Navigation – Plan du site
Notes

Intérêt scientifique du concept de communauté de pratique pour l’étude des techniques céramiques du centre sud et sud-est du Niger

Claire Corniquet
p. 103-105

Entrées d’index

Mots-clés :

céramique

Keywords :

ceramic

Index géographique :

Niger
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Note réalisée en juillet 2006, dans le cadre du DEA interuniversitaire en anthropologie-sociologie (...)
  • 2 Notion évoquée pour la première fois en 1991 dans l’ouvrage Legitimate Peripheral Participation pub (...)
  • 3 Les données ont été récueillies au cours de trois terrains effectués au Niger en février 2004, févr (...)
  • 4 Voir les travaux notamment de Lave et Wenger (1991), Wenger (1998), Geslin et Salembier (2001), Bow (...)

1Cette note1 examine la contribution du concept de communauté de pratique2 pour l’étude des communautés potières des régions du centre sud et du sud-est du Niger3. Au-delà de l’outil théorique qu’il fournit pour l’étude d’un collectif informel4, nous avons souhaité mettre en évidence l’apport analytique que ce concept peut apporter aux ethno-archéologues et aux ethnologues qui cherchent à mieux comprendre les processus de transmissions des savoirs techniques au sein de communautés d’artisans.

  • 5 Cinq étapes majeures constituent la chaîne opératoire d’une poterie : l’extraction de l’argile, la (...)
  • 6 Le terme artisan se réfère aux femmes artisans puisque, dans notre zone d’étude, la poterie est une (...)
  • 7 Il nous faut préciser que seul le point de cuisson est propre aux artisans d’un même village. L’end (...)
  • 8 Comme l’a mentionné Wenger, trois éléments fondamentaux, intrinsèquement liés, semblent en fait app (...)

2Une première analyse des données techniques –recueillies auprès des artisans à la fois par des observations et des entretiens concernant la chaîne opératoire5– illustre l’homogénéité des pratiques potières au niveau local. Dans une même entité villageoise, alors que les potières n’en sont pas forcément natives et ont parfois appris la poterie dans une autre localité, les techniques de préparation de pâte, de façonnage ou encore de décoration et de cuisson sont, à quelques exceptions près, communes à l’ensemble des pratiquantes. Cette homogénéité s’expliquerait aisément si toutes les potières avaient appris dans le même village, avec la même « instructrice » ; or, certains artisans6 reconnaissent avoir modifié ou adapté leur technique –acquise, dans ce cas, généralement pendant l’enfance dans un autre contexte villageois– en fonction des conventions en vigueur dans leur nouvel espace de pratique, c’est-à-dire leur village d’« accueil » (habituellement celui de l’époux). Les modifications que ces nouvelles venues apportent à leur pratique sont particulièrement prononcées et constituent un bon exemple de l’effort fourni par ces potières afin d’acquérir les normes définies par le groupe dans lequel elles s’intègrent (intégration matérialisée par l’acquisition de « compétences » nouvellement acquises). De façon générale, dans un village où se côtoient des potières qui ont acquis leurs connaissances dans d’autres localités, les informateurs décrivent les spécificités de leur travail par un laconique « on fait tous pareil ». Au fil du temps et d’expériences communes, les artisans semblent ainsi ajuster leurs techniques. Les changements éventuels sont effectués par l’ensemble des potières du village, parce qu’elles s’échangent les informations et voient comment procèdent les unes et les autres. « Faire tous pareil » prend alors la signification de « faire comme les autres ». Pour les nouvelles venues, comme pour les anciennes, trois « moments » semblent propices à une prise de connaissance des façons de faire des autres potières du village, mais également des plaintes de la clientèle et des changements qui permettraient l’amélioration éventuelle des pratiques : l’extraction de l’argile, la cuisson et la vente sur le marché7. Ces moments sont associés à des « cadres de pratique » où –en ce qui concerne les deux premiers– se déroulent des actions techniques fréquemment effectuées de manière collective, même si la finalité reste individuelle. Ces trois cadres –favorisant les contacts susceptibles d’enrichir la pratique– s’établissent comme des espaces de pratiques collectives lors desquelles les artisans d’une même localité participent à une « entreprise commune » (une cuisson collective par exemple) et sont engagés dans une pratique partagée qui constitue le socle d’un groupe informel non institutionnalisé. Suite aux recherches déjà effectuées, il apparaît que nos informatrices ont une connaissance relativement précise de la manière dont fabrique chaque artisan du village. Cette connaissance est issue d’échanges dont un des effets fondamentaux est la constitution d’un répertoire de savoirs partagé. Ce qui nous intéresse, ici, c’est que les connaissances individuelles circulent d’un artisan à l’autre, que les artisans d’un même village constituent un groupe dont les membres se reconnaissent par le fait de « faire la même chose » et, donc, que les potières sont engagées dans une co-construction de leur savoir. Les artisans d’une même entité villageoise forment ainsi une communauté de pratique « informelle » et, dans ce cadre, développent des stratégies sociales similaires à celles qui existent dans les communautés « formalisées »8. À ce stade, l’intérêt que suscite le concept de communauté de pratique pour les études ethnoarchéologiques réside dans le fait que ce « modèle théorique » fournit certaines clés nécessaires à la compréhension de l’homogénéité relative des techniques au sein d’une même communauté (celle-ci correspondant surtout à l’entité villageoise). Parmi ces clés, on relèvera notamment la participation et la collaboration entre artisans qui engendre le développement progressif d’un sentiment d’appartenance à une communauté. Précisons cependant que la collaboration doit être interprétée à la lumière du cadre particulier dans lequel elle se déroule. Les « cadres de pratique » (évoqués plus haut) ne mettent pas en relation les mêmes artisans et, donc, se singularisent quant à la nature et la fréquence des rencontres. Qu’elles soient fortuites lors de l’extraction de l’argile ou organisées et « codifiées » lors de la cuisson, les mises en relation doivent être analysées en considérant les liens qui existent entre les artisans afin, d’une part, de caractériser les informations relayées lors de pratiques collectives et d’autre part, d’examiner les réseaux par lesquels circulent les connaissances. Le lieu d’extraction de l’argile se trouve généralement en dehors du village et peut mettre en relation des artisans issus de communautés villageoises différentes. Bien que l’extraction de l’argile se « programme » parfois à plusieurs, les rencontres lors de cette opération sont généralement imprévues et chaque potière est responsable de sa propre collecte. Quant à la cuisson, elle se déroule aux abords des habitations et s’organise généralement en groupe. La différence essentielle entre les deux étapes réside dans le fait que, lors d’une cuisson, toutes les potières engagées dans l’opération sont responsables de son bon déroulement. À l’inverse, la responsabilité du choix de l’argile incombe uniquement à l’artisan. Lors d’une cuisson collective, les artisans sont donc engagés dans une entreprise commune, où la confiance et la reconnaissance sont de mise. Puisqu’ils en sont tributaires, les rapports et les enjeux sociaux diffèrent dès lors d’un cadre de pratique à l’autre. Il devient alors crucial de s’interroger sur les niveaux de participation et de collaboration entre les individus et de caractériser les liens entre les artisans en fonction de ces différents niveaux de collaboration. Enfin, il nous faut envisager le type d’information susceptible d’être relayée suivant le degré d’interaction établi entre deux individus ou entre deux « groupes d’artisans » d’une même communauté ou de communautés différentes.

  • 9 Village situé dans la région de l’Arewa (centre sud du Niger), comptant près de 14 potières encore (...)

3On assimile parfois la communauté de pratique à « un cadre d’analyse descriptive et interprétative des situations collectives de co-construction des savoirs et savoir-faire » (Geslin et al. 2002 : 246). Cette perspective limite la portée plus large que peut amener l’étude d’une collectivité informelle à la lumière d’une telle notion. Comprendre comment se construisent et évoluent les savoirs au sein d’un groupe nécessite de situer la communauté dans son contexte historique et social et d’établir les connexions éventuelles avec les membres d’autres communautés. L’objectif est de montrer que les savoirs peuvent circuler à plus large échelle qu’une communauté de pratique définie. Dans le village de Kordongo9, par exemple, un changement de décor est survenu il y a une quinzaine d’années. Ce changement consiste en l’abandon des impressions à la cordelette (autrefois répandu dans la région) et du cordon d’argile appliqué au niveau du col. L’abandon ferait suite aux plaintes de la clientèle, qui jugeait le décor « salissant ». Quelques potières auraient pris connaissance de ces plaintes sur le marché de Doubelma. L’information a ensuite été relayée. À Kordongo, toutes les potières du village ont intégré cette modification dans leur pratique, mais les artisans des villages limitrophes qui fréquentent le marché de Doubelma ont également arrêté de faire ce type de décor. Il existe un rapport de proximité dû à la fréquentation d’un même lieu de marché, ce qui entraîne ici un partage des informations et une homogénéisation des pratiques à une échelle plus étendue que celle du village. On voit donc que des lieux de rencontre situés hors du village peuvent constituer des « articulations » entre différentes communautés et assurer un relais des informations dès lors que les artisans interagissent. Cependant, bien que nous ayons observé des rapprochements et des coopérations entre artisans issus de villages différents, le fait de se retrouver sur un même marché pour vendre ses produits ne débouche pas nécessairement sur un échange d’information. La proximité géographique ne suffit pas à justifier une pratique commune. Jusqu’à présent, les exemples de non coopération ont surtout été observés dans des contextes où la problématique identitaire était particulièrement saillante. Des potières issues, par exemple, de groupes linguistiques différents, semblent plus enclines à différencier leurs techniques afin de marquer leurs différences d’appartenance. Dans ce cas, l’appartenance à une communauté de pratique particulière, parfois associée à une technique que les potières associent à une population particulière, devient l’« étendard » d’une identité plus large que celle qui consiste à appartenir à un groupe de pratiquants. La pratique d’une activité est donc également une manière d’être et une façon de souligner son identité de pratiquant issu d’une population spécifique, dans un contexte social donné. Il semble, de ce fait, que les contours d’une communauté de pratique et, donc, l’implication d’une participation à une pratique partagée, soient également influencés par d’autres appartenances telles que villageoise, linguistique etc. Cet élément est essentiel pour qui cherche à interpréter les « micro-zones » constituées de plusieurs villages dans lesquels la similarité des techniques potières est apparente. En conclusion, c’est à une échelle villageoise qu’il faut observer les contours d’une communauté, mais cette dernière s’intègre dans une zone incluant des villages partageant un fond culturel et historique commun. De ce fait, un va et vient entre ces deux niveaux d’analyse semble indispensable à la compréhension globale des « réseaux » au travers desquels circulent les connaissances, et de leur implication concrète dans la pratique, à une échelle tant villageoise que régionale.

Haut de page

Bibliographie

Bowser B. J. (2006 sous presse) - Learning Strategies and Cultural Transmission of Pottery Style: Women’s Life Histories and Communities of Practice in the Ecuadorian Amazon.

Chanal V. (2000) - Communautés de pratique et management par projet : À propos de l’ouvrage de Wenger (1998) Communities of Practice. Learning, Meaning, and Identity. M@n@gement 3 (1), p. 1-30.

Geslin P. et Salembier P. (2002) - La fleur, l’épice : usage social du corps et communauté de pratique dans la relance de produits « authentiques », Revue d’Anthropologie des Connaissances, Vol. XVI n° 2, Editions Érès, p. 244-259.

Lave J. and Wenger E. (1991) - Situated Learning: Legitimate Peripheral Participation. Cambridge, Cambridge University Press.

Smethurst J.B. (1997) - Communities of practice and pattern language, Journal of Transition Mangement. Summer. http://www.mgtaylor.com

Snyde W.M. (1997) - Communities of Practice: Combining organizational learning and strategy insights to create a bridge to the 21st , http://www.co-i-l.com

Stamps D. (1997) - Communities of Practice: Learning is social, training is irrevelant? Training Magazine. Feb. http://www.co-i-l.com

Wenger E. (1998) - Communities of Practice. Learning, Meaning, and Identity. Cambridge, Cambridge University Press.

Wenger E., Snyder W., Mcdermott R. (2001) - Cultivating Communities of Practice. Harvard Business School Press.

Haut de page

Notes

1 Note réalisée en juillet 2006, dans le cadre du DEA interuniversitaire en anthropologie-sociologie (ULB, UCL, Saint Louis).

2 Notion évoquée pour la première fois en 1991 dans l’ouvrage Legitimate Peripheral Participation publié par Étienne Wenger et Jean Lave. Ce concept a ensuite été développé en 1998 par Wenger dans le livre Communities of Practice: Learning, Meaning and Identity. En 2001 est paru Cultivating Communities of Practice dont l’objectif est de cerner les moyens mis en œuvre visant à pérenniser une communauté de pratique. Cet ouvrage illustre le fait que le concept a été réutilisé pour réorganiser et optimiser le travail en collaboration au sein de l’entreprise [voir les travaux de Stamps (1997), Chanal (2000), Semthurst (1997), Snyder (1997)].

3 Les données ont été récueillies au cours de trois terrains effectués au Niger en février 2004, février 2005 et mars-avril 2006. La première mission a été réalisée avec Olivier Gosselain, Doulla Sindi, Sabine Tournemenne et moi-même. Les deux suivantes ont été effectuées par Doulla Sindi et moi-même. Ces missions entrent dans le cadre du projet d’Atlas des Traditions Céramiques du Niger mis sur pied par Olivier Gosselain. Les deux premiers terrains ont fait l’objet de mon mémoire de licence. Cette recherche est encore en cours dans le cadre d’une thèse de doctorat entamée en octobre 2006.

4 Voir les travaux notamment de Lave et Wenger (1991), Wenger (1998), Geslin et Salembier (2001), Bowser (sous presse).

5 Cinq étapes majeures constituent la chaîne opératoire d’une poterie : l’extraction de l’argile, la préparation de la pâte, le façonnage, la décoration et la cuisson.

6 Le terme artisan se réfère aux femmes artisans puisque, dans notre zone d’étude, la poterie est une activité essentiellement féminine.

7 Il nous faut préciser que seul le point de cuisson est propre aux artisans d’un même village. L’endroit d’extraction et le marché mettent en contacts des artisans de villages différents. Ce dernier point est crucial pour notre recherche et sera évoqué par la suite.

8 Comme l’a mentionné Wenger, trois éléments fondamentaux, intrinsèquement liés, semblent en fait apparaître comme les conditions nécessaires à la constitution d’une communauté de pratique : l’engagement mutuel, l’entreprise commune et la constitution d’un répertoire partagé. Ces éléments se retrouvent dans les communautés potières étudiées : les artisans ont une entreprise commune qui est la pratique de l’activité potière, au fil du temps elles développent un sentiment d’appartenance et d’engagement mutuel à la fois traduit et renforcé par l’échanges d’informations et de connaissances relatives à la poterie. Enfin, le fruit de l’engagement réciproque ainsi que le sentiment d’appartenance engendre la constitution d’un répertoire partagé amenant une progressive homogénéité de la pratique des artisans.

9 Village situé dans la région de l’Arewa (centre sud du Niger), comptant près de 14 potières encore en activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Corniquet, « Intérêt scientifique du concept de communauté de pratique pour l’étude des techniques céramiques du centre sud et sud-est du Niger  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 103-105.

Référence électronique

Claire Corniquet, « Intérêt scientifique du concept de communauté de pratique pour l’étude des techniques céramiques du centre sud et sud-est du Niger  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1409 ; DOI : 10.4000/aaa.1409

Haut de page

Auteur

Claire Corniquet

Université Libre de Bruxelles,
50 av. F. Roosevelt
1050 Bruxelles,
Belgique
ccorniqu@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals