Navigation – Plan du site
Résumés de Master

Approche de la notion d’art swahili : détermination, dénomination et analyse de ses composantes

Émilie Salaberry
p. 133-134

Entrées d’index

Index géographique :

Somalie, Mozambique
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Histoire de l’art soutenu en septembre 2006
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Directeur : Jean Polet

Texte intégral

1Au sens strict, le mot « swahili » désigne les descendants des premiers colons arabes ou perses et de leurs femmes africaines. Dans un sens plus large, il fait référence à toute la population islamisée de la côte est africaine, d’origine africaine mais avec de possibles racines arabes, anciennes ou récentes, et dont le kiswahili est la langue maternelle. Cette ambiguité terminologique, qui ne date pas, du reste, d’aujourd’hui, représente un premier problème majeur pour qui veut étudier quelque facette que ce soit de cette civilisation.

2Cherchant à amorcer une interprétation de la notion « d’art swahili », il nous a fallu déterminer un cadre spatio-temporel dans lequel mener notre étude.

3Les témoignages architecturaux présents sur la côte orientale de l’Afrique, depuis la frontière sud de la Somalie jusqu’à la frontière nord du Mozambique, manifestent l’existence d’une aire culturelle commune par la récurrence de plans standardisés et de techniques de construction identiques, tant dans l’architecture domestique que religieuse et funéraire. On y trouve également des principes ornementaux constants comme l’introduction de céramiques d’importation (d’origine perse puis chinoise) dans la maçonnerie ou l’utilisation de la niche comme motif décoratif privilégié.

4La mise en évidence d’une aire culturelle commune transparaît également dans les récits de voyageurs arabes puis portugais, qui rendent compte de l’existence, depuis Kilwa jusqu’à l’île de Pate, de villes habitées par une population partageant les mêmes croyances, un même mode vestimentaire et possédant une architecture vraisemblablement similaire. Ils témoignent également d’un réseau de relations entre ces villes, lié aux échanges commerciaux avec le reste de l’océan Indien, ainsi que d’un même modèle politique mais aussi de leur autonomie respective.

5Il semblerait qu’on ne puisse parler d’une véritable civilisation swahili, au développement et à l’histoire spécifique, qu’à partir du xiiie siècle.

6Partant de ce constat, nous avons tenté de voir si les témoignages matériels confirmaient ou infirmaient l’existence de cette aire culturelle. En analysant les qualités plastiques des productions que nous avons recensées au sein d’un inventaire méthodique, nous avons tenté de faire une première étude d’un hypothétique « art swahili ».

7Le corpus établi comporte deux champs : l’architecture (domestique, religieuse et funéraire) et les objets mobiliers (mobilier domestique, insignes de pouvoir et parures). Au sein de ces deux champs un certain nombre de caractéristiques demeurent au cours du temps. C’est cette permanence de principes artistiques similaires qui nous a conduit à avancer l’hypothèse d’un art swahili caractérisé par un style ornemental spécifique. Par style, nous n’entendons pas une formule canonique fermement établie mais une série de formules plastiques servant de base pour l’expérimentation de formes artistiques nouvelles.

8Deux principes subsistent au cours de ces huit siècles d’histoire artistique : le principe de variation modulaire d’une part (déclinaison de toutes les possibilités décoratives d’une forme initiale), et le principe de manipulation des effets d’ombre et de lumière. Pour chacun, toute une série de pratiques attenantes sont déclinées comme la multiplication des encadrements et de leurs formes, la combinaison de motifs établie de différentes manières, le jeu des contrastes entre zone sculptée et zone vierge, la pratique de la technique du refend, etc. Mais si ces principes subsistent, certaines formes nouvelles ont été introduites progressivement au sein du répertoire décoratif swahili, principalement au cours du xixe siècle, sous l’influence de la communauté indienne et de ses nombreux artisans émigrés.

9L’intérêt des recherches antérieures s’était essentiellement porté sur la proximité formelle entre l’art swahili et celui d’autres cultures du pourtour de l’océan Indien, suggérant ainsi une origine non africaine de ses productions. Ce que nous avons tenté de montrer par l’analyse plastique, c’est qu’il existe en fait un réseau indéniable d’influences entre tous les pays bordant l’océan Indien, mais que, malgré certaines ressemblances, chaque art conserve une particularité formelle qui le rend original. Ainsi, les échanges au départ commerciaux sont devenus, au fil du temps, de véritables échanges culturels.

10Que l’influence étrangère soit plus ou moins forte et que la main qui exécute soit elle-même étrangère, il s’avère que les objets qui émergent de ces rencontres présentent dans chaque cas les principes, qui semblent être les principes directeurs, de ce qui serait un art swahili et qui sont de nature ornementale. Attribuer le qualificatif d’ornemental à l’art swahili nous semble donc être le point de départ d’une caractérisation de ce dernier.

11La portée identitaire fondamentale de ses principes ornementaux nous incite à rattacher l’art swahili à l’art islamique dont il serait une école régionale africaine. Il se distinguerait cependant des autres art islamiques, notamment africains, par cette accumulation de strates d’influences diverses (arabes, indiennes puis britanniques) intégrées en autant de processus syncrétiques successifs. L’art swahili serait dès lors la preuve que l’intégration d’éléments étrangers ne condamne pas nécessairement un peuple à son acculturation totale, mais peut contribuer, au contraire, à en construire l’identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Salaberry, « Approche de la notion d’art swahili : détermination, dénomination et analyse de ses composantes  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 133-134.

Référence électronique

Émilie Salaberry, « Approche de la notion d’art swahili : détermination, dénomination et analyse de ses composantes  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1457

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals