils orientés est/ouest sur la plateforme, parallèles à eux, sa pale pointant l’est. Le crâne et les cornes de zébu, proches l’un de l’autre, sont le long de la paroi est de l’abri, à peu près au milieu. Tous deux sont placés avec la face tournée vers l’est.

Les abris funéraires dans la région du Bemahara

23Dans le sud de la province de Mahajanga, en particulier le secteur des gorges du fleuve Manambolo, la région de l’Antsingy (Bemahara), comporte un vaste système karstique dont plusieurs cavités renferment des sépultures. Trois sites ont fait l’objet d’observations archéologiques (Chippaux 1965, Bousquet et Rabetaliana 1992). Les descriptions livrées par les auteurs permettent de préciser certains aspects des caractéristiques du lieu funéraire, des cercueils, des traitements réservés aux défunts et de la structuration de l’espace sépulcral.

Le lieu funéraire

24Dans les gorges du Manambolo, ce sont des abris sous roche qui ont été choisis pour réaliser des dépôts sépulcraux. À Bekopaka, c’est la salle principale d’un réseau complexe de galeries qui a été utilisée. Comportant plusieurs niches, cette salle est subdivisée par des plateformes de dimensions variables en plusieurs niveaux dont deux principaux à l’ouest et à l’est. Les abris du Manambolo s’ouvrent vers le sud ou le sud-ouest alors que l’ouverture du réseau karstique de Bekopaka est orientée vers le sud et celle de la salle sépulcrale au sud-ouest. Les dimensions de ces sites, pour lesquels aucun aménagement particulier n’est mentionné, sont variables quoiqu’importantes : 30 m de long, 15 m de profondeur et 1,30 m de hauteur, et 30 m de long, 5 à 6 m de large et environ 2 m de haut pour les deux abris du Manambolo ; 10 m de long, 6 m de large et 5 à 6 m de haut pour la salle principale rectangulaire du réseau karstique de Bekopaka. Cette dernière a livré les restes de plus de quinze cercueils tandis qu’une trentaine et une cinquantaine sont respectivement signalés dans les deux abris du Manambolo. Les défunts inhumés dans ces différents lieux sont des femmes, des hommes et des enfants.

Les cercueils

25Les cercueils sont formés de deux parties indépendantes, chacune correspondant à un tronc évidé d’arbre au bois dur. Leurs forme et dimensions ne sont que peu documentées mais ils étaient taillés suivant la stature du défunt, les enfants disposant de petits cercueils. À Bekopaka, une partie inférieure faisait 177 cm de long et un couvercle 188 cm, les cercueils renfermant dans chaque cas les restes d’un adulte (Chippaux 1965). Ces cercueils étaient, dans un site au moins, très étroits (Bousquet et Rabetaliana 1992). S’il n’a pas été signalé de pied, à Bekopaka certains étaient en revanche dotés de prolongements aux extrémités du couvercle supposés faciliter la préhension et le transport (Chippaux 1965) et dans un site du Manambolo certains comportaient des perforations devant permettre le passage de liens destinés à solidariser les deux parties lors de la fermeture (Bousquet et Rabetaliana 1992). La présence de décor, qui est fortement conditionnée par l’état de conservation du bois, n’est pas systématique. De rare dans les sites étudiés par Chippaux (1965), elle paraît fréquente dans celui examiné par Bousquet et Rabetaliana (1992). Dans les abris du Manambolo, les auteurs ont remarqué la présence de créneaux et de motifs géométriques sculptés sur l’arête sommitale du couvercle alors que de semblables décors n’ont pas été enregistrés dans la grotte de Bekopaka. Dans un des abris du Manambolo, les flancs étaient ornés de motifs géométriques peints.

Traitements des défunts

26Dans deux des trois sites, des défunts avaient été enveloppés dans des étoffes. Dans un cas, il s’agit d’un tissu grossier brunâtre semblable à ceux trouvés dans toutes les sépultures malgaches antérieures au xxe siècle (Chippaux 1965). Dans un site, l’enveloppe textile peut se doubler d’une natte (Bousquet et Rabetaliana 1992). Des défunts avaient été parés, les parures étant retrouvées en situation fonctionnelle : bracelets autour des os des avant-bras, ou ornement frontal. Il s’agit essentiellement de parures métalliques, de cuivre ou de fer dans un des abris du Manambolo (Bousquet et Rabetaliana 1992), des bracelets formés par des joncs fins d’argent ou de cuivre à Bekopaka (Chippaux 1965). D’autres ornements comportent des perles de cornaline, de calcédoine et de verre (Bekopaka, Chippaux 1965). D’autres fois, ils sont absents mais les ossements présentaient des traces d’oxydation indiquant leur possible port. Ces parures sont fréquentes dans un des abris du Manambolo et les bracelets sont portés exclusivement par des femmes dans la grotte de Bekopaka.

27Les auteurs indiquent que l’usage était de mettre un corps par cercueil suggérant la pratique d’inhumation individuelle. À Bekopaka, les squelettes montrent la préservation de nombreuses connexions anatomiques, la position de dépôt initiale est fréquemment identifiable. Les défunts reposent sur le dos, étendus, les bras le long du corps avec les mains ramenées au niveau du pubis. Les petits os des mains et des pieds bien que souvent disloqués, ont été retrouvés dans le même secteur que l’inhumation. Ces éléments de description incitent à écarter l’idée de dépôt secondaire du fait de la présence des petits os sur le lieu de décomposition des corps et à favoriser celle de dépôts primaires, les disjonctions articulaires résultant de la décomposition des corps puis des cercueils à l’air libre (Duday, 1990, 1995). Le terme de squelette employé dans d’autres descriptions par opposition à amas d’ossements évoque le même mode de dépôt.

28Des poteries sont associées aux inhumations ; au style varié, munies ou non de couvercle, ornées ou non dans un des abris du Manambolo (Bousquet et Rabetaliana 1992). Une dent d’herbivore a été découverte dans la grotte de Bekopaka (Chippaux 1965), elle suggère l’idée du dépôt d’un crâne de zébu mais l’animal n’ayant pas été identifié, il reste difficile de l’attester.

Structuration de l’espace sépulcral

29La structuration de l’espace n’est pas documentée pour les abris du Manambolo : dans l’un d’eux les cercueils étaient côte à côte et disposés parallèlement à la paroi rocheuse. Les indications sont en revanche plus précises pour la grotte de Bekopaka. Dans ce dernier lieu, les inhumations n’occupent qu’une partie de l’espace disponible ; elles se trouvent dans la salle principale où elles s’accumulent dans les différents espaces disponibles : petites niches ou plateformes aux dimensions variées. Les cercueils y sont placés parallèlement les uns aux autres, parfois ils se chevauchent et même s’empilent : cinq ou six étaient superposés dans un des secteurs. Ils ont été systématiquement placés selon une orientation nord/sud, l’extrémité céphalique du défunt étant au sud, à l’exception de quelques-unes qui sont au nord. Selon Chippaux (1965), cette disposition tient surtout compte de la configuration de l’espace. D’après le même auteur, il semblerait que les premiers cercueils aient été déposés initialement le long de la paroi ouest, s’alignant vers l’est, depuis le fond du diverticule au nord vers le sud, ce schéma s’appliquant indifféremment aux deux aires sépulcrales les plus vastes de la grotte. On pourrait alors penser que les dépôts ont débuté dans l’angle nord-ouest. Les squelettes féminins auxquels étaient associés des squelettes d’enfants, reposaient à l’ouest des squelettes masculins. Les empilements et chevauchements observés dans certains secteurs pourraient être en rapport avec ces critères d’âge et de sexe comme le montre la superposition des squelettes d’un enfant et de femmes le long de la paroi ouest de la chambre funéraire. Contrairement aux corps concentrés dans la salle principale, les poteries se dispersent en divers emplacements du réseau, notamment en regard des ouvertures des galeries vers l’extérieur.

Modes funéraires actuels dans la région de Narinda

Pays Sakalava

30Depuis le xviiie siècle de notre ère, la région de Narinda est occupée par des groupes Sakalava de Boeny et du Nord-Ouest. D’une façon plus générale, le territoire sakalava s’étend actuellement le long de la côte Ouest, depuis la vallée du Mangoky jusqu’à l’extrême nord de l’île, incluant la région du Bemahara (Lombard 1988, figure 1). Les royaumes Sakalava de Boeny et du Nord-Ouest se seraient mis en place aux xviiie et xixe siècles à la suite de conflits au sein du royaume Sakalava de Menabe formé, quant à lui, au xviie siècle dans la région du Mangoky, au sud de Madagascar (Fauroux 1975, Lombard 1988, Baré 1980, Chazan-Gillig 1991, Goedefroit 1998, Ballarin 2000). Ces conflits résultant du mode de fonctionnement de l’idéologie sakalava auraient induits un mouvement de population vers le nord, dans une zone déjà occupée par d’autres populations qui ont été intégrées ou repoussées, répétant un schéma d’expansion et d’occupation déjà appliqué dans le Menabe, mais différant par le procédé de légitimation du pouvoir (Ballarin 2000). La conquête merina dans la première moitié du xixe siècle, puis la colonisation française dans la seconde moitié du xixe, aboutiront au démantèlement de la royauté de Boeny et à l’effondrement de l’hégémonie sakalava. Ces événements, de même que l’indépendance au milieu du xxe siècle, favorisant l’abandon des coutumes anciennes, conduiront à des restructurations sociopolitiques et à la recomposition des populations de la zone du Boina notamment par émigration récente en provenance de plusieurs régions de Madagascar. Dans la presqu’île de Narinda, la population est relativement dispersée, composée de groupes, majoritairement sakalava, peu nombreux et mobiles.

Traditions funéraires

31Les observations ethnographiques de Decary (1962) réalisées dans les années 1930 et deux enquêtes effectuées en 2004 permettent de renseigner les modes funéraires actuels des populations sakalava de la région (Valentin et al. 2004). Ces dernières enquêtes ont interrogé des personnes de différentes générations : des anciens, d’une part, et des jeunes hommes, d’autre part, provenant de deux zones géographiques : le centre et le sud de la presqu’île de Narinda, sur leurs coutumes funéraires réservées aux personnes ordinaires. Actuellement dans la région, les obsèques suivent des modalités strictes de traitement du corps. Elles s’effectuent dans un délai de 1 à 6 jours après la mort et comprennent plusieurs traitements pré-sépulcraux dont l’enveloppement du mort, habillé mais non chaussé, dans plusieurs étoffes et dans une natte. Le mort n’est pas paré mais s’il est de famille royale ou riche on lui met de l’or ou de l’argent dans la bouche. Dans le centre de la presqu’île mais pas dans le sud, un cercueil est fabriqué pour le défunt ; dans les années trente, il était composé de deux pièces de bois monoxyles (Decary 1962) ; actuellement, il peut être composé de pièces de bois récupérées, il peut avoir un couvercle en forme de coque de pirogue et être décoré de motifs figuratifs et/ou géométriques sans que cela constitue une obligation. Une fosse lui est creusée : dans le sud de la presqu’île, elle présente des banquettes. Le corps est placé dans le cercueil sur le lieu d’inhumation, ou dans la fosse, selon des règles invariables dépendant du sexe du défunt : l’homme est allongé sur le côté droit, mains sur le pubis ; la femme est allongée sur le côté gauche, mains sur le pubis. Quelques pièces de monnaie sont ajoutées dans le cercueil avant sa fermeture. Le corps, qu’il soit ou non dans un cercueil, est isolé du contact de la terre par une couverture faite de pièces de bois, puis la fosse est comblée par de la terre et couverte par des pierres, de plus grosses étant utilisées pour faire un entourage. Des pierres plus volumineuses sont dressées aux extrémités, un poteau couronné d’un bucrane de zébu est placé du côté nord de la tête et des objets appartenant au défunt sont déposés sur la tombe. L’inhumation est définitive, les Sakalava ne pratiquent pas les obsèques en plusieurs temps, connues à Madagascar sous l’appellation de famahadina (Larson 2001, Metcalf et Huntington 1991). Les défunts sont inhumés au cimetière se trouvant au nord ou à l’ouest du village à une distance faible, ne dépassant pas 2 km. La gestion de cet espace est particulièrement codifiée selon des modalités privilégiant les points cardinaux et le sexe des défunts. Son exploitation commence au nord ; les fosses sont creusées selon un axe est/ouest ; elles contiennent les défunts, en cercueil ou non, déposés la tête à l’est ; elles s’alignent progressivement vers le sud. Les hommes sont inhumés dans la partie est ; les femmes et les enfants le sont dans la partie ouest.

32De même, dans le sud du territoire Sakalava, dans le Menabe (figure 1), les traditions d’ensevelissement des morts et d’aménagement de l’espace cémetérial participent d’une volonté de catégorisation des défunts selon des modes distinguant l’homme et la femme mais également les catégories sociologiques (observé dans la région de Morondava, Goedefroit 1994). Dans cette région, l’emplacement de la tombe dans le cimetière, qui se développe du nord vers le sud, est régit par un ensemble de règles utilisant la cardinalisation de l’espace pour restituer l’ordre lignager et la hiérarchie sociale. Ainsi l’axe nord/sud est réservé aux nobles et l’axe ouest/est (tête à l’ouest) aux esclaves, l’orientation est/ouest étant celle des roturiers. Des préceptes particuliers s’appliquent aux enfants du Menabe. Les filles sont inhumées au cimetière après leur sevrage, les garçons après leur circoncision ; morts avant, ils sont enterrés hors de ce lieu.

33Garantes du lien aux ancêtres et donnant à la lignée sa dimension historique et sociale, ces règles funéraires sont strictement respectées par les groupes Sakalava, leurs transgressions appelant de graves sanctions.

Possible attribution culturelle

34Les abris funéraires de la presqu’île de Narinda donnent à voir des comportements funéraires qui, en première instance, pourraient se rattacher à ceux des groupes Sakalava installés dans la région de Boina et de la côte Nord-Ouest au xviiie siècle. Des similitudes entre descriptions archéologiques et ethnographiques des modes de dépôt des corps et de gestion de l’espace sépulcral permettent de l’évoquer.

35Ainsi, dans les deux systèmes funéraires, l’inhumation est définitive. L’inhumation définitive est peu pratiquée à Madagascar. En dehors des groupes sakalava, on ne la retrouve que dans l’extrême sud malgache, en pays Tandroy, Mahafaly et Karembola (Parker-Pearson 1999). Il s’agit d’un usage qui contraste avec celui appliqué par les Vazimba de la côte Ouest, groupe supposé avoir précédé les Sakalava dans la région (Lombard 1988) ; ces derniers pratiquent en effet des funérailles en deux temps (Decary 1962). Or, des séquences funéraires sur le long terme, incluant un traitement secondaire des restes osseux de la majorité des défunts, sont d’une grande importance pour la majorité des groupes du centre et de l’est de l’île (Bloch 1971, Larson 2001, Metclaf et Huntington 1991). Même si parmi les Sakalava, les morts royaux font l’objet de traitements pré-sépulcraux plus élaborés comprenant le prélèvement de reliques : ongles, cheveux, poils, peau, dents, et os (vertèbre cervicale, phalange ou clavicule, Decary 1962) sur le cadavre qui sont le support d’un culte (Ballarin 2000), leur traitement funéraire ne relève pas d’une pratique en plusieurs temps. Leur dépouille mortelle est inhumée définitivement au tombeau royal. Les sépultures des morts du commun sont, quant à elles, vouées à l’oubli et abandonnées après quelques générations (Baré 1977, Bloch 1981). Cette conception de la tombe pourrait être un des facteurs qui, combiné à la recomposition des populations, expliquerait l’absence d’interdits sur les abris sépulcraux du karst.

36Par ailleurs, les lieux funéraires, en particulier celui d’Ambozomena dans la presqu’île de Narinda, mais aussi celui de Bekopaka dans le Bemahara, montrent une structuration reflétant une gestion cardinalisée de l’espace sépulcral tenant compte du sexe des défunts. Ce mode de gestion présente des parallèles avec les principes sakalava mis en lumière par les ethnographies (Baré 1977, 1980, Lombard 1988, Goedefroit 1994, 1998, Ballarin 2000) alors qu’ils se distinguent de ceux en usage dans d’autres régions malgaches comme le pays Tandroy notamment (Parker Pearson 1999). La cardinalisation de l’espace est un aspect essentiel du système idéologique malgache et sakalava en particulier, non seulement dans la mort mais aussi dans la vie (Herbert 1965, Goedefroit 1998, Ballarin 2000). Elle permet de définir le rapport entre les morts et les vivants et la place de chacun dans la société par des systèmes d’opposition sexuelle, rituelle, hiérarchique et sociale. Les hommes se placent à l’est, les femmes et les enfants à l’ouest ; l’est est la direction du sacré, l’ouest celle du profane (Herbert 1965). De plus, l’axe est/ouest est celui des personnes du commun et l’axe ouest/est est celui des esclaves (Goedefroit 1994, 1998, Ballarin 2000). Par opposition, l’axe nord/sud qui est lié à l’expansion géographique du groupe, représente le pouvoir. Tel est le cas des tombeaux royaux des Sakalava du Nord (Ampasindava) dont l’axe nord/sud symbolise l’autorité (Baré 1977, 1980). Par ailleurs, chez les Sakalava de Menabe : « Le roi et les nobles en se tournant vers le sud remontent la généalogie de leur ancêtre… » alors que les clans constitutifs du royaume (d’origine locale) se tournent vers l’est (Lombard 1988 : 99-100). Ainsi, l’organisation des dépôts dans le site d’Ambozomena qui montre des oppositions dans l’orientation des cercueils, pourrait-elle refléter les usuels rapports hommes/femme mais aussi, en raison de l’orientation nord/sud tête au sud des cercueils les plus anciens, le système hiérarchique et rituel sakalava. Le même raisonnement pourrait s’appliquer aux inhumations de la grotte de Bekopaka, localisée plus au sud dans la région de Bemahara. Le changement d’orientation observé à Ambozomena s’expliquerait alors par l’emploi successif de l’abri par des groupes de statut sociopolitiques différents ou par une modification du statut du groupe utilisant l’abri. Par ailleurs, le système de division de l’espace malgache accorde au nord/est une place essentielle, celle des ancêtres (Herbert, 1965). C’est dans cet angle que débute l’utilisation du cimetière sakalava (Goedefroit, 1994, Valentin et al. 2004). Le choix d’abris ouverts vers le sud ou sud-ouest, tant dans la région de Narinda que dans la région du Bemahara, s’inscrit bien dans ce schéma symbolique ; il permet de commencer l’exploitation du lieu sépulcral au nord-est.

37Ces constats sur l’utilisation des points cardinaux renforcent l’hypothèse d’un rapprochement entre gestes opérés dans le site archéologique et comportement funéraire sakalava alors que la différence du lieu d’inhumation –anfractuosité dans le karst versus cimetière villageois– n’est pas un critère suffisant pour l’écarter. En effet, les grottes étaient encore employées par les Sakalava pour inhumer au début du xxe siècle dans la région d’Anjohibe, au voisinage de l’embouchure de la Mahajamba (Decary 1938a). De plus, selon notre informateur Sakalava vivant dans le centre de la presqu’île de Narinda, « autrefois, avant la colonisation française, les morts étaient déposés dans des grottes, dans des cercueils dont les couvercles avaient obligatoirement la forme d’une coque de pirogue, on posait la pagaie du défunt à côté de son cercueil » (Valentin et al. 2004).

38La comparaison entre les sites de la région de Narinda et du Bemahara, en particulier entre celui d’Ambozomena et celui de Bekopaka, fait ressortir de nombreux points communs suggérant une tradition funéraire commune comportant un ensemble d’obligations dans le traitement des corps et le mode de gestion de l’espace sépulcral. Elle met aussi en lumière une série de différences affectant le style du cercueil, ses décors, et certaines composantes du traitement du corps : dans la région de Narinda les défunts ne sont pas parés et sont déposés dans le cercueil sur le côté. Ces variations qui pourraient s’interpréter en termes de différences culturelles, peuvent aussi résulter de l’évolution de l’idéologie sakalava en rapport avec l’histoire du groupe et avec son expansion vers le nord de Madagascar. Certaines de ces variantes pourraient s’expliquer par l’adoption de nouvelles coutumes en rapport avec une nouvelle religion ou avec la mise en pratique plus stricte des préceptes de cette religion dans le territoire du Boina. L’étroitesse du cercueil mais surtout l’absence de parure et l’inhumation sur le côté évoque le rituel funéraire musulman en usage notamment aux Comores (Allibert et al. 1983, Courtaud et Convertini 2000) et en région swahilie sur la côte est africaine (Wright 1993). Cette hypothèse semble confortée par le constat d’une islamisation plus forte des populations sakalava du Nord. Cette dimension se manifeste notamment par la conversion à l’islam de Andriantsoly, roi de Boina, vers 1820 (Ballarin 2000 : 40). La réalisation de décors strictement géométriques sur les couvercles des cercueils les plus récents du site d’Ambozomena pourrait aussi participer de cette interférence avec l’islam. Cette hypothèse est aussi appuyée par le recensement d’un site islamique dans la presqu’île, dans la région d’Andranomena (Le Bourdiec et al. 1971), ainsi que d’autres dans la région de la baie de Mahajanga (Vérin 1986).

39La pertinence de cette hypothèse proposant un rapprochement entre les sites sépulcraux du littoral de la presqu’île de Narinda et la culture Sakalava, pourrait être augmentée par l’étude d’autres sites aux caractéristiques similaires d’une part, et, d’autre part, par l’étude de sites funéraires se rattachant à d’autres groupes contemporains et plus anciens tels ceux « Sandangoatsy », « Kajemby », « Antalaotse », « Marambitsy », que signalent Wright et al. (1996). Une telle étude pourrait aussi enrichir l’histoire culturelle des communautés Sakalava et contribuer à comprendre leur développement historique et leur sphère d’influence car « without a record of material remains, we are unable to assess the organizational complexity or effectiveness of the [Sakalava] “kingdoms” » Wright et Rakotoarisoa (2003 : 117).

Nous remercions pour leur aide : la sous-direction de l’Archéologie et de la recherche en Sciences Sociales du Ministère des Affaires Étrangères, Jacky Cauvin et les habitants de la région de Antamalandy, la direction provinciale de Mahajanga du Ministère de l’Énergie et des Mines, la direction provinciale de la Culture de Mahajanga, l’entreprise VERAMA et Herilalaina Robenarimangason, l’UMR 7041 et Maurice Hardy ainsi que l’UPR 2147 et Danièle Fouchier qui ont mis au net les plans et dessiné des cartes.

Haut de page

Bibliographie

Allibert C., Argant A. et Argant J. (1983) – Le site de Bagamoyo (Mayotte). Études Océan Indien, 2, p. 5-40.

Anton S.C. et Steadman D.W. (2003) – Mortuary patterns in burial caves on Mangaia, Cook islands. International Journal of Osteoarchaeology, 13, p. 132-146.

Association des géographes de Madagascar, Le Bourdiec F., Battistini R. et Le Bourdiec P. (dir.) (1971) – Atlas de Madagascar. Bureau pour le développement de la production agricole, Tananarive.

Ballarin M.P. (2000) - Les reliques royales à Madagascar. Source de légitimation et enjeu de pouvoir (XVIIIe – XXe). Karthala, Paris.

Baré J.F. (1977) – Pouvoir des vivants, langages des morts : idéo-logique sakalava. F. Maspéro, Paris.

Baré J.F. (1980) - Sable rouge. Une monarchie du Nord-Ouest malgache dans l’histoire. L’Harmattan, Paris.

Bloch M. (1971) - Placing the dead. Seminar Press, London, New York.

Bloch M. (1981) – Tombs and States. In S. C. Humphreys et King H. (eds.): Mortality and Immortality: The anthropology and archaeology of death. Proceedings of a Meeting of the Research Seminar in Archaeology and related subjects held at the Institut of Archaeology (London University, June 1980), London: Academic Press, p. 137-147.

Bousquet B. et Rabetaliana (1992) - Site du patrimoine mondial des Tsingy de Bemahara et autres sites d’intérêt biologique et écologique du fivondronana d’Antsolova. UNESCO, Paris.

Bruzek J. (2002) - A method for visual determination of sex, using the human hipbone. American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-168.

Burney D. A., James H. F., Grady F. V., Rafamantanantsoa J.-G., Ramilisonina, Wright H. T. et Cowart J. B. (1997) – Environmental change, extinction and human activity: evidence from caves in NW Madagascar. Journal of Biogeography, 24, p. 755-767.

Burney D. A., Burney L. P., Godfrey L., Jungers W., Goodman S., Wright H. et Jull T. (2004) – A chronology for late prehistoric Madagascar. Journal of Human Evolution, 47, p. 25-63.

Chamla M. C. (1958) – Recherches anthropologiques sur l’origine des Malgaches : craniologie et éléments de somatologie. Édition du Muséum, Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, t. 19, fasc. 1, Paris.

Chazan-Gillig S. (1991) - La société Sakalave. ORSTOM, Karthala, Paris.

Chippaux J. (1965) - Recherches archéologiques au Manambolo. Taloha, 1, p. 227-247.

Courtaud P. et Convertini F. (2000) – Le site de Bagamoyo, Mayotte, Petite-Terre. Document final de synthèse, volume 1, UMR 5809 CNRS, Bordeaux.

Decary R. (1938a) - Les grottes d’Andranoboka. Bulletin de l’Académie Malgache, nouvelle série, XXI, p. 71-80.

Decary R. (1938b) - Les grottes d’Andranoboka. La Revue de Madagascar, 24, p. 7-48.

Decary R. (1962) - Le mort et les coutumes funéraires à Madagascar. Maisonneuve et Larose, Paris.

Dewar R. E. (1997) – Were people responsible for the extinction of Madagascar’s subfossils, and how will we know? In S. M. Goodman & B. D. Patterson (eds.): Natural Change and Human impact in Madagascar. Londres: Smithsonian Institution Press, p. 364-377.

Dewar R.E et Wright H.T. (1993) - The culture history of Madagascar. Journal of World Prehistory, 7(4), p. 417-466.

Duday H. (1987) - Contribution des observations ostéologiques à la chronologie interne des sépultures collectives. Duday H. et Masset C. (dir.), Anthropologie physique et Archéologie. Méthodes d’étude des sépultures, CNRS, Paris, p. 51-59.

Duday H. (1990) – Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou en espace vide. Revue archéologique du centre de la France, 29(2), p. 193-196.

Duday H. (1995) - Anthropologie “ de terrain ”, archéologie de la mort. In La mort : passé, présent, conditionnel. Actes du Colloque de la Roche-sur-Yon, juin 1994, Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques, p. 33-56.

Faublée J. (1946) - Ethnographie de Madagascar. Les éditions de France et d’Outre-mer.

Fauroux E. (1975) - La formation Sakalava ou l’histoire d’une articulation ratée. Thèse d’Etat en Sciences Economiques, Université Paris 10, Nanterre.

Garbutt N. (1999) - Mammals of Madagascar. Pica Press, Sussex.

Goedefroit S. (1994) - Analyse des coutumes d’ensevelissement des corps chez les Sakalava du Menabe : manifestation d’ordre lignager et affirmation d’une hiérarchie sociale. Omaly Sy Anio, 33-36, p. 223-234.

Goedefroit S. (1998) - À l’ouest de Madagascar. Les Sakalava du Menabe. ORSTOM, Karthala, Paris.

Godfrey L., Jungers W. (2003) - The extinct sloth lemurs of Madagascar. Evolutionary Anthropology, 12, p. 252-263.

Gommery D., Zieglé P., Ramanivosoa B. et Cauvin J. (1998) - Découverte d’un nouveau site à Lémuriens sub-fossiles dans les karsts malgaches. C. R. Acad. Sci. Paris., Série IIa, 326, p. 823-826.

Gommery D., Sénégas F., Mein P., Tombomiadana S., Ramanivosoa B., Cauvin J. et C. (2003) - Les résultats préliminaires des prospections dans la presqu’île de Narinda, Madagascar. C. R. Palevol., 2, p. 639-648.

Gommery D., Tombomiadana S., Valentin F., Ramanivosoa B. et Bezoma R. (2004) – Nouvelle découverte dans le Nord-Ouest de Madagascar et répartition géographique du genre Palaeopropithecus. Annales de Paléontologie, 94, 4, p. 279-286.

Gommery D. (2005) – Madagascar. Archéologie et paléontologie dans la province de Mahajanga. In Archéologies. Vingt ans de recherches françaises dans le monde. Ministère des Affaires Etrangères, Maisonneuve et Larose-ADPF.ERC, Paris, p. 292-294.

Herbert J. C. (1965) – L’énumération des points cardinaux et l’importance du nord-est. Taloha, 1, p. 150-195.

Guérin C. (2001) – Les grands mammifères de Madagascar. Afrique : Archéologie et Arts 1, p. 83-100.

Larson P. M. (2001) - Austronesian mortuary ritual in history: transformations of secondary burial (famadihana) in highland Madagascar. Ethnohistory, 48 (1-2), p. 123-155.

Lombard J. (1988) - Le royaume Sakalava du Menabe. Essai d’analyse d’un système politique à Madagascar, xviie-xxe. Éditions de l’ORSTOM, Travaux et Documents 214, Paris.

MacPhee R. D. E. et Burney D. A. (1991) – Dating of modified femora of extinct dwarf Hippopotamus from southern Madagascar: implications for constraining human colonization and vertebrate extinction events. Journal of Archaeological Science, 18, p. 695-706.

Mahé J. (1965) - Les subfossiles malgaches. Revue de Madagascar, nouvelle série, 29, p. 51-58.

Metcalf P. et Huntington R. (1991) - Celebration of death. The anthropology of mortuary ritual. Cambridge University Press, Cambridge.

Neyret J. (1974) - Pirogues océaniennes. Association des Amis des Musées de la Marine, Tome 1, Paris.

Pales et Chippaux (1943) – Contribution à l’étude de la structure des indigènes de Madagascar. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris IX, 4, p. 54-65.

Parker-Pearson M. (1999) - Matérialité et ritualité : l’origine des tombeaux en pierre du sud de Madagascar. Anthropologie et sociétés, 23(1), p. 21-47.

Perez V. R., Godfrey L. R., Nowak-Kemp M., Burney D. A., Ratsimbazafy J. et Vasey N. (2005) – Evidence of early butchery of giant lemurs in Madagascar. Journal of Human Evolution, 49, p. 722-742.

Radimilahy C. (1998) - Mahilaka: an archaeological investigation of an early town in northwestern Madagascar, Studies of African Archaeology 15, Uppsala.

Rakotoarisoa J.A. (1998) - Mille ans d’occupation humaine dans le Sud-Est de Madagascar. Anosy, une île au milieu des terres. L’Harmattan, Paris.

Valentin F. et Bolé J. (2001) - Étude expérimentale de sépultures sur sites sans prélèvement des ossements. Résultats préliminaires des analyses paléobiologiques et des pratiques funéraires des sites de Nonimé, Mucaweng et Hnajoisisi à Lifou (Iles Loyauté). Rapport CNRS UMR 7041, Paris 65 p.

Valentin F., Gommery D. et Tombomiadana S. (2004) - Rapport sur les sites funéraires inventoriés et étudiés en 2003 dans la presqu’île de Narinda (Côte Nord-Ouest, Madagascar). Mission Archéologique et Paléontologique dans la Province de Mahajanga (PAPPM), Madagascar. 163 p., Paris : Ministère des Affaires Étrangères et Paris : CNRS UPR 2147 et UMR 7041.

Vérin P. (1986) - The history of civilization in North Madagascar. Balkema, Rotterdam.

Wright H.T. (1993) - Trade and politics on the eastern littoral of Africa, AD 800-1300. Shaw T., Sinclair P., Andah B., Okpoko A. (eds.), The archaeology of Africa: Food, metals and towns. Routledge, London and New York.

Wright H.T., Vérin P., Ramilisonina, Burney D.A., Burney L.P., et Matsumoto K. (1996) - The evolution of settlement systems in the bay of Boeny and the Maravavy river valley, north-western Madagascar. Azania, 31, p. 37-73.

Wright H.T. et Rakotoarisoa J.A. (2003) - The rise of Malagasy societies: New developments in the archaeology of Madagascar. Goodman S.M. and Benstead J.P. (eds.) The natural history of Madagascar. The University of Chicago Press, Chicago and London, p. 112-178.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 1 - Carte de Madagascar, localisation de la presqu’île de Narinda, territoire et progression sakalava sur la côte Nord-Ouest, d’après Lombard (1988).
Crédits © Valentin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2 - Carte de la presqu’île de Narinda, localisation des abris funéraires étudiés.
Crédits © Valentin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 3 - Vue de l’abri funéraire d’Ambozomena, entrée et plateforme sur laquelle reposent des cercueils de bois.
Crédits © Valentin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 5 - Plan de répartition des vestiges dans l’abri funéraire d’Ambozomena.
Légende Noter la relation avec les points cardinaux (Mise au net : Maurice Hardy).
Crédits © Valentin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Figure 4, A et B - Vues de quelques cercueils de l’abri d’Ambozomena.
Légende Noter la forme en coque de pirogue et la présence des décors.
Crédits © Valentin
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Valentin, Beby Ramanivosoa, Dominique Gommery et Sabine Tombomiadana-Raveloson, « Les abris sépulcraux de la presqu’île de Narinda (Province de Mahajanga, Madagascar) », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 7-22.

Référence électronique

Frédérique Valentin, Beby Ramanivosoa, Dominique Gommery et Sabine Tombomiadana-Raveloson, « Les abris sépulcraux de la presqu’île de Narinda (Province de Mahajanga, Madagascar) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1126 ; DOI : 10.4000/aaa.1126

Haut de page

Auteurs

Frédérique Valentin

Équipe « Ethnologie préhistorique »
CNRS, UMR 7041 ArScAn,
Maison Archéologie & Ethnologie René Ginouvès
21 allée de l’Université
F-92023 - Nanterre Cedex
frederique.valentin@mae.u-paris10.fr

Beby Ramanivosoa

MOZEA AKIBA
Faculté des Sciences
Université de Mahajanga,
Madagascar
lalaseheno@wanadoo.mg

Dominique Gommery

CR2P-UMR 7207
CNRS-MNHN-UPMC/Sorbonne Universités
Université Pierre et Marie Curie
Case 104, 4 Place Jussieu 75252 Paris cedex 05, France
dominique.gommery@upmc.fr

Sabine Tombomiadana-Raveloson

MOZEA AKIBA
Faculté des Sciences
Université de Mahajanga
Madagascar

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals