Navigation – Plan du site
Notes

Étude iconologique d’un porte-flèche masculin

Julien Volper
p. 77-82

Entrées d’index

Mots-clés :

porte-flèche, Luba

Keywords :

Arrow rest, Luba

Index géographique :

Afrique centrale/Central Africa
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les porte-flèches en bois trouvent, majoritairement, leur épanouissement stylistique et iconographique au sein de l’aire culturelle Luba. Or, la représentation masculine présentée ici (figures 1 et 1 bis) est atypique du fait de la dite masculinité. Des travaux universitaires, des articles, des ouvrages portant sur l’art de la zone culturelle Luba rédigés par des auteurs comme Pierre Petit, Mary Nooter ou François Neyt ont suffisamment montré l’importance de la figure féminine dans le monde Luba. Le fait que les femmes soient le réceptacle privilégié des grands esprits de la royauté Vidye couplé au fait que des femmes, d’après certains auteurs (Makonga 1948 : 345), nommées les Kya Buta, avaient pour fonction de porter les armes royales, en font très naturellement les sujets iconographiques d’un tel objet. Il n’existe à ma connaissance que deux porte-flèches représentant des figures masculines en pied. Le premier est celui-ci (figure 1 et 1 bis), le second se trouve au musée de Tervuren (figure 2). Encore faut-il remarquer que l’iconographie en est fort différente. Celui de Tervuren arbore une figure clairement masculine supportant sur ses épaules une figure féminine.

Figure 1 - Porte-flèche (bois)

Figure 1 - Porte-flèche (bois)

Aire culturelle Luba XIXe-XXe siècle.
Hauteur : 60 cm.
Collection privée belge.

Image extraite de Neyt (1993 : 61).

Figure 1 bis - Vue dorsale du porte-flèche

Figure 1 bis - Vue dorsale du porte-flèche

Image extraite d’Archives privées.

Figure 2 - Porte-flèche (bois)

Figure 2 - Porte-flèche (bois)

Aire culturelle Luba (fin XIXe siècle).
Hauteur : 70 cm.

Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren EO.0.0.740-4, collection MRAC Tervuren; © MRAC Tervuren.

Carte 1 - Cœur du royaume Luba (Luba Heartland)

Carte 1 - Cœur du royaume Luba (Luba Heartland)

Pas d’échelle.

Image extraite de Womersley (1984 : 89, carte 2)

  • 1 D’après Verbeke (1937 : 57), dans certaines chefferies (territoire de Kinda / Bukama) lors de la cé (...)

2Cependant, si cette représentation est unique sur un porte-flèche, elle est explicite. Certaines statuettes de l’aire d’influence Luba reprennent ce sujet iconographique dont l’origine réside dans le fait que des souverains, lors de leur intronisation, étaient portés sur les épaules d’un dignitaire1. En revanche, pour ce qui est du porte-flèche qui nous préoccupe, l’iconographie est beaucoup plus surprenante : un personnage aux pieds monstrueux, tenant du pachyderme, liés à ce qui semble être un bâton. Un article, dont l’auteur est un administrateur colonial du nom d’Orjo de Marchovelette (1950 : 351), pourrait apporter une piste interprétative. L’auteur, dans une brève généalogie des rois Luba, mentionne que le roi Mwine Kombe souffrit d’éléphantiasis au soir de sa vie. Cette maladie le forçait à rester assis et l’obligeait à recourir à l’aide de deux personnes pour uriner. Une personnification de ce roi peut être supposée de par la présence de ces pieds monstrueux, résultat visible de l’action de filaires, la précision plastique du pénis et l’utilisation d’un piquet comme « tuteur », qui pourrait laisser penser à une astuce du sculpteur pour représenter les difficultés du roi à se tenir debout sans avoir à recourir aux deux porteurs, qu’il aurait été difficile de représenter sur un objet comme celui ci. Un problème se pose cependant : cet objet est attribué aux Luba, et il n’y a pas, à ma connaissance, de portraits de roi chez ce peuple.

3Néanmoins, Nooter (Nooter & Roberts 1996 : 227), reprenant une information de Bassani (Bassani 1990 : 22), mentionne qu’un autre porte-flèche (figure 3), attribué au maître de la cour de Sopola, serait un « portrait ». Dans le cas de cet objet commenté par les deux auteurs, il s’agirait d’une femme qui fonda le village de Kishiale (au Nord de Pweto, près du lac Moero).

Figure 3 - Porte-flèche (bois et perles de verre) du maître de la cour de Sopola

Figure 3 - Porte-flèche (bois et perles de verre) du maître de la cour de Sopola

Aire culturelle Luba (fin XIXe siècle).
Hauteur : 60 cm.

Collection privée. Image extraite de Nooter & Roberts (1996 : 227).

  • 2 À ce propos, il est peut-être intéressant de mentionner que certains détails stylistiques et anatom (...)

4Si l’hypothèse d’un portrait du roi Mwine Kombe se vérifiait, on pourrait, à juste titre penser à une influence stylistique externe aux Lubas. D’après le révérend Womersley (1989 : 89), la capitale du roi Mwine Nkombe se trouvait à Nkombe et le lieu où reposa sa tête est situé à Kitabi (carte 1). La localisation de ces lieux constitue peut être une piste future pour quiconque s’intéresserait à la stylistique de cet objet2. Toutefois cette attribution iconographique peut être sujette à caution et plusieurs questions dérangeantes font surface. Ainsi, en restant dans l’hypothèse que ce porte-flèche est bien un portrait de Mwine Nkombe, à qui était-il destiné ?

  • 3 Les mwadi sont des femmes dans lesquelles l’esprit du roi défunt s’incarnait à la mort de ce dernie (...)
  • 4 Maladie faisant grossir les membres atteints (membres inférieurs et appareil génital) et donnant à (...)

5En effet le roi Mwine Nkombe fait partie des premiers rois Luba et ce porte-flèche ne fait pas, chronologiquement parlant, partie de son règne. En clair ce porte-flèche, qui n’est certainement pas antérieur à la deuxième moitié du xixe siècle, ne peut appartenir au règne de ce roi que l’on situe dans la première moitié du xviiie. On pourrait alors supposer qu’il a pu appartenir à une mwadi3. Mais, à ma connaissance, les mwadi ne possèdent pas ce type d’objet de pouvoir. L’autre question d’importance (si l’on considère toujours que « l’atlante » du porte-flèche est le portrait du roi Mwine Nkombe) concerne la représentation sur ce porte-flèche d’un défaut physique majeur du roi qu’est l’éléphantiasis4. Des travaux comme ceux de Pierre Petit ou de Luc de Heusch montrent clairement l’importance de l’intégrité physique du roi. Orjo de Marchovelette (1950 : 364) cite à ce sujet l’exemple du roi Kasongo A Kalombo qui, parce qu’il perdit un pouce lors de l’explosion de son fusil, fut empoisonné par ses conseillers. Alors pourquoi choisir de représenter sur un objet de pouvoir les symptômes d’une terrible maladie ?

6La réponse se trouve peut être dans le fait que cette maladie représentait, au-delà d’une décrépitude physique, le signe distinctif majeur d’un roi dont le souvenir s’effaçait lentement de la mémoire des descendants de ses sujets. Une telle représentation, qui aurait pu constituer un crime de lèse-majesté du vivant du souverain, serait alors choisie comme un hommage et un témoignage d’une grande fidélité à l’image du roi, longtemps après sa mort. Il est possible aussi que nous nous trouvions en face d’un défaut « sublimé » comme cela se trouve dans d’autres iconographies de cour africaine.

7De ce point de vue comparatif, l’exemple le plus parlant est sans nul doute la représentation de L’Oba Ohen sur certaines plaques de cuivre de Bénin. Cet Oba fut paralysé des jambes à la suite, dit la légende, d’une punition divine pour avoir commis l’adultère. Quand son fils fit appel à ses artisans pour représenter son père, ceux-ci le figurèrent avec des silures (un symbole du dieu Olokun) en guise de jambes, pour dissimuler son infirmité. Le défaut physique se mua alors en symbole divin (figure 4).

Figure 4 - Plaque en laiton Royaume de Benin (XVIe siècle)

Figure 4 - Plaque en laiton Royaume de Benin (XVIe siècle)

Hauteur : 39,5 cm.

British Museum (N° inv.98.1.15.30 / XVII.1), Image extraite de Ben Amos (1979 : 22).

8Pour ce qui concerne le porte-flèche dont il est question ici, les symptômes de l’éléphantiasisont pu être « sublimés » et devenir un élément iconographique en rapport direct avec le pachyderme, animal puissant et glorieux s’il en est. Cette malformation des membres inférieurs peut aussi trouver une résonance dans certains récits Luba. Ainsi, il existe un personnage du nom de Mwepu Kalulu dont Burton dit qu’il possédait des jambes arquées (Burton 1961 : 10-11). À cause de ce handicap, Mwepu Kalulu subissait souvent les lazzis de son oncle, un tyran œuvrant dans la région du lac Kisale, qui avait pour nom Kioko (un neveu du héros Luba Mbidi Kiluwe). Quand il fut sûr de sa force, Mwepu étrangla le despote et libéra par ce geste sa rancune et la région. Au sujet des jambes bancales, il faut enfin noter que pour Petit (1993 : 43-47), les problèmes aux membres inférieurs (malformation, blessure…) comme la gémellité, sont les traces d’un ordre ancien, celui qui existait avant l’ordre nouveau établi par Mbidi Kiluwe.

9Cette dernière interprétation symbolique des jambes bancales ou blessées pourrait peut-être constituer une piste pour des recherches futures sur ce porte-flèche Luba.

10Bien sûr tout cela n’est qu’hypothèses, mais l’étude iconologique de cet atlante conduit à penser que la normalité n’était pas toujours la règle, même au sein du code stylistique d’une cour royale. Si l’on regarde l’histoire de l’iconographie du pouvoir telle qu’elle apparaît dans les arts européens, on se rend compte de l’étonnante diversité des représentations existantes, certaines promises à un avenir pictural, d’autres courtes et intenses comme un feu de paille, certaines renouant avec une culture antique, d’autres se créant aux détours des évènements et des besoins historiques. Certaines sont le fruit d’une tradition académique, d’autres ont pu s’imposer par le génie de quelques artistes. Cet esprit artistique complexe, que l’on veut trop souvent enfermer dans un carcan, ne peut-on pas être tenté de le voir dans cette pièce venant du Katanga ?

Haut de page

Bibliographie

Bassani E. (1990) - Il maestro del Warua, Quaderni Poro, n° 6.

Ben Amos P. (1979) - L’art du Bénin, Rives Gauche Productions, Paris.

Burton W. F. P. (1961) - Luba religion and magic in customs and belief, Annales du Musée Royal de l’Afrique Centrale, n° 35.

De Heusch L. (1972) - Le roi ivre ou l’origine de l’État, Gallimard, Paris.

Makonga B. (1948) - Samba-a-kya-Buta, Bulletin des Juridictions Indigènes et du Droit Coutumier Congolais, Vol. X, p. 304-345.

Neyt F. (1993) - Luba : aux sources du Zaïre, Dapper, Paris

Nooter M. & Roberts A.F. (1996) - Memory, Luba art and the making of history. The Museum for African Art, New York, Prestel.

Petit P. (1993) - Rites familiaux et rites royaux ; Étude du système cérémoniel des Luba du Shaba (Zaïre). Thèse de doctorat, Université Libre de Bruxelles.

Orjo de Marchovelette E. (1950) - Notes sur les funérailles des chefs Ilunga Kabale et Kabongo Kumwimba (suivi de) Historique de la chefferie Kabongo, Bulletin des Juridictions Indigènes et du Droit Coutumier Congolais, Vol. XVIII, n° 12, p. 350-368.

Verbeke F. (1937) - Le Bulopwe et le Kutomboka par le sang humain chez les Baluba Shankadi, Bulletin des Juridictions Indigènes et du Droit Coutumier Congolais, Vol. V, n° 2, p. 52-61.

Volper J. (2002) - Les porte-flèches : Contribution à l’étude des tridents d’Afrique Centrale. Mémoire de maîtrise, Université Paris I Panthéon Sorbonne.

Womersley H. (1984) - Legends and history of the Luba. Crossroads Press, Los Angeles.

Haut de page

Notes

1 D’après Verbeke (1937 : 57), dans certaines chefferies (territoire de Kinda / Bukama) lors de la cérémonie Kufuma qui prend place lors de la sortie de la Kobo Ka Malwa, le chef est porté sur les épaules vers le village ainsi que sa Mutabwe (première femme) et la Mwaji wa Ntanda (femme que le candidat ne garde que pour l’investiture).

2 À ce propos, il est peut-être intéressant de mentionner que certains détails stylistiques et anatomiques tels que la forme du visage (en cœur et concave) ou le choix de la représentation masculine pourrait être à rapprocher de la zone stylistique Hemba ou Kusu (certes bien plus au nord que les villes citées de Kitabi et de Nkombe). De là, nous pouvons penser qu’un artiste de cette aire stylistique a bien pu réaliser cette pièce sur commande, en y apportant des « règles iconographiques » étrangères à celles en vigueur au sein du territoire des commanditaires Luba.

3 Les mwadi sont des femmes dans lesquelles l’esprit du roi défunt s’incarnait à la mort de ce dernier. Lorsque la mwadi décédait, une autre femme était « possédée » et devenait la nouvelle mwadi (Petit 1993 : 411-412).

4 Maladie faisant grossir les membres atteints (membres inférieurs et appareil génital) et donnant à l’épiderme la rugosité de la peau du pachyderme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Porte-flèche (bois)
Légende Aire culturelle Luba XIXe-XXe siècle. Hauteur : 60 cm. Collection privée belge.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 1 bis - Vue dorsale du porte-flèche
Crédits Image extraite d’Archives privées.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2 - Porte-flèche (bois)
Légende Aire culturelle Luba (fin XIXe siècle). Hauteur : 70 cm.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 1 - Cœur du royaume Luba (Luba Heartland)
Légende Pas d’échelle.
Crédits Image extraite de Womersley (1984 : 89, carte 2)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 3 - Porte-flèche (bois et perles de verre) du maître de la cour de Sopola
Légende Aire culturelle Luba (fin XIXe siècle). Hauteur : 60 cm.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4 - Plaque en laiton Royaume de Benin (XVIe siècle)
Légende Hauteur : 39,5 cm.
Crédits British Museum (N° inv.98.1.15.30 / XVII.1), Image extraite de Ben Amos (1979 : 22).
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Volper, « Étude iconologique d’un porte-flèche masculin  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 77-82.

Référence électronique

Julien Volper, « Étude iconologique d’un porte-flèche masculin  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1362 ; DOI : 10.4000/aaa.1362

Haut de page

Auteur

Julien Volper

Musée royal de l’Afrique Centrale 13, Leuvensesteenweg 3080 Tervuren (Belgique)
julien.volper@africamuseum.be

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals