Navigation – Plan du site

Débats autour d’une origine. La fabrication, l’utilisation et l’appréhension des textiles ghanéens

Version abrégée
Origin disputed. The making, use and evaluation of Ghanaian textiles
Malika Kraamer
p. 53-76
Cet article est une traduction de :
Origin disputed. The making, use and evaluation of Ghanaian textiles

Résumés

Depuis les années 1990, un vif débat a pris forme au Ghana sur l’origine du kente. Les discussions portent principalement sur l’antériorité du tissage Asante sur le tissage Ewe. Cette acitvité est très ancienne dans de nombreuses régions du Ghana, et les relations entre les régions de parler Ewe et celles de parler Twi remontent aussi loin que le xixe s. au moins.
Cet article vise à déméler et à mettre en évidence de quelle manière revendications et appropriations de l’origine du kente sont localement répétés et comprises et, à travers cet exemple, comment s’élaborent perceptions locales et réécritures du passé. Pour élucider les paradoxes qui apparaissent clairement, une analyse plus particulière est faite des différentes façons de voir, d’expérimenter, d’interpréter et de mettre en jeu le passé dans un domaine où les récits s’opposent. Les narrations ne font pas que créer des scénarios cohérents qui agencent de manière articulée des significations partagées mais sont aussi remodelées par ces revendications âpres pour le contrôle et l’autorité dans l’interprétation recevable du passé.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour les illustrations de cette version abrégée de l’article de Malika Kraamer « Origin disputed. The making, use and évaluation of Ghanian textiles » se reporter à l’article original : https://journals.openedition.org/aaa/1316

Texte intégral

1Quand l’auteur est arrivée en 1998 au Ghana pour étudier les kente dans la partie Est du pays et au Togo voisin la discussion qui enfiévrait les esprits à ce moment était celle de l’origine de ces tissus. Un débat essentiellement conduit en termes « ethniques ». Kente est le nom général donné aux tissus tissés à la main depuis au moins plusieurs siècles au sud du Ghana et au Togo, essentiellement par les tisserands Ewe et Asante (figure 1). Les tisserands Ewe sont historiquement connus avant tout pour leurs tissus en coton couverts de motifs figuratifs (figure 2) ; les tisserands Asante pour ceux en soie ou en rayonne (remplaçant la soie au début du xxe s.), aux motifs couvrants non figuratifs (figure 3). Toutefois, depuis le milieu du xxe s., les tisserands Ewe ont commencé, eux aussi, à travailler au sein de cette tradition Asante (tissus en rayonne aux motifs non figuratifs).

2La plupart des Ghanaéens –particulièrement ceux hors de la région de langue Ewe– assuraient que les kente, en se référant à ces tissus en rayonne, avaient leur origine dans l’aire Asante et que par conséquent c’étaient les tisserands Asante qui avaient enseigné la manière de tisser aux Ewe. Dans la zone Ewe, il était le plus souvent dit que le mot kente était une corruption du mot Ewe kete désignant tout tissu fait à la main. Les Asante, ne parlant pas Ewe, auraient transformé le terme kete en kente quand les Ewe leur auraient appris à tisser. Cela devait s’être produit après les guerres Asante au milieu du xixe s., quand beaucoup d’Ewe avaient été emmenés en captivité.

3Or les tissus les plus courants, portés par tous ceux qui en ont les moyens, et ce dans tout le Ghana, la région Ewe incluse, continuent d’être des tissus en rayonne couverts de motifs non figuratifs (figure 1) alors que beaucoup de personnes de langue Ewe reconnaissent que ce type même de tissu tire son origine de la région Asante. Comment devrait-on comprendre ce qui est apparemment un paradoxe ainsi que les différents discours en compétition ?

4Cet article vise à démêler et à mettre en exergue les différentes revendications et appropriations de l’origine du kente, comment elles sont localement répétées et comprises et, ainsi, percevoir de quelle manière s’élaborent perceptions locales et réécritures du passé. Comment les diverses narrations s’interpénètrent et sont « récupérées » par les antagonistes dans ce débat.

5Tisser fait partie des traditions artistiques les plus anciennes de l’Afrique de l’Ouest auxquelles se rattache le kente, tissé principalement au Ghana et au Togo. Il est composé de bandes étroites cousues bord à bord et, comme beaucoup d’autres tissus ouest-africains, tissé sur le métier à deux lices Le kente est porté, par les femmes en deux parties : l’une enveloppant le haut et l’autre en pagne autour des hanches et par les hommes comme une sorte de toge, et ceci pour afficher de manière visible statut et richesse (figures 1 et 5). Son usage n’est cependant pas restreint au vêtement.

6Les kente sont principalement produits dans trois centres de tissage et dans quelques ateliers de villes togolaises et ghanéennes, en particulier Accra, Kumasi, Lomé et Kpalimé (figure 6). Un centre est formé de plusieurs villages autour de Kumasi, dont Bonwire, l’endroit le plus connu pour le tissage Asante. Du xviie au xixe s., cette région faisait partie du royaume Asante, un des états les plus puissants d’Afrique de l’Ouest. Les tisserands travaillaient essentiellement sur commande pour l’Asantehene, le roi Asante, la cour et l’aristocratie. Au xxe s., leurs tissus, de plus en plus entièrement en rayonne, continuèrent d’être utilisés comme élément d’apparat par les Asante et autre élites Akan, mais bien d’autres groupes adoptèrent aussi son usage. Les deux autres centres de tissages sont situés dans la zone de parler Ewe au sud-est du Ghana et au Togo voisin. Agotime est situé au centre de cette zone en partie sur le Ghana et en partie sur le Togo où, dans plusieurs villes, le tissage est l’activité majeure. Dans les régions de Anlo et de Somé sur la côte au sud-est du Ghana, beaucoup de villages sur la partie supérieure de la lagune Keta et à l’est de celle-ci sont spécialisés dans la production de tissus tissés main. Jusque dans les années 1960, Keta a été un important marché d’échange pour ces tissus puis l’activité s’est déplacée vers Agbozume. Les productions des tisserands de Anlo et de Somé se confondent en partie, en raison de la proximité entre les deux groupes et d’un marché d’échange commun, mais des différences ont existé à certains moments de l’histoire. Des interactions existent aussi avec les productions de la région d’Agotime ainsi qu’avec les régions plus au nord.

7La région de parler Ewe était organisée en petits États, parfois constitués de quelques villages seulement. Les tissus provenant de cette région ont été commercialisés, dès le xviiie s. au moins, en différents points de l’Afrique de l’Ouest. Les tisserands Asante étaient, du fait de leur histoire, moins libres de tisser ce qu’ils voulaient et pour qui ils voulaient que les tisserands Ewe qui, eux, n’étaient pas soumis au contrôle d’une cour centralisée. C’est donc dans ces deux centres de tissage Ewe qu’on trouve la plus grande variété de types d’étoffes. Cependant les trois centres de tissage ont une longue histoire d’interactions donnant des traditions textiles qui, à différents moments dans le cours de l’histoire, ont fusionné ou se sont démarquées les unes des autres.

Traditions historiques artistiques en débat

8Les discussions au Ghana sur les vrais inventeurs du kente ont pris une importance grandissante au début ou vers le milieu des années 1990. La presse écrite en a été un « activateur » important. Et les festivals –la création du « festival du tissu » d’Agbamevorzã ou du Festival Kente d’Agotime en 1996 et de celui de Bonwire en 1998–, ont été des « expressions spectaculaires du désir de chaque groupe de promouvoir sa propre industrie du tissage ». Tout cela a alimenté à la fois les discours et les sensibilités ethniques. Or, la plupart des données dans ce débat, tirées des traditions orales et des sources écrites sont plutôt simplistes et sans poids véritables pour conforter les revendications, au nombre de trois : un, l’origine du terme kente ; deux, l’origine du tissage en général au Ghana ; enfin, l’origine des textiles non figuratifs en rayonne. L’auteur aborde alors ces trois points dans une perspective historique ; première étape pour parvenir à discerner et à replacer dans l’histoire les narrations changeantes et expliquer les enjeux actuels.

Origine des termes kente et kete

9Les sources européennes les plus anciennes n’apportent que peu d’éclairage sur l’origine des deux mots. Certaines sources sembleraient indiquer que le mot kente était utilisé pour les tissus tissés à la main à la fois dans la zone de parler Akan et dans celle de parler Ewe et peut-être même comme nom générique pour tout textile tissé par les Africains. Par ailleurs, et jusqu’à présent, des noms différents pour des tissus tissés localement circulent à la fois dans les centres de tissage Ewe et Asante, suggérant à nouveau que c’étaient essentiellement les gens de la côte et les commerçants qui utilisaient le terme kente au xixe s. Pour certains les deux mots seraient similaires avec une adultération apparente probablement due à des infiltrations linguistiques dans les deux groupes ; qui a copié qui est sujet à débat. Les étymologies Ewe ou Asante peuvent être étayées ou réfutées par les faits historique et tout le débat rend encore impossible la distinction entre ce qui est du domaine de l’invention récente et ce qui ressort de l’étymologie populaire ancienne.

L’origine du tissage au Ghana

10La première mention du coton et du tissage sur la côte ouest des Esclaves que l’auteur est parvenu à retrouver vient de sources hollandaises du xviiie s. Toutefois ces sources, et d’autres sources du xviiie s., ne font qu’indiquer que le tissage est une activité communément pratiquée sur la Côte de l’or et des Esclaves, pays Asante inclus, comme c’est le cas dans beaucoup de sociétés ouest africaines. Les textes n’éclairent en rien l’origine du tissage dans ces régions.

Origine au Ghana des tissus en soie et en rayonne couverts de motifs non figuratifs

11Qui est à l’origine de l’utilisation de la soie et du style bien particulier des textiles en rayonne couverts de motifs non figuratifs que l’on retrouve à la fin du xxe s. à la fois dans les zones de parlers Ewe et celles de parler Twi (figure 7) est un dernier point du débat. Il est certain que jusqu’au milieu du xxe s., la soie et la rayonne étaient plus courants chez les Asante que chez les Ewe. Bien qu’il y ait quelques mentions d’utilisation de la soie par les missionnaires de Brême et de Bâle, au xixe s. et dans la 1re moitié du xxe s., les tisserands de différentes parties de la région Ewe ont principalement produit des tissus en coton. Dans les années 1930 ou 1940, plusieurs tisserands de la côte ont aussi commencé à produire des tissus en rayonne avec une technique nouvelle (figure 8), les asidanuvor « textile créatif fait main », qui étaient tissés principalement pour l’exportation ouest africaine ; depuis les années 1980, ces tissus ne sont presque plus produits. Dans les années 1950, les tisserands d’Agotime sont progressivement passés du tissage de tissus en coton couverts de motifs figuratifs (figure 2) à des tissus en rayonne couverts de motifs non figuratifs (figure 1). Mais, et c’est un fait important, les tisserands d’Agotime ne se sont pas contentés de reproduire les tissus Asante courants à l’époque mais ils ont, eux aussi, comme les tisserands Asante, continué à expérimenter avec de nouveaux motifs et de nouvelles combinaisons de couleurs.

Confusion de revendications

12Les débats sur l’origine mélangent, dans leurs revendications, des situations qui sont singulières d’une région à l’autre. Dans la zone Ewe, le tissage, à son origine, n’était pas associé à un style particulier de tissu. Le terme kente (et kete) était perçu comme se rapportant à tout textile tissé localement composé de bandes étroites. En pays Asante, le kente était surtout associé aux tissus en rayonne aux couleurs contrastées ; un style adopté dans les années 1950 par les tisserands Ewe. Cependant la reconnaissance locale par Agotime de cette adaptation, adaptation reflétée dans la terminologie locale car un des noms de ces tissus est Asantesor « tissu Asante », n’a pas été adoptée par les journaux tout comme n’a pas été reconnu le fait que les tisserands d’Agotime ont développé par la suite ces textiles parallèlement aux tisserands Asante. Le débat de toute évidence suscitait chez beaucoup une émotion particulière. Alors quels en étaient les enjeux et pourquoi tant d’Ewe, en particulier d’Agotime, continuaient –ils à porter et à produire des tissus dénommés précisément Asante quand, selon toute apparence, il était si important de prouver que, eux, Ewe, étaient ceux qui étaient à l’origine du kente ?

13Pour comprendre le climat particulier où l’opinion publique s’est enflammée pour le débat, l’auteur souligne qu’il faut prendre en compte le contexte politique et économique à la fois de l’époque du débat. Sous le régime militaire du Lt. Flt. John Jerry Rawlings (1980-1992) et plus spécialement sous le régime civil (1992-2000), le « tribalisme » prit de plus en plus d’importance comme facteur politique. L’animosité entre Ewe, qui avaient soutenu principalement le NDC, le parti de Rawlings, et les Asante qui avaient surtout soutenu l’opposition, s’accrut De plus, le tourisme au Ghana, incluant le tourisme des « racines », et le marché en inflation pour les kente avec les États-Unis, plus particulièrement dans la 1re moitié des années 1990, ont surtout profité aux tisserands de la zone Asante et d’Accra. Le débat, non seulement s’est mis en place dans la zone de parler Ewe mais bien précisément à Agotime. Or si la fierté ethnique a augmenté pendant toute cette période, cela ne s’est quasiment pas transcrit dans le port et la production (et dans le refus de porter ou de tisser) certains tissus. Lors de la plupart des festivals dans la région Ewe, à Agotime même, les chefs, les reines-mères et les Anciens continuent de porter les Asantevor. Seuls quelques chefs portent, lors de manifestations, des vieux kente Ewe comme les Adanuvor avec des motifs figuratifs mais beaucoup les considèrent comme vraiment pas « chics ».

Tissus, costume et identités sociales

14Pour comprendre pourquoi à Agotime et dans d’autres parties de la zone Ewe il n’était et n’est pas perçu comme paradoxal de porter l’Asantevor, il convient de s’intéresser aux discours identitaires nationaux et ethniques en relation avec les tissus et le vêtement, à la diversité de tissus dans la région de parler Ewe et aux continuités perçues dans la production de tissus.

15Dans la littérature sur les tissus et les traditions vestimentaires en Afrique de l’Ouest, il est souvent admis comme allant de soi l’équation textiles/marqueurs identitaires ethniques. Or, l’étude des relations entre identité sociale –telles les identités ethniques et nationales–, tissus et costume n’est pas simple car il y a de nombreux facteurs, de tous ordres, qui déterminent pourquoi quelqu’un achète ou porte un certain type de tissu. Par ailleurs, la large distribution de beaucoup de tissus bien au-delà de leur centre de production est une indication supplémentaire que l’ethnicité en soi n’est souvent pas en jeu. Les tissus tissés par les tisserands Asante et Ewe, par exemple, ont été utilisés beaucoup plus loin, entre autres au Nigeria par différents groupes du delta du Niger. C’est seulement à l’occasion de circonstances particulières que la nécessité de préciser l’identité ethnique par le biais des tissus ou du costume se fait jour.

16Au Ghana, cependant, les tissus n’ont pas eu de rôle comparable à celui qu’ils eurent au Nigéria, lors de l’émergence, à la fin du xixe s., de groupes identitaires plus larges comme les Ewe et les Akan. Même au xxe s., les tissus n’ont pas été utilisés au Ghana pour afficher des identités ethniques spécifiques. Dans tout le Ghana, le port de ces tissus est surtout le fait de ceux qui veulent marquer ainsi leur position sociale, leur statut et leurs goûts personnels et cela au sein d’un contexte où, de manière compétitive, on fait étalage de ses atours. Le kente a été un élément fort d’un discours identitaire mais d’un discours identitaire nationaliste. Kwame Nkrumah, le premier président du Ghana indépendant avait fait du port du kente une partie de sa conception de l’homme africain des années 1940 ; il fit du kente un élément de fierté nationale. Or, même à travers les changements de gouvernement et de régime militaire le kente a gardé son statut de costume politique avec la connotation, parmi d’autres, de la richesse culturelle du Ghana. Les Ewe ont suivi cette tendance, générale au Ghana. La construction d’une nation a été, ainsi, le stimulus initial dans la région Ewe de la production et de l’utilisation des tissus en rayonne d’un style particulier développé autour de Kumasi.

Terminologie, technologie et fabrication de tissus

17Le passage à des tissus en rayonne couverts de motifs non figuratifs a été perçu du point de vue Ewe –et en particulier d’Agotime– plutôt en termes de continuité qu’en termes de rupture. Les tissus Ewe sont caractérisés par une diversité déconcertante de couleurs et de motifs. Même après avoir mis en évidence quelques caractéristiques communes, fondées sur des classifications locales, le nombre de techniques et de types de textiles étonne encore. L’invention de nouveaux types de tissus et l’incorporation d’éléments étrangers –s’ajoutant à des transformations au sein même d’un type précis de tissu–, sont les caractéristiques des traditions du tissage Ewe. Le kente « moderne » a été spécialement apprécié par différentes élites dans les zones rurales et urbaines de la côte du Ghana actuel, au Togo et au sud-est du Nigeria. Par « moderne », il faut entendre un tissu qui incorpore de nouveaux motifs, des nouvelles combinaisons de couleurs, de nouveaux types de matériaux voire même des tissus d’un genre complètement nouveau. Les tisserands Ewe répondent à ce goût général pour les nouveaux tissus de différentes manières (figure 5), en réajustant continuellement les détails de motifs spécifiques. Ils expérimentent avec de nouvelles combinaisons de couleurs et ils augmentent les possibilités de dessin qui sont disponibles par le large éventail de techniques présentes et en utilisant une palette de fils en augmentation constante. En dehors du coton, ils utilisent la rayonne, le lurex et le polyester (figure 10). Ces changements cumulatifs sont souvent le résultat d’interactions négociées entre tisserands, ceux qui commandent les étoffes, ceux qui les vendent et enfin ceux qui les achètent.

18On peut aussi parler de continuités en matière de technique et d’agencement des tissus. Avant le passage à l’Asantevor, les tissus les plus compliqués tissés à Agotime étaient souvent couverts de motifs figuratifs obtenus sur trame flottante. Ces textiles étaient appelés adanuvor, « tissus créatifs », une classification locale qui continua d’ailleurs à être utilisée pour le nouveau style. Ces anciens tissus étaient aussi individualisés par la manière dont les blocs de trame étaient disposés sur l’ensemble du tissu, soit comme atisue « bâton court » soit comme atitrala « bâton long » et cette classification continua pour Asantevor, où ces mêmes types de juxtaposition de base entre zones de tissage simple, zones de motifs de trame et zones de motifs de chaîne sont présents (figures 11 et 12). Des tisserands Ewe disent que, en termes de technologie, la-leur avait fort peu bougé entre les anciens types de adanuvor et les nouveaux : les tisserands continuèrent d’utiliser deux lices pour faire cette alternance entre motifs de trame et motifs de chaîne (figure 13). Et même les motifs non figuratifs sur trame flottante des tissus Asante rappellent les éléments de beaucoup de motifs figuratifs. Les tisserands d’Agotime étaient par conséquent en train de d’incorporer un design de tradition Asante sans opérer de grands changements dans leur technique de tissage. En deux décennies, les tisserands d’Agotime avaient généralement abandonné la production du type ancien adanuvor. Pour les tisserands d’Agotime, les autres éléments nouveaux d’importance furent le passage au fil de rayonne (ce qui impliquait un autre comptage pour monter le métier) et un autre schéma esthétique pour l’agencement des couleurs.

Conclusion

19Les débats concernant la primauté du tissage Asante sur l’Ewe permettent d’appréhender les processus et les confrontations à l’œuvre dans la compréhension de traditions artistiques en partie partagées. La relation entre ethnie et tissus spécifiques est marginale dans le sud du Ghana, même si l’origine du kente est localement débattue en termes ethniques. Axer ce travail sur la manière dont on peut « démêler » différentes façons de voir, d’expérimenter, d’incarner et d’interpréter le passé dans un champ de narrations opposées ajoute une nouvelle perspective à ce que la littérature récente juge important de faire : mettre l’accent non plus sur une vue positiviste de l’histoire mais sur les vérités locales. Les narrations non seulement créent des scénarios cohérents qui articulent des significations partagées, mais elles sont, aussi, de surcroît, modelées par leurs revendications âpres à vouloir contrôler et faire autorité dans l’interprétation recevable du passé. Les points de vue Ewe et Asante consistent en fait en une multiplicité de voix mais avec un consensus articulé sur le but, ultime, supposé du débat : qui admettre comme étant les vrais inventeurs du kente. À l’origine de la confusion et du mélange de revendications, il n’y a pas seulement ces points de vue divers car il convient aussi d’évoquer le rôle important joué par les narrations visuelles, incarnées, théâtralisées dans la construction de tout discours. C’est dans le cadre de cet espace perturbateur que les narrations contestées, reconstruites et réinterprétées dans le discours rendu public sur l’origine du kente continuent à produire de la connaissance sans parvenir à un quelconque consensus.

20Parvenir à démêler les fils de la construction de ce débat permet non seulement de montrer les façons dont on peut opérer une déconstruction des revendications en compétition au travers d’une mise en évidence des interprétations et des manipulations locales des traditions orales et en faisant appel aux travaux de recherches sur différents sujets. Ce « démêlement » aide aussi à saisir ce décalage apparent entre discours et pratique ; dans le cas présent, c’est d’un côté le port et la production d’un tissu dont on reconnaît dans la région Ewe être issu d’une tradition Asante et de l’autre cette façon de se positionner comme inventeurs du kente. C’est seulement en élargissant la notion de narration, au-delà de la primauté du verbe, pour inclure matière et mise en scène qui composent toute narration, que les paradoxes apparents disparaissent et que les complexités locales en jeu peuvent être comprises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malika Kraamer, « Débats autour d’une origine. La fabrication, l’utilisation et l’appréhension des textiles ghanéens  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 53-76.

Référence électronique

Malika Kraamer, « Débats autour d’une origine. La fabrication, l’utilisation et l’appréhension des textiles ghanéens  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1356 ; DOI : 10.4000/aaa.1356

Haut de page

Auteur

Malika Kraamer

malika.kraamer@gmail.com
New Walk Museum, 53 New Walk, Le17ea Leicester, Royaume-Uni

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals