Navigation – Plan du site
Résumés de Master

Essai d’étude tracéologique d’un corpus lithique acheuléen du sud de l’Angola

Matériel archéologique issu des fouilles récentes à Baia-Farta (Benguela, Angola)
Maria da Piedade de Jesus
p. 135-136

Entrées d’index

Index géographique :

Angola, Benguela
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Anthropologie-Ethnologie-Préhistoire de l’Afrique, soutenu le 20 juin 2005
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Directeur : Sylvie Amblard-Pison ; tuteur : Manuel Gutierrez

Texte intégral

1L’objet du mémoire est l’étude tracéologique d’un corpus lithique Acheuléen (en quartz) issu des fouilles archéologiques du site de Dungo IV au sud de l’Angola. Ces sites se trouvent au sud de Baía-Farta, à environ 30 km de la ville de Benguela. Notre finalité était de donner une continuité à notre étude de maîtrise sur les éclats, essayant de faire une étude tracéologique pour combler les lacunes laissées par les précédents chercheurs qui souvent s’attachent à étudier les pièces lithiques finies (bifaces, hachereaux, choppers entre autres) sans donner grande importance à des petites pièces comme éclats et déchets.Les informations archéologiques existantes depuis les années 1950 sont très limitées, néanmoins elles permettent d’établir une comparaison entre les démarches et méthodes utilisées avant et après les années 1990.

2L’analyse fonctionnelle du corpus, réalisée avec un microscopie pétrographique, permet de présenter la problématique et l’application de la méthode sur le quartz puis d’essayer de comprendre l’utilisation probable des objets préhistoriques de notre corpus. Il est composé de 197 pièces lithiques et nous avons sélectionné un échantillon d’une quarantaine de pièces présentant des traces probables d’utilisation. Notre corpus est composé majoritairement de quartz (filonien et hyalin), matière première qui présente des difficultés de lecture au microscope dont les causes sont :

  • le réfléchissement de l’objet lors de l’observation au microscope,

  • les caractéristiques structurelles de la roche empêchent le développement des traces,

  • l’ancienneté du matériel d’étude,

  • l’environnement sableux et peut-être salin (paleo-plage) où les objets ont été ensevelis.

3Le manque d’un corpus expérimental de référence en quartz s’ajoute à ces difficultés, ce qui rend les comparaisons difficiles.

4L’approche macroscopique et microscopique a permis de voir quelques traces d’utilisation sur les parties actives de certains objets. Ces traces se traduisent par des micro-écaillures ou des esquillements, des émoussés, des stries et des polis. L’observation à la loupe binoculaire, puis au microscope permet de constater un état relativement frais des pièce lithiques.

5Les éclats en quartz hyalin sont moins nombreux en relation que ceux en quartz filonien. Bien que cette matière première soit réfléchie aussi lors de l’observation au microscope, il est possible de repérer quelques traces comme des stries par exemple, mais il est difficile de voir d’autres stigmates.

6Entre autres résultats, nous avons pu constater que :

  • sur l’éclat n° 123, en roche sédimentaire siliceuse, des micro-écaillures existent sur la partie distale, un émoussé fort sur le bord droit ainsi que des polis sur les deux faces. Ces polis sont difficiles à définir à cause de leur ancienneté mais aussi à cause d’une grosse couche de vernis appliqué maladroitement sur la pièce pendant le marquage.

  • sur la pièce n° 357, en quartz hyalin, des retouches au long des deux bords sont repérables à la loupe binoculaire. Au microscope, ont peut observer quelques striations sur le bord gauche dans le sens perpendiculaire par rapport au bord.

7Deux hypothèses ont été élaborées à partir de ces observations :

  • la première est que la pièce aurait été faite pour fabriquer un racloir,

  • la deuxième est qu’il s’agit, peut-être, d’un enlèvement des irrégularités des bords de façon à le rendre plus ou moins rectiligne.

8Pour les stries, il y a une probable indication de l’action effectuée, et aussi sur la direction du geste comme un raclage dans le sens perpendiculaire du bord. Pour toutes les autres pièces, nous n’avons pas réussi à trouver des traces d’utilisation : soit parce qu’elles n’existent pas, soit parce que les difficultés d’observation nous ont empêchée de les voir.

9Du point de vue des hypothèses, la prudence s’impose car il faut avoir plus de données issues de l’observation au microscope, mais aussi à cause de l’absence du référentiel. Pour ce dernier, il aurait fallu qu’il soit en quartz pour être pertinent car chaque matière première réagit d’une manière différente. L’absence de ce référentiel nous conduit à rester prudente. Cependant nous pouvons quand même avancer quelques hypothèses sur les éclats qui présentent des indices d’utilisation. Pour les autres, il peut s’agir du résultat de non-utilisation, mais aussi il peut s’agir seulement des difficultés pour repérer des traces, à cause, entre autres, des caractéristiques du matériel. Il y a aussi la possibilité de l’existence de traces très faibles mais qui, à cause de l’ancienneté du matériel et de l’environnement, ont disparu ou sont difficiles à lire.

10L’une des premières conclusions est que ces pièces lithiques en quartz ont dû être utilisées pendant une longue période et sur des matériaux assez solides pour que des traces d’utilisation soient encore visibles. Cette conclusion, que nous présentons sous forme d’hypothèse de travail, résulte en grande partie des caractéristiques mêmes du quartz, en particulier sa grande dureté.

11Bien que le nombre d’objets présentant des traces d’utilisation soit faible, il nous semble possible d’évoquer une très grande probabilité d’utilisation des éclats pendant l’Acheuléen sur les sites de Dungo, au sud de Benguela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria da Piedade de Jesus, « Essai d’étude tracéologique d’un corpus lithique acheuléen du sud de l’Angola  », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 135-136.

Référence électronique

Maria da Piedade de Jesus, « Essai d’étude tracéologique d’un corpus lithique acheuléen du sud de l’Angola  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1470

Haut de page

Auteur

Maria da Piedade de Jesus

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals