Navigation – Plan du site
Résumés de Master

Existe-t-il un art lunda ?

Analyse stylistique d’un corpus d’objets provenant de République Démocratique du Congo et d’Angola
Lucie Anceau
p. 132-133

Entrées d’index

Index géographique :

Congo R. D./Congo D. R., Angola
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Histoire de l’art soutenu en septembre 2005
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Direction : Jean Polet

Texte intégral

1La problématique essentielle de notre travail de maîtrise portant sur les arts du pouvoir dans l’empire lunda reposait sur la détermination d’un style artistique propre aux Lunda et sur l’élaboration de critères de caractérisation via l’analyse morphologique de pièces lunda identifiées comme telles et documentées.

2L’ensemble des résultats obtenus lors de ce travail préliminaire nous a conduit à poursuivre nos recherches dans cette voie à partir d’un corpus raisonné plus important d’un point de vue quantitatif. L’objectif initial de notre sujet de DEA était donc de pouvoir établir des critères stylistiques propres à l’art lunda par le biais d’une méthode de classification morphologique adaptée à cette production plastique. Nous envisagions cette étude comme l’approche rationnelle d’un corpus d’objets spécifique, cet exposé méthodologique visant avant tout à servir de mode de réévaluation de la production artistique lunda.

3Dans un premier temps, nous avons choisi de présenter différents modes d’approche du style en nous focalisant sur la classification morphologique et ses déclinaisons épistémologiques. Ce chapitre liminaire a permis d’exposer nos principales sources méthodologiques à travers la présentation des propositions d’analyse de Frans Olbrechts, Paul Wingert, Louis Perrois et leurs élèves. Nous avons ainsi pu mettre en évidence différents types de classification normative, en dégageant leurs atouts et points faibles, ce qui nous a finalement amenée à définir le cadre méthodologique spécifique à notre propre approche stylistique de la production lunda.

4Nous nous sommes ensuite consacrée à la décomposition morphologique des pièces du corpus par l’application, de manière combinée, des principes analytiques énoncés par Frans Olbrechts et Louis Perrois. Notre typologie stylistique s’est ainsi basée sur une catégorisation sérielle des formes pouvant conduire à la découverte de critères de caractérisation de l’art lunda.

5Nous avons d’abord établi pour chacun des 122 objets du corpus –pièces provenant des musées de Tervuren (Belgique), Lisbonne (Portugal) et Dundo (Angola)– une fiche de type muséographique contenant l’ensemble des informations le caractérisant. Une fois cette description formelle effectuée, la décomposition des pièces en éléments simples était possible et devait aboutir à la distinction de vingt-trois déterminants formels.

6L’ensemble des critères morphologiques mis en évidence a alors été regroupé dans un tableau de codage, reprenant de manière synthétique les informations consignées dans les différents tableaux de recoupement. Après la catégorisation sérielle des formes, chacune des catégories pertinentes a reçu un chiffre de 1 à 9. Cette grille chiffrée a finalement permis d’attribuer à chaque objet un numéro d’identification traduisant sous forme numérique ses caractéristiques morphologiques. Cette méthode d’analyse a permis de mettre en évidence des critères morphologiques spécifiques à la production d’œuvres lunda sans toutefois pouvoir établir de groupements pertinents d’objets liés par des éléments discriminants. Un ensemble de pièces caractéristiques de cet art a pu cependant être mis en évidence.

7Nous nous sommes ensuite tournée vers la mise en valeur du répertoire décoratif lunda, en distinguant d’abord les marques de transformations corporelles des motifs purement décoratifs dessinés à la surface d’objets utilitaires. L’analyse combinée des motifs présents sur les coiffes des figures anthropomorphes et sur les objets utilitaires a ensuite permis de répertorier un certain nombre de figures ornementales récurrentes. La mise en comparaison de ces éléments avec le tableau de Marie-Louise Bastin consacré au répertoire décoratif Tshokwe a finalement révélé l’existence d’une origine commune à l’ensemble de ces motifs ornementaux et montré par ailleurs l’absence de motifs décoratifs purement lunda.

8Nous avons ensuite tenu à évoquer le problème du rapprochement formel liant les productions tshokwe et lunda, à l’origine de l’assimilation quasi systématique de ces deux ensembles sculpturaux à une seule et même tradition plastique. La comparaison des critères morphologiques spécifiques à chacune de ces productions nous a permis de mettre en évidence quelques éléments discriminants propres à l’art lunda au niveau des détails secondaires.

9Cependant, les questions posées par la recherche d’un moyen rationnel de reconnaître et caractériser un objet lunda nous ont conduite à la reformulation de cette problématique dans une perspective régionale et non plus ethnique. La poursuite de notre analyse passe donc par la proposition d’une définition précise d’une aire géographique d’étude. Un inventaire plus ou moins exhaustif des pièces attribuées jusqu’ici aux Lunda ne paraissant plus pertinent, il convient d’étudier leur production artistique dans un secteur géographique donné. Ceci permettra de recentrer le travail de prospection sur les données historiques et géographiques relatives aux pièces et provoquera une approche multidirectionnelle des productions plastiques du sud-ouest de la République Démocratique du Congo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Anceau, « Existe-t-il un art lunda ? », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 132-133.

Référence électronique

Lucie Anceau, « Existe-t-il un art lunda ? », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1448

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals