Navigation – Plan du site
Résumés de Master

Étude technologique d’une collection lithique rapportée au Paléolithique inférieur dans l’Ahaggar (Sahara algérien)

Élément de contribution à la préhistoire de l’Ahaggar)
Messaouda Benmessaoud
p. 134-135

Entrées d’index

Index géographique :

Algérie, Ahaggar
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Anthropologie-Ethnologie-Préhistoire de l’Afrique, soutenu en septembre 2005
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Directeur : Sylvie Amblard-Pison ; tuteur : Manuel Gutierrez

Texte intégral

1La finalité de ce mémoire était de reconstituer les processus mis en œuvre dans la production de l’outillage, depuis l’acquisition et la sélection de la matière première, jusqu’à l’abandon des outils finis après leur utilisation. La région de l’Ahaggar est un grand massif montagneux qui se situe à l’extrême sud algérien. Avec plus de 450 000 km² de superficie, l’Ahaggar relie le désert de Tanezrouft à l’ouest et le Tassili n’Ajjer à l’est. Il s’étire des environs de In Salah jusqu’aux frontières sud-ouest avec le Mali et sud-est avec le Niger. De nombreux préhistoriens se sont intéressés à la préhistoire de cette région, entre 1864 et 1967. Les sites du Paléolithique Inférieur qui ont attiré l’attention de ces préhistoriens n’étaient que des gisements de surface, dont les témoins sont des bifaces, des hachereaux, des galets aménagés, des nucléus, des pièces denticulés et des éclats retouchés.

2Notre corpus est constitué d’une collection lithique issue d’un ramassage de surface dans deux sites différents, le site d’Amekeni et le site d’Ideles.

3La série d’Amekeni est constituée de 70 pièces. Les matières premières utilisées sont le basalte, le granite et le quartzite ; sur lesquelles on a exécuté un débitage discoïde diversifié et bien développé et un débitage sur enclume peu élaboré. Les processus de débitage et de façonnage sont représentés : collecte de matière première, préparation des blocs (présence d’éclats de décorticage), débitage et façonnage ; utilisation et abandon.

4Le débitage montre des schémas de mise en œuvre variés mais uniquement de gestion de surface (présence de nucléus globuleux). Les éclats, par leur dimension, confirment les résultats de l’étude des nucléus. L’outillage est composé essentiellement de produits de façonnage qui se répartissent entre bifaces et éclats bifaciaux (principalement des racloirs). Le changement de statut est observé sur certains nucléus, réutilisés en pièces bifaciales ou transformés en outil. Ceci nous donne des indications sur la gestion de la matière première : abondance, qualité, morphologie, facilité et dureté de débitage, mais encore sur la pratique et le comportement opportuniste.

5L’ensemble des éléments observés sur cette série permet de l’interpréter comme étant une manifestation d’un Acheuléen local. Toutefois les conditions de perturbations nous imposent une grande prudence. Á la base le matériel apparaît d’aspect éolisé et émoussé car il provient de surfaces très exposées à l’érosion et aux ruissellements incessants et l’homogénéité de la série n’est pas attestée.

6La série d’Ideles est constituée de 72 pièces lithiques. Le débitage et le façonnage sont représentés par les nucléus et les bifaces et un faible nombre de galets aménagés, mais toutes les étapes de ces processus ne sont pas présentes. Ce qui ressort de l’étude des nucléus est le fort pourcentage du groupe de nucléus discoïdes : 27 %. Dans le groupe Levallois, la méthode récurrente (en particulier la méthode unipolaire et bipolaire) a été la moins pratiquée par les tailleurs. Elle représente 6 % de l’ensemble des nucléus. Cette différence numérique a été interprétée comme étant le reflet d’une différence technologique.

7En comparant les deux séries, on observe les points suivants : sur les deux sites l’outillage fini est rare. Le choix des supports semble être légèrement différent d’un site à l’autre et le changement de statut est absent dans la série d’Ideles. Les tailleurs semblent s’être adaptés aux matières premières disponibles mais paraissent avoir effectué des choix parfois qualitatifs et souvent liés à la morphologie.

8À l’issue de cette brève définition synthétique, on peut préciser qu’en ce qui concerne le Paléolithique Inférieur dans l’Ahaggar, si la notion de processus opératoire a été initiatrice de beaucoup de recherches et tient un rôle majeur dans les diverses approches technologiques des industries lithiques, elle n’est pas totalement opérationnelle dans ces contextes par manque de travaux de recherches. Il est cependant toujours possible d’accéder à une discussion sur le comportement, en utilisant un outil de lecture proche du schéma opératoire, quelque soit le niveau d’analyse de la chaîne opératoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Messaouda Benmessaoud, « Étude technologique d’une collection lithique rapportée au Paléolithique inférieur dans l’Ahaggar (Sahara algérien)  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 134-135.

Référence électronique

Messaouda Benmessaoud, « Étude technologique d’une collection lithique rapportée au Paléolithique inférieur dans l’Ahaggar (Sahara algérien)  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1466

Haut de page

Auteur

Messaouda Benmessaoud

Articles du même auteur dans la revue

  • Les matières premières lithiques ; l’outillage lithique, rapport éclats/outil ; le cadre stratigraphique et chronologique. « Exemple du site Téhéntawek »
    Paru dans Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014
Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals