Navigation – Plan du site

Voyages d’une reine bangwa dans l’imaginaire occidental

Maureen Murphy
p. 23-34

Résumés

De la région du Grassland au Cameroun à Berlin, de Paris, New York à Washington, puis de retour à Paris, la sculpture bangwa dont il est question ici changea maintes fois de statuts : d’objet religieux lié à un culte, elle devint un sujet d’étude ethnographique, le symbole de la soumission des peuples conquis du Cameroun pour être ensuite célébrée en tant qu’œuvre d’art d’exception. Son parcours dans l’imaginaire occidental est assez représentatif de l’histoire de la réception des arts d’Afrique en Occident et permet de repenser la perception de ces objets aujourd’hui, à l’heure où vient d’être inauguré, à Paris, le musée du quai Branly consacré aux arts d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Océanie.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur n’ayant pas fourni d’autorisation de mise en ligne des illustrations, cet article ne peut être consulté sur le site. Il reste disponible dans sa version imprimée.

Pour citer cet article

Référence papier

Maureen Murphy, « Voyages d’une reine bangwa dans l’imaginaire occidental », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 23-34.

Référence électronique

Maureen Murphy, « Voyages d’une reine bangwa dans l’imaginaire occidental », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1187 ; DOI : 10.4000/aaa.1187

Haut de page

Auteur

Maureen Murphy

Maureen.Murphy@univ-paris1.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals