Navigation – Plan du site
Résumés de Master

Matériel lithique et architecture, quelles vies pour la matière ?

L’habitat de DN48 durant la seconde partie de l’Holocène, Dhar Néma, Mauritanie sud-orientale
Thibault Vallette
p. 137-138

Entrées d’index

Index géographique :

Mauritanie, Dhar Néma
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de master de recherches deuxième année en Archéologie soutenu le 23 juin 2006
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Directeur : Sylvie Amblard-Pison ; tuteur : Alain Person

Texte intégral

1Depuis 2001, les recherches pluridisciplinaires menées sur le Dhar Néma, sous la responsabilité d’Alain Person, ont permis la mise en évidence de zones-refuges liées à l’existence de nappes aquifères fossiles dans la falaise (Dhar). Dans cette micro-région aux marges sud du Sahara, la présence d’habitats néolithiques de grande extension dans le baten montre un phénomène de concentration autour des espaces encore exploitables. Elle souligne la pérennité du peuplement au cours de la transition climatique conduisant à l’aridité actuelle. Notre implication dans ce programme a consisté en l’étude des modes de vie des occupants de ces sites, essentiellement à partir de leur outillage lithique, mais aussi des vestiges architecturaux, de la parure et des indices de gestion de leur environnement. En ce qui concerne l’outillage lithique, notre ambition principale a été de donner une image micro-chronologique de la pièce, de son extraction du bloc de matière à l’état dans lequel elle nous parvient aujourd’hui. La volonté de rassembler le maximum d’étapes de la vie d’un objet, intégré à ce contexte désertique, nous a amené à effectuer des prélèvements systématiques en ce sens (sondages et ramassage de surface). Nous avons pu ainsi proposer certaines étapes de la chaîne opératoire des haches et herminettes polies non seulement à partir de l’étude des outils mais aussi à partir de leurs préformes. En continuité de ces résultats, qui établissent l’existence d’un matériel ayant fait l’objet d’une réappropriation opportuniste, nous avons tenté de montrer les dynamiques d’innovations techniques et d’appropriations par l’étude des chaînes opératoires. Par la suite, nous confronterons schémas diacritiques et produits issus d’un programme d’expérimentation lancé cette année en collaboration avec des spécialistes en ce domaine.

2Notre introduction s’ouvre sur une histoire comparée des recherches, nécessaire à l’exposé réfléchi des méthodes de terrain et d’analyse du matériel lithique. La première partie du mémoire est consacrée à la présentation de ce site de plus de 800 ha localisé dans le baten à 5 km à l’ouest de la falaise. Dans la seconde partie, nous abordons le problème des limites du site (néolithiques et actuelles). Si les limites Est (sill de dolérite) et Nord (oued Boû Khzâmâ) sont évidentes, la difficulté d’appréhension des limites Sud et Ouest nous a enjoint à discuter des « frontières » entre habitat et espaces de production vivrière extérieurs au site. Lors du relevé systématique des meules sur ces deux limites, nous avons constaté une raréfaction du matériel archéologique en surface et une différenciation entre sol archéologique à sables indurés et sol érodé et stérile.

3En troisième partie, nous avons établi une typologie du matériel lithique, de l’outillage à la parure. Notre but était de constituer une base matérielle de réflexion sur une chronologie relative et sur des activités socio-économiques variées. Nous avons alors distingué le matériel taillé du matériel taillé puis poli par le fait que le temps alloué à la réalisation des objets de ces deux ensembles est distinct.

4Notre étude comparative (en quatrième partie) entre le groupement de matériel en grès quartzite jaspoïde de DN48 et ceux de trois autres sites de ce géoécosystème atteste d’économies distinctes de la matière première. Ces sites, relativement proches les uns des autres, le sont aussi des gisements (ex. : grès quartzite de la falaise). Les distinctions entre ces deux groupes sont en fait de nature topographique et de superficie : le site de plaine DN48 est de grande extension (± 800 ha), les autres, moins étendus (< 20 ha), sont des sites d’échancrure de falaise. Sur le premier, l’économie de la matière première, d’apparence plus drastique, ne serait pas due à l’éloignement des gisements de matière première (distance de 5 km), mais pourrait plutôt être liée à une pression sociale particulière résultant de l’extension et de la position topographique du site. En comparaison des habitats protégés par les digitations de la falaise, ce site de plaine est visible du plateau, du pied de falaise et de la plaine. Ce type d’économie pourrait donc être lié au fait que tous les mouvements inhérents à la gestion de ce site peuvent être vus et contrôlés, ou bien être mis en relation avec la forte démographie ; cette dernière contraindrait à une plus stricte gestion des flux de matière première et des activités qui y sont liées. Sur ce vaste site de DN48, les fortes concentrations de mobilier (notamment lithique) sur la zone centrale, la dispersion périphérique d’un matériel lithique similaire et la répartition des éléments architecturaux encore visibles (structure en pierres sèches, base de greniers sur pilotis), montrent une découpe du paysage entre les différentes aires d’activités : d’une part l’habitat, d’autre part les zones de production vivrière.

5En limite sud du site, un ensemble témoignant d’activités allant de la transformation des graminées à leur stockage sur un grenier à pilotis témoigne d’une ouverture sur les espaces extérieurs et rend caduque l’hypothèse d’un système défensif. Le repli sur soi, indiqué par l’économie drastique de la matière première lithique, pourrait alors être le fait d’une densité humaine importante ne nécessitant pas le déplacement de l’artisan.

  • 1 Daté de 3765 ± 35 BP (cal 2280-2060 BC [Pa 2153], sur charbon de la fosse culinaire S5) à 1390 ± 10 (...)

6L’absence de données 14C sur le site de DN48 est une difficulté majeure pour discuter d’une chronologie. Les dates obtenues sur un site en amont (DN4), au matériel comparable à celui de DN48, fournissent des indications1 qui doivent être considérées avec prudence. En conséquence, nous avons utilisé les données d’une chronologie relative.

7Trois échelles de temps étaient accessibles :

  • à l’échelle d’une distinction du cadre d’usage (les pressions sociales, économiques ou de l’écosystème sous-tendues par les différentes gestions de l’outillage observées) : les pièces utilisées du groupement de matériel en grès quartzite jaspoïde montrent qu’une étude approfondie est utile à la détermination du temps de vie d’un outil,

    • 2 Réinvention : « façon dont les utilisateurs modifient le dispositif qu’ils adoptent », Flichy P. (2 (...)

    à l’échelle d’une modification du cadre de fonctionnement (la scission entre changement d’opération technique, partie d’une chaîne opératoire, et reprise ultérieure de l’objet) : les étapes de la chaîne opératoire du matériel poli ont montré une distinction capitale entre outil ravivé et outil repris ou réinventé2,

  • à l’échelle du cadre de référence chrono-culturel : les gravures que nous avons répertoriées et étudiées en limite Est, comparées à un ensemble plus régional, peuvent constituer un indice utile à l’établissement d’une chronologie.

8L’objectif de nos recherches futures sera d’établir une typologie des sites et de leur matériel lithique, typologie nécessaire à l’analyse micro-régionale. Les premières distinctions techniques observées entre le matériel des sites d’échancrure du Dhar et celui des sites de Baten suggèrent une différenciation de la gestion des espaces d’habitat et de production vivrière suivant la position topographique des sites. L’analyse d’un corpus plus étendu lors de notre thèse nous permettra de discuter des influences de deux géoécosystèmes mitoyens (Dhar Néma et Delta Intérieur du Niger) et de leurs populations sur l’innovation et la réappropriation du matériel lithique. En ce sens, l’ensemble des données recueillies par les membres de l’équipe sera nécessaire à l’élaboration d’un programme d’analyse à différentes échelles des sites du Dhar Néma (SIG). Dans un premier temps, celui-ci a pour objectif l’optimisation des guides de prospections développés dans une région quasi-méconnue sur le plan archéologique et paléoclimatique avant 2001. Dans un second temps, il aura pour but de mieux synthétiser les réflexions sur les transformations culturelles observées en contexte de zone refuge.

Haut de page

Notes

1 Daté de 3765 ± 35 BP (cal 2280-2060 BC [Pa 2153], sur charbon de la fosse culinaire S5) à 1390 ± 100 BP (cal 540-770 AD [Pa 2174], sur tesson de céramique).

2 Réinvention : « façon dont les utilisateurs modifient le dispositif qu’ils adoptent », Flichy P. (2003) - L’innovation technique : récents développements en sciences sociales, Paris, La Découverte, collection Sciences et Société, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Vallette, « Matériel lithique et architecture, quelles vies pour la matière ? », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 137-138.

Référence électronique

Thibault Vallette, « Matériel lithique et architecture, quelles vies pour la matière ? », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1474

Haut de page

Auteur

Thibault Vallette

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals