Navigation – Plan du site
Résumés de Licence

Processus d’urbanisation dans le Sahara mauritanien

Ingrid Boxus
p. 139-140

Entrées d’index

Index géographique :

Mauritanie
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de licence en Histoire de l’Art et Archéologie des Civilisations Non Européennes, soutenu en septembre 2005
Université Libre de Bruxelles
Direction : Olivier Gosselain

Texte intégral

1L’objectif de ce travail était de mettre en parallèle l’étude urbanistique et architecturale de six cités mauritaniennes fondées à différentes époques du Moyen-Âge et ayant toutes eu un lien direct avec un processus majeur, le commerce transsaharien. Les villes de Chinguetti, Ouadane, Oualata et Tichitt furent créées aux alentours des xiie et xiiie siècles de notre ère, époque de pleine expansion du commerce. Les deux sites archéologiques de Kumbi Saleh et Tegdaoust, dont les dates de fondation sont estimées respectivement vers le vie siècle et le viie siècle de notre ère, furent clairement mêlés à ce phénomène économique. L’intérêt de mon travail était de faire émerger une série de questions relatives à l’urbanisation de ces cités, reconnues comme comptoirs commerciaux. Tout d’abord, le commerce transsaharien peut-il être considéré comme un facteur de première importance dans la création de villes telles que Chinguetti, Ouadane, Oualata et Tichitt ? Et quel a été son impact dans l’évolution et la croissance de villes déjà existantes, telles que Kumbi Saleh, attestée comme étant l’ancienne ville de Ghana et Awdaghust, site archéologique de Tegdaoust ?

2Dans un premier temps, nous présentons de façon chronologique les différentes sources écrites de voyageurs arabes et européens mentionnant ces villes, ainsi que leur rôle politique et économique dans le commerce transsaharien. Trois ouvrages contemporains qui synthétisent les écrits historiques nous ont permis de retracer, dans le temps et dans l’espace, les itinéraires et axes suivis par les caravanes : le Corpus de Levtzion et Hopkins (2000), l’ouvrage de J. Cuoq (1975) et celui de P. Masonen (2000).

3Ces données historiques comparées nous ont permis de percevoir l’évolution à travers le temps des itinéraires transsahariens, en fonction notamment de facteurs historiques et climatiques. Par exemple, la route reliant l’empire de Ghana à l’Egypte, décrite pour la première fois par Ibn al-Faqih en 903, semble être abandonné dès la fin du 10siècle pour des raisons climatiques décrites par l’auteur Ibn Hawqal, ce qui entraîne l’abandon des villes situées sur son parcours. Dès le 14e siècle, cependant, des récits rapportent la reprise d’échanges actifs avec l’Egypte et une fréquentation accrue vers le xve siècle.

4L’étude des sources arabes et européennes nous a également permis d’éclairer les fonctions politiques et économiques des villes étudiées en tant que comptoirs et villes étapes nécessaires à la survie du commerce transsaharien. Par exemple, la présence des salines de Awlil, Teghaza et Ijil, décrites dès le xe siècle de notre ère, indique l’établissement et la croissance progressive de plusieurs villes proches fonctionnant comme centres d’approvisionnement d’une denrée très recherchée à cette époque. Les quatre villes mauritaniennes de Chinguetti, Ouadane, Oualata et Tichitt trouvent notamment leur apogée dans l’exploitation de ces salines. On peut alors s’interroger sur l’importance du facteur géographique dans le développement urbain au Moyen-Age.

5L’étude morphologique des villes, présentée dans la seconde partie de mon travail, permet de questionner l’existence d’un schéma urbain identique durant les xiie et xiiie siècles, époque de leur fondation dans un contexte de contrôle commercial des salines. Mon analyse s’appuie principalement sur une comparaison de relevés aériens et de cartes récemment publiés par deux bureaux d’architectes français et mauritanien. Il apparaît que les quatre villes historiques ne sont pas morphologiquement semblables et qu’aucun modèle urbain répertorié ne peut leur être attribué. Cependant, des similitudes architecturales sont bien présentes dans les six villes étudiées. Plusieurs bâtiments et espaces peuvent ainsi être mis en parallèle, comme la mosquée, la place publique ou encore la maison d’habitation. Une fois encore, la comparaison de ces différents éléments architecturaux s’est faite sur base de relevés de terrain et de plans récemment réalisés par les bureaux d’architectes.

6Le commerce transsaharien et la conversion progressive de la région à l’Islam doivent être considérés comme des éléments influents dans l’étude des bâtiments. Par exemple, la présence de la mosquée dans chaque ville atteste d’une percée de l’Islam et d’une adaptation des autorités à un tel phénomène, notamment à Tegdaoust et Kumbi Saleh. L’étude des relevés a également permis de confirmer le positionnement de la mosquée comme non centrée dans le tissu urbain. Cette constatation s’oppose aux théories passées, qui décrivent un schéma d’évolution de la ville et des bâtiments au départ d’un point central, la mosquée.

7Par ailleurs, le plan de l’habitat semble suivre une dialectique d’occupation de la parcelle, notamment dans la répartition des espaces domestiques, la mitoyenneté des maisons ou encore la présence de cours constituant le noyau de vie de la maisonnée. Dans les habitats des quatre villes de Chinguetti, Ouadane, Oualata et Tichitt, par exemple, les pièces internes du rez de chaussée correspondent à des espaces plurifonctionnels. Le caractère commercial de ces pièces (lieux de stockage et de vente) a déjà été mis en évidence, mais il est également intéressant de réfléchir sur l’occupation de ces espaces fonctionnant plutôt comme chambres et lieux d’habitation.

8Pour compenser le manque de données, un parallèle aurait pu être fait avec les recherches faites sur l’habitat du Maghreb. Des similitudes et influences sont clairement discernables. Il serait également intéressant d’approfondir la notion même de « ville », sa dynamique d’occupation du sol, par exemple la distribution par quartiers, et ses différentes fonctions urbaines et d’appliquer ces éléments à une plus large échelle incluant d’autres villes de l’Afrique subsaharienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingrid Boxus, « Processus d’urbanisation dans le Sahara mauritanien », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 139-140.

Référence électronique

Ingrid Boxus, « Processus d’urbanisation dans le Sahara mauritanien », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1477

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals